Franck Pennant

Agriculture-Forêt, Développement durable, Culture, Europe et international |

Entre la Région et le Costa-Rica, un partenariat durable !

En février 2019, une délégation régionale se rendait au Costa Rica pour la signature d’un accord de coopération afin de développer des partenariats sur l’éco-tourisme, la biodiversité, les parcs, la gestion de l’eau, la culture et la formation.

Vendredi 4 décembre, a vu se concrétiser cette collaboration entre un Etat et une Région, avec la labellisation du Ministre des Affaires Etrangères, Jean-Yves LE DRIAN.

 

  Une même inspiration

Depuis le déploiement du Plan Climat « Une COP d’avance », la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a déployé de nombreuses actions en matière de lutte contre le dérèglement climatique et de préservation de l’environnement. Ce plan, mis en œuvre avec les acteurs régionaux, mais aussi avec des leaders internationaux, est au coeur de la coopération avec le Costa Rica qui fait figure de modèle dans la protection de l’environnement, grâce à sa politique volontariste inscrivant la protection de l’environnement dans sa Constitution dès 1944. 

Aujourd'hui, vendredi 4 décembre, lors d'une visio-conférence, une présentation de l’état d’avancement de la coopération entre la Région et la République du Costa Rica a été faite, suivi de la signature virtuelle de l’accord de coopération afin de clôturer cet évènement historique.

Pourquoi un partenariat ?

Deux territoires, une volonté commune et une ambition partagée

Par son historique et la première signature, le 24 février 2019 au Costa-Rica, les deux territoires scellent leurs destins et leurs visions. Le Costa-Rica par une politique environnementale d’avant-garde et la Région par son Plan Climat et sa volonté de fédérer les partenaires méditerranéens. De plus ils partagent l’ambition d’être exemplaire dans la lutte contre le dérèglement climatique et la préservation de l’environnement en plaçant l’économie au service de l’environnement.

2 territoires, des similitudes :

Région Provence-Alpes-Côte d’Azur :

  • 5 millions d’habitants, 6 départements, superficie 31 400 km2
  • 2ième destination touristique de France
  • 3ième Région française pour la création d’entreprises
  • 3 grandes métropoles : Marseille, Toulon, Nice
  • 30% du budget régional consacré au Plan Climat, une Cop d’avance
  • 1000 km de côtes
  • 50% d’énergie renouvelable (majoritairement hydroélectrique)

République du Costa-Rica

  • 5 millions d’habitants, 7 provinces, superficie 51 100 km2
  • Une économie axée sur le tourisme vert
  • Des écosystèmes uniques au monde
  • 26% du territoire est en zone protégée
  • 1200 km de côtes
  • 99% d’énergie renouvelable (majoritairement hydroélectrique)

Le premier accord du genre entre une Région et un Etat

Le Costa Rica invite la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur à la présentation du plan de décarbonisation costa-ricien le 24 février 2019. S’en suit la signature de la préfiguration d'un accord sur 3 ans : octobre 2020, octobre 2023 entre la Région et le Costa Rica. Considérant que son champ d’expertise et de compétences couvrent l’ensemble des thématiques du plan climat régional et du plan de décarbonisation costa-ricien, cela permettra de faire rayonner cet accord bilatéral, ambitieux et visionnaire au niveau économique.

7 axes pour des compétences partagées 

1.La gestion des parcs naturels:

Pour un modèle économique pérenne et une préservation de la faune et de la flore sauvage réinventée.

Une collaboration entre l’Agence Régionale pour l’environnement (ARPE), l’agence des parcs nationaux du Costa Rica, le SINAC et l’ARB (Agence Régionale de la Biodiversité) a commencé à se tisser.

Le Parc de Port Cros avec le SINAC (Agence nationale des espaces protégés du Costa Rica signataire pour le compte du Parc du Corcovado), ont signé une déclaration d'intention en vue de développer une coopération bilatérale avec le parc national du Corcovado. En effet, les deux parcs nationaux disposent de certains éléments comparables comme une situation en zone littorale, des aires protégées insulaires, des stations d'accueil des visiteurs et de chercheurs, des espaces forestiers, une forte attractivité touristique qu’il convient de réguler et des équipes de gardes ou de rangers assurant l'accueil et la surveillance des 2 parcs, avec un volet de contribution à la connaissance des milieux naturels.

Les rangers et administrateurs des aires protégées et Parcs Nationaux rencontrés au Costa-Rica sont très motivés pour des échanges avec un parc national français tel que celui de Port Cros, ainsi que la direction générale du SINAC. Les agents du parc national de Port Cros connaissent le prestige de l'image du Costa Rica en matière de protection de la biodiversité et sont motivés par des échanges avec les aires protégées du Costa Rica.

Au Costa-Rica, l'organisation de gestion des aires protégées est centralisée au niveau national, (agence de la biodiversité et des aires protégées (SINAC)) qui dispose d'environ 1000 agents repartis à San José et dans 9 régions géographiques. (Environ 150 aires protégées et 25 parcs nationaux). Les rangers des aires protégées sont salariés du ministère de l'environnement et de l’énergie. Un parc national tel que celui du Corcovado ne dispose pas d'une autonomie administrative, mais dispose de comités locaux des aires protégées, composés de représentants de l'administration et des usagers.

