Sport |

Double ration de Ventoux au menu du Tour

Après les Alpes et avant les Pyrénées, le Mont-Ventoux est escaladé deux fois par les coureurs du Tour de France. De quoi nourrir la légende reliant le Géant de Provence au cyclisme.

Deux ascensions différentes du Mont-Ventoux sont au menu de la 11ème étape du Tour de France, mercredi 7 juillet. Sur un parcours de près de 200 km qui les conduit de Sorgues à Malaucène, les coureurs doivent vaincre à deux reprises les pentes du « Géant de Provence ». Abordée par Sault, la 1ère ascension est longue de 22 km avec une pente à 5 % en moyenne, classée en 1ère catégorie. Débutant peu après Bédoin, la 2ème fait plus de 15 km à près de 9 % de moyenne, classée hors-catégorie. Si les 1910 mètres de la 2ème ascension se situent à 20 km de l’arrivée, ils restent prometteurs d’une course disputée, voire acharnée, au vu notamment d’une victoire d’étape de très grand prestige.

Est-ce un hasard ? Les arrivées du Tour au sommet du Ventoux ont le plus souvent enrichi le palmarès des champions. Parmi les vainqueurs on compte en effet : Charly Gaul (1958), Raymond Poulidor (1965), Eddy Merckx (1970), Bernard Thévenet (1972), Marco Pantani (2000), Richard Virenque (2002) ou encore Chris Froome (2013).

 

Dans la légende

La toute première ascension du Mont-Ventoux par les coureurs du Tour se déroule le 22 juillet 1951, lors de l’étape 17 qui relie Montpellier à Avignon. Ce jour-là Lucien Lazarides passe en tête au sommet avant de terminer sur le podium de l’épreuve (3ème), derrière Raphaël Geminiani (2ème) et le Suisse Hugo Koblet (1er).

Depuis cette première, les ascensions du Ventoux ont donné lieu à des étapes entrées dans la légende du Tour de France, à l’image des deux exemples suivants :

13 juillet 1967 : Mort de Tom Simpson

Lors de la 13ème étape du Tour entre Marseille et Carpentras, Tom Simpson alors champion du monde en titre – il a aussi été le 1er Britannique à porter le maillot jaune en 1962 - titube sur son vélo, peu avant le sommet. Soutenu par des spectateurs, il tombe au sol.  Son décès est constaté à l’hôpital d’Avignon. La mort de Tom Simpson est la conséquence d’un collapsus cardiaque dû à l’épuisement, à la chaleur et à l’action de produits dangereux (des amphétamines sont trouvées dans le sang et l’urine après l’autopsie ). A la suite de son décès, les contrôles anti-dopage sont renforcés dans les compétitions cyclistes. Une stèle commémorative se trouve à 1,5 km du sommet en venant de Malaucène. De nombreux cyclistes amateurs y déposent toutes sortes d’objets relatifs au vélo en hommage au coureur britannique.

 

14 juillet 2016 : Le maillot jaune à pied

Lors de la 12ème étape de Montpellier au Mont-Ventoux, plus précisément jusqu’au Chalet Reynard, nouvelle ligne d’arrivée en raison d’un vent violent au sommet, Chris Froome poursuit l’ascension en courant. Entraîné dans une chute par une moto à l’arrêt dans le final de l’ascension, il abandonne son vélo rendu inutilisable. Image pour le moins inédite : le maillot jaune court en direction de l’arrivée car la voiture de son directeur sportif équipée d’un vélo de rechange ne peut le dépanner rapidement. Un nouveau vélo lui est donné par l’organisation mais les pédales ne conviennent pas. Enfin, Chris Froome arrive à franchir la ligne sur un autre vélo. Malgré son retard sur les premiers, le Britannique est classé dans le même temps par les commissaires. Il conserve son maillot jaune jusqu’à Paris, remportant ainsi son 3ème Tour de France.

7 juillet 2021 : la légende continue…