JP Garufi

Culture |

Bonne fête à toutes les mamans !

Comme toutes les années, nous célébrons les mamans, ce 30 mai 2021.

Un jour seulement n’est pas rendre justice à cette personne si particulière qui nous a mis au monde, car une maman c’est unique. Ce lien souvent indéfectible résiste à tous les orages !

Et nous oublions parfois que maman ne dispose pas de la même image que celle de la mère qui fut et est célébrée depuis l’aube des temps…

Mère ou fécondité ?

La fête des mères fut instaurée en 1950 en France, mais elle n’est que l’aboutissement de millénaires de fascination du « féminin » dans l’histoire de l’humanité.

A la différence de la maman (unique), la mère porte une signification plus globale comme la Mère Nature à laquelle toutes les civilisations au travers de l’histoire, voire de la préhistoire, ont voué un culte, celui du mystère de la vie et par extension celui de la fécondité.

Du lointain paléolithique, où des cultes auraient été rendu à des « déesses mères » dans son pouvoir de donner la vie, nous est parvenu des « Vénus » qui représentent cet être vénéré.

Sous forme de figurines mettant en avant les attributs féminins, ces Vénus (la plus connue étant celle de Willendorf) ont laissé supposer une culture où le féminin occupe une grande place. A ce jour plus de 200 « Vénus » paléolithiques ont été mises à jour, toutes de taille modeste (de 4 à 5 cm), probablement en raison du mode de vie nomade qui exigeait un transport « pratique » et léger.

                                                                    
                                                  Vénus paléolithiques (entre 30 000 et 25 000 ans avant notre ère) Capture d’écran Twitter/@redhistorie

Une célèbrearchéologue du milieu du XXe siècle, éminente spécialiste de l’Age du bronze,Marija Gimbutas, avança une théorie sur l’existence d’une civilisation pré-indo-européenne qu'elle appela « culture préhistorique de la déesse », et qui aurait perduré du début du paléolithique supérieur jusque vers 3000 avant  J.-C. Ses fouilles effectuées principalement entre le Danube et les Balkans attestent de l’importance accordé au féminin.

Même si personne ne peut savoir comment vivaient les populations du paléolithique, ni quels rites ils pratiquaient, les historiens et pariétalistes sont quasi-unanimes sur un potentiel culte primitif de la fertilité qui aurait été universellement pratiqué.

Des représentations très différentes de ces cultes féminins sont visibles sur le territoire national, notamment à Rodez dans l’Aveyron avec la statue Menhir de « La dame de Saint Sernin ».

Sur tout le globe les représentations de la féminité ont été découvertes : dans les cultes celtiques, hindoues, sumériens, nordiques…

                                                                       
                      La Dame de Brassempouy (Paléolithique supérieur) est âgée d’environ 25 000 ans. Elle est la première représentation de visage humain féminin avéré (taille :3cm)

Puis, au fil des siècles, elles prennent la forme de déesses parmi un « panthéon » de divinités : Les plus vénérées demeurent : Ishtar (Mésopotamie), Isis (Egypte), Rhéa ou Aphrodite et Gaïa (Grèce antique)….Toutes sont mères et protectrices.

Lpatriarcat se serait peu à peu imposé avec l’arrivée de la sédentarité, de l’agriculture et du commerce au détriment du troc, du nomadisme et des chasseurs-cueilleurs. Dès le néolithique, les « déesses mères » se voient accoler un partenaire masculin (dans un rôle secondaire) puis les religions du Livre enterreront peu à peu toute influence féminine dans l’inconscient spirituel des humains.

La fête des mères

La fête des mères fut officiellement créée en 1950 par le président Vincent Auriol. Par une loi, chaque dernier dimanche de mai sera la fête des mères, à une exception ; si la Pentecôte tombe le dernier dimanche de mai, la date de la fête des mères est reportée au dimanche suivant.

Le village d'Artas (Isère) revendique encore aujourd’hui la création de la Fête des mères en France. Car en 1906, ce village organisa une cérémonie en l'honneur des mères de familles nombreuses. Deux mères de neuf enfants se sont vu décerner le prix de Haut mérite maternel.

Cependant, il fallut attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour voir l'instauration de la première "journée des mères" en 1918.  Lyon suit un mouvement né aux États-Unis et rend hommage aux mères et épouses qui ont perdu leurs fils et/ou mari.  En 1920, une fête des mères de famille nombreuse fut créée et le gouvernement officialisa une journée des mères en 1929. Pétain récupéra cette fête pour sa politique de natalité, qui lui fut faussement attribuée.

Mais la tradition de la fête des Mères remonte en réalité à la nuit des temps comme nous l’avons vu ou presque ! 

Après le néolithique, les Grecs continuèrent à célébrer les mères par le culte de Rhéa, la mère de Zeus et mère de tous les dieux, au moment du printemps. Ils célébraient également la fertilité. Les Romains ont célébré jusqu'au IVe siècle les mères de famille (les Matraliae, du latin mater qui veut dire mère) lors du premier jour du printemps…

C'est le 24 mai 1950 que fut définitivement officialisée cette fête, le président Vincent Auriol ayant promulgué un texte de loi sur la fête des Mères.

 

Dans le langage des fleurs, l'œillet symbolise l'affection et l'amour éternel d'une mère. Une légende prétend que l'œillet apparait à la naissance de l'Enfant. Léonard de Vinci peint la Madone à l'œillet. Depuis, l'œillet symbolise l'amour immortel d'une mère.
Mais si vous optez pour des fleurs, prenez surtout celles qu’elle préfère !!!

Bonne fête maman !

Il faut être une maman pour aimer et trouver ce collier de nouilles peintes comme l’œuvre d’art la plus extraordinaire !! (Pour reprendre le plus connu des cadeaux réalisés via l’école et les instituteurs)

Mais c’est l’occasion surtout de dire à cette maman à quel point elle compte pour vous. Les (fausses) surprises, les petites attentions sont les plus importantes de ce jour !

Car comment définir une maman ? En chinois l’idéogramme de la femme et celui de l’enfant génère le mot « bien, bon ». La mama, la madre, la mutti, la mum, quel que soit la langue, représente la personne qui veille et veillera sur vous toute votre vie. Cette personne, nous la chérissons toute l’année avec cette attention particulière le jour de sa fête comme un remerciement pour cet amour infini qu’elle a su nous porter, celui qui nous a fondé.

La maman peut également définir cet être à vos côtés, qui ne vous a pas mis au monde mais qui vous prodigue cet amour. Le plus fidèle qui puisse exister.

Alors bonne fête à toutes les mamans !!

Béatrice MICHEL