2. L'éco-tourisme

Pour un échange de compétence en tourisme durable et afin d’inventer le tourisme du futur, le comité régional du tourisme (Région Provence-Alpes-Côte d'Azur) est vivement intéressé par l’écotourisme développé depuis des décennies par le Costa-Rica. Le travail de collaboration avec l’Institut Costa Ricien du tourisme (ICT) pour la Promotion de la marque écotourisme permettra aux professionnels du tourisme régional d’en apprendre beaucoup sur ce secteur d’avenir en développant les propres spécificités régionales pour tracer des projets d’envergure axés sur ce type de tourisme.

3.La protection et la gestion de la ressource en eau 

L’alimentation en eau et les installations hydrauliques

La Société du Canal de Provence SCP  et l’Agence de l’eau AYA (opérateur hydraulique du Costa-Rica) ont commencé à travailler ensemble. La Société du Canal de Provence a une expertise qui n’est plus à démontrer.

L’AYA, se positionne en opérateur hydraulique, surtout présent en ville (à San José), mais avec une compétence officielle en milieu rural qu’elle délègue à des associations communautaires en charge de l’eau potable. Le pays traverse des crises hydrologiques fortes, avec notamment une sécheresse qui s’installe sur la côte Caraïbe en raison du courant El Nino. Il est également confronté à des problématiques de conflit d’usage, avec une mise en exergue des impacts néfastes des cultures d’ananas et de bananes qui occasionnent des pollutions sur les bassins versants.  Les échanges avec la SCP pourraient répondre aux problématiques costariciennes.

4.La préservation de la biodiversité

Des biodiversités uniques au monde

Le Costa-Rica détient une richesse en biodiversité inégalable, cependant la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur protège sur ses territoires des espèces endémiques uniques au monde.

La collaboration entre le MINAE-SINAC et l'ARPE-ARB Agence Régionale pour la Biodiversité permet un échange d'expériences, d'outils et de bonnes pratiques en matière de gestion des espaces naturels protégés sur la gestion des conflits d’usages en période de sécheresse croissante valable sur les deux territoires, mais également sur la préservation des zones humides, le reboisement de la mangrove et l’éviction de l’utilisation des pesticides.

Les pratiques de gestion prioritaires, la surveillance écologique, l'éducation à l’environnement et le développement durable, le tourisme durable et l'écotourisme, la valorisation des services écosystémiques, les échanges sur les méthodes d'intervention sur l’environnement seront tous édifiants et constructifs pour la Région et le Costa-Rica. Ce partenariat se porte égalementsur la prévention et la lutte contreles incendies de forêt, la formation et qualification du personnel en charge des espaces naturels protégés, des accords de jumelage entre les aires protégées du Costa Rica et de la Région et des échanges d'expériences et d’informations pratiques sur la prévention et le contrôle des espèces animales et végétales envahissantes et la préservation des espèces locales et endémiques.

Un exemple avec le Parc de Camargue et la zone humide de Terraba-Sierpe qui se situe en aval d'un couloir fluvial dans une configuration similaire à La Camargue se rapprocheraient sur lesenjeux de biodiversité, d’éco-tourisme, de qualité des eaux et de changement climatique semblent être ceux sur lesquels il pourrait y avoir des échanges entre les experts des deux territoires.

5. La formation

Le Campus des métiers et de qualifications avec l'INA collabore avec le CNETH et l'ICT (acteurs costariciens de la formation professionnelle et du tourisme) ainsi qu’avec l’Université de la Paix (seule université au monde voulue par l’ONU) pour le développement du tourisme rural et la formation nécessaire des personnels ainsi que l’amélioration de la qualité de l’enseignement du tourisme au Costa-Rica.

6.Les entreprises 

EDF, Suez, Oshun (start up dans la potabilisation), EODD (conseil dans le développement durable)…

Oshun, œuvre sur des besoins en traitement d’eau et en gestion de panneaux photovoltaïques en sites isolés pour le Corcovado.

EDF s’est engagée à contribuer aux ambitions de la Région en matière de coopération internationale et à accompagner les entreprises du territoire dans leur développement international. La participation d’EDF, dans le cadre du déplacement au Costa-Rica s’inscrit dans cette logique. Notamment sur les domaines des installations industrielles avec les grands ouvrages hydrauliques, la chaîne Durance-Verdon depuis les grands lacs de Sainte Croix ou Serre Ponçon, des solutions énergétiques bas carbone pour accompagner le développement urbain, le développement du photovoltaïque vers une autoconsommation électrique, une efficacité énergétique des bâtiments, etc…Sur des axes de coopération scientifique,  EDF peut proposer des stages sur des sujets relatifs à l’hydraulique ou la ville durable et sur des missions d’expertise, d’ingénierie ou d’assistance maîtrise d’ouvrage.

EODD intervient avec ses 28 ans d’expertise en matière de conseil et d’ingénierie de la ville et des territoires bas carbone, sobres au plan énergétique et performants en matière de collecte et de valorisation des déchets.

7.La culture

Un accord d’échange culturel permettra de recevoir des artistes en Région et vice-versa avec notamment le projet « les Innovatoires » (Rencontres Européennes des Suds).Un véritable temps fort de Rencontres artistiques Internationales sur les thèmes Environnement et développement durable.  Chaque année, 5 pays seraient choisis, dont 3 en provenance des grands « Suds », et 2 venant d’Europe. Pour chaque pays, 3 jeunes artistes seraient « invités » pour mener à Marseille et dans sa Région, un travail en immersion, avec des artistes du territoire.

Les pays partenaires proposés pour la première édition du projet : Costa Rica, Maroc, Liban, Israël, Pays-Bas (Région Frise), Finlande.