Agriculture-Forêt, Développement durable, Tourisme |

Eté 2019 : La Région Sud renforce sa Garde régionale forestière

120 jeunes ont reçu leurs blasons de la Garde régionale forestière. Remis par François De Canson, conseiller régional en charge de la sécurité civile et des risques majeurs, cette cérémonie clôture ainsi la formation de la promotion 2019.

La Garde régionale forestière reprend ses quartiers d’été pour une surveillance accrue des massifs forestiers. Une garde renforcée avec plus de formation à la prévention et 120 jeunes mobilisés tout l’été soit 10 de plus que l’an dernier. Une mission d’ampleur et de service public avec une canicule précoce selon Météo-France qui indique une probabilité de températures estivales au-dessus des normales.

 

Une vigilance optimale pour la forêt méditerranéenne :

La Région Sud est particulièrement exposée aux risques incendie. Couvert de forêts sur près de 50% de son territoire soit 1 517 000 hectares, notre région a été à plusieurs reprises la grande victime des étés méditerranéens.

Même si l’année 2018 a été particulièrement clémente en matière d’incendies de forêt, cette fin de mois de juin observe une sécheresse un peu plus forte que la moyenne sur les départements des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse. Si la pluviométrie est conforme aux normales voire inférieures, on est sensiblement sur un début de saison de type 2016 qui a été marqué par de nombreux incendies (11 feux de plus de 50 ha dont 1 de + de 1000 ha).

Le dispositif « guerre du feu » fait partie intégrante du Plan Climat pour une COP d’avance, initié par le Président Muselier. La garde régionale forestière est un de ses bras armés et sera à nouveau très utile pour prévenir les incendies. Comme les autres mesures prises par la Région Sud : un renfort des moyens des Comités Communaux Feux de Forêt, l’expérimentation de solutions innovantes pour prévenir les incendies ou la création d’un comité régional de concertation sur les risques.

 

La garde régionale forestière qu’est-ce que c’est ?

Composée de jeunes âgés de 18 à 25 ans, formés par des professionnels du feu et connectés aux sapeurs-pompiers, la garde régionale forestière est déployé depuis 2018 sur tout le territoire régional

  • Sensibiliser au risque incendie la population locale ou passagère qui fréquente les massifs forestiers.
  • Renforcer les équipes de professionnels en surveillance du risque incendie aux abords des espaces naturels et forestiers du 1er juillet au 31 aout, période où le risque incendie est le plus sévère.
  • Venir en appui des dispositifs de surveillance des massifs existants.

Un dispositif renforcé en 2019

Lancé en 2018, les gardes ont mis l’accent sur la méconnaissance du public en termes de règlementation de prévention des incendies (règles d’accès aux massifs et comportement à adopter en espaces naturels en période estivale) et ne connaissaient pas ce qu’était un Parc naturel régional.

L’effectif de la garde régionale a donc été renforcé pour une meilleure répartition sur les espaces forestiers régionaux par 10 agents supplémentaires déployés notamment sur le nouveau PNR de la Ste Baume qui grâce à ces effectifs supplémentaires pourra couvrir 5 nouveaux sites très fréquentés l’été seront couverts, soit environ 30% des espaces forestiers régionaux. (comme la forêt de la Sainte Baume)

Par ailleurs, les effectifs dont bénéficiaient certaines communes l’an dernier ont été confiés aux structures de parcs auxquelles elles appartiennent afin que la répartition et l’organisation des gardes sur ces territoires soit plus efficiente. 

Identifiables par leur tenue de garde régionaux forestiers, les 120 jeunes sont recrutés directement par les parcs naturels régionaux, les parcs nationaux ou les structures de gestion de massif forestiers.

 

Une formation plus pointue sur la communication au public

La promotion 2019 a bénéficié d’une journée de formation supplémentaire, soit 4 jours au lycée de Valabre à Gardanne.

Les modules de communication et de gestion forestière ont été renforcés car les jeunes sont amenés dans le cadre de leurs missions à transmettre au public des informations relatives au risque incendie telles que :

  • Les gestes et comportements dangereux à éviter
  • Les gestes qui sauvent en cas d’éclosion de feu
  • Les règles d’accès dans les massifs
  • Les gestes à adopter pour préserver les espaces forestiers

L’acquisition d’éléments de langage et de pédagogie est absolument nécessaire pour diffