©JP Garufi

Transports |

Aix-Marseille : gagnez 20 mn sur votre trajet en bus !

La voie réservée aux transports en commun sur l’autoroute d’Aix-Marseille a été officiellement inaugurée le 21 octobre. En empruntant ces bus, les usagers bénéficient de leur fiabilité et gagnent en moyenne 20 minutes par trajet ! Très appréciable en heure de pointe… Pour la Région Sud, ces aménagements encouragent aussi l’écomobilité qui fait partie des objectifs de son Plan Climat.

Gagnez du temps sur votre trajet entre Aix-Marseille en empruntant les transports en commun même lors des heures de pointe ! Cela est possible grâce à l’aménagement, entre 2013 et 2017, des 6 kilomètres de voie réservés aux bus sur l’A51 au niveau de Plan-de-Campagne et sur l’A7 à l’arrivée en gare Saint-Charles. C’est une alternative fiable à la voiture individuelle pour désengorger la circulation et réduire la pollution, ce qui en fait un projet en adéquation avec les ambitions du Plan Climat régional « une COP d’avance ». 
Après l’expérimentation positive de ces aménagements, ces voies réservées aux bus ont été inaugurées le 21 octobre par le Président de Région, Renaud Muselier, le Préfet de Région, Pierre Dartout et par Martine Vassal, Présidente de la Métropole Aix-Marseille Provence et Présidente du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône.


Plus de transports en commun pour réduire la pollution... 


Pour la Région Sud, de tels « aménagements permettent d’apporter une réponse rapide et efficace aux objectifs de son Plan Climat de réduire de 25 % des gaz à effet de serre et d’être la première région à atteindre la neutralité carbone à 2050 ». Responsables de 30 % des émissions de gaz à effet de serre, les transports sont au cœur de la transition écologique. Il est donc nécessaire d’améliorer leur fiabilité et leur efficacité pour lutter contre le changement climatique et défendre la santé publique par une amélioration de la qualité de l’air. 
C’est pourquoi l’intégralité de l’enveloppe restante au contrat de Plan État-Région - soit 14,3 millions d’euros – est mobilisée pour développer d’autres aménagements, notamment sur l’A7, l’A50, l’A51 et la RN 296.

… et désengorger la circulation 


Malgré la complexité à aménager ce type de voie par manque de surface disponible, le choix des premières réalisations s’est orienté sur les secteurs les plus congestionnés en heure de pointe. Résultat : ces voies réservées au bus sur autoroute deviennent une solution fiable et pertinente pour améliorer les transports collectifs. Au quotidien, ils permettent de gagner plusieurs minutes sur les trajets pour les habitants qui ont fait le choix de laisser leur voiture au parking. 


Pour une mobilité toujours plus durable


D’autres aménagements réservés aux transports en commun sur autoroute se sont poursuivis en 2018-2019 avec :
•    l’extension sud sur 1,8 km supplémentaire de la voie réservée au niveau de Plan-de-Campagne. Effective depuis le 5 novembre 2018, l’aménagement global sur cette zone s’élève à près de 5 km de voie réservée aux transports en commun. 
•    la réalisation d’une Voie Réservée aux Transports en Commun à l’entrée sud d’Aix-en-Provence sur 2 km (sur A51 et A516) dont la mise en service a été effectuée en mai 2019.

Un projet identique d’aménagement de voies réservées est prévu sur l’autoroute A8, entre Nice et Sophia Antipolis. Sur cet axe très emprunté, plus de 800 000 voyageurs par an sont dépendants des conditions de circulation. 


•    Les lignes de cars décarbonés : mises en service des 2 premières lignes de cars 100 % électriques d’Europe entre Aix -Toulon et Aix-Avignon.
•    Les 3 lignes au Gaz naturel entre Salon et Arles et entre Draguignan et Saint-Raphaël : plus de 200 000 personnes voyagent sur ces lignes et plus de 800 tonnes de CO² qui sont économisés chaque année.
•    Un Fonds d’aide à la conversion des véhicules au bioéthanol avec un objectif de 10 000 véhicules dans 2 ans. Le réseau routier régional est désormais équipé d’une borne de recharge électrique tous les 100 kilomètres
•    Le dispositif Escales zéro fumée permet un branchement électrique à quai pour les ferries dès 2020 et les navires de croisière en 2025.