Terre

Naturellement tournée vers la terre, et ses fruits, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur est la 2ème région la plus boisée de France, avec 1,6 millions d’hectares. Axe fort du plan climat, la forêt joue un rôle primordial dans le processus d’adaptation et d’atténuation du changement climatique.

Une agriculture saine, durable et locale

42 • Plan de transition agro-écologique. 50 % des surfaces agricoles certifiées en Haute Valeur Environnementale ou Agriculture Biologique. Soutien des agriculteurs aux investissements de performance environnementale et accompagnement à leur certification.
43 • Créer un label Sud qui valorise les produits locaux.
44 • Circuits courts : favoriser la vente directe dans une optique de manger mieux et de mieux rémunérer les agriculteurs.
45 • Préserver le foncier agricole et améliorer la qualité des sols en diminuant de 50 % le rythme de consommation d’espaces agricoles, naturels et forestiers et en favorisant le retour au sol de la matière organique.
46 • Augmenter de 15 % l’actuelle zone irriguée, d’ici 10 ans, par l’extension des infrastructures hydrauliques des Associations Syndicales Autorisées (ASA) et via le Plan d’Aménagement et d’investissements de la Société du Canal de Provence.
47 • Expérimenter des projets croisant agriculture et énergie, en particulier l’agrivoltaïsme, qui privilégient l’agriculture tout en produisant de l’énergie.
48 • Accompagner les jeunes agriculteurs dans l’installation et aider à la transmission des exploitations.
49 • Augmenter l’enveloppe des fonds européens afin de faire bénéficier nos agriculteurs régionaux du FEADER (Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural).

Objectif
Certifier 50% des surfaces agricoles.

Une biodiversité protégée et valorisée

50 • Renforcer les aires protégées dont les Parcs Naturels Régionaux et Réserves Naturelles Régionales, permettant une meilleure adaptation du territoire au changement climatique.
51 • Soutenir la préservation et la restauration des continuités écologiques pour un aménagement du territoire plus favorable à la biodiversité. 100 % des communes prennent en compte les continuités écologiques dans leurs documents de planification en 2025.
52 • Préserver nos espèces menacées : enrayer l’effondrement de la biodiversité par l’identification des solutions spécifiques à chaque espèce (espèces emblématiques, espèces communes, pollinisateurs…) et à chaque habitat naturel. Aucun sous-indice habitat ou espèce ne sera inférieur à 0,9 dans l’indice « Région vivante » à l’horizon 2025.
53 • Multiplier les actions d’informations auprès des citoyens et des décideurs.
54 • Mobiliser les gardiens de la nature pour préserver les espaces naturels.
55 • Plan Montagne préservée : durabilité des stations, utilisation économe des ressources en eau, préservation des têtes de bassins versants, en lien avec la fonte des glaciers ; restauration des milieux dégradés (Observatoires Sentinelles) ; transition énergétique, notamment en sites isolés (refuges) ; prévention, surveillance et gestion des risques naturels.
56 • Présider et soutenir l’ARBE, Agence Régionale de la Biodiversité et de l’Environnement.

Objectif
Un indice national « région vivante » global supérieur à 1 en 2025

Une forêt renouvelée et protégée

57 • Planter les forêts de demain : 3 millions d’arbres. Accompagner les propriétaires forestiers, les collectivités et les gestionnaires de cours d’eau pour régénérer des essences forestières impactées par le changement climatique (Mélèze, Chêne liège, Cèdre de l’Atlas…), favoriser le stockage de CO2 et prévenir les risques naturels.
58 • Mettre en œuvre le fonds RESPIR qui permet de compenser les émissions de CO2 par le financement de la séquestration de carbone dans les plantations.
59 • Lutter contre le feu en déployant la Garde forestière régionale composée de 250 jeunes à terme et les moyens de prévention (équipements de défense contre les incendies, véhicules de patrouille, moyens de surveillance innovants), accompagner les communes pour leurs Obligations Légales de
Débroussaillement.
60 Réhabiliter le pélicandrome d’Hyères qui servira de base régionale pour les Canadairs.
61 Soutenir la modernisation de la filière forêt/bois pour un meilleur respect de l’environnement.

Objectif
Planter 3 millions d’arbres et doubler les effectifs de la Garde régionale forestière jusqu’à 250 jeunes pour couvrir 50 % des massifs régionaux.

Plan « Or bleu » : Une ressource en eau maîtrisée et des milieux aquatiques préservés

62 • Protéger les ressources en eau superficielles et souterraines : évaluer la qualité des eaux et réaliser des économies d’eau (notamment en agriculture et en développant des projets avec la Société du Canal de Provence).
63 • Restaurer le bon fonctionnement des rivières pour lutter contre les inondations et préserver la biodiversité.
64 • Promouvoir et décliner la Charte régionale de l’eau auprès des communes.

Objectif
Préserver 70% des milieux aquatiques en bon état écologique. 
 

Des risques anticipés

65 • Décliner les propositions du Livre blanc des risques créé dans le Plan climat « Une COP d’avance », en s’appuyant sur le comité de concertation régional des risques.
66 • Intégrer systématiquement les risques dans les politiques d’aménagement et d’urbanisme et les actions de désimperméabilisation conformément aux règles fixées dans le SRADDET*.
67 • Créer une « Journée régionale des risques » pour développer la culture du risque.
68 • Accompagner les acteurs économiques sur la culture du risque et la prévention avec des appels à projets dédiés.
69 • Créer une « Garde régionale avalanche » et renforcer la solidarité avec les territoires de montagne.
70 Développer l’Observatoire des risques naturels majeurs pour approfondir la connaissance et la culture du risque auprès des élus et populations locales.

Objectif
Un territoire résilient aux risques naturels majeurs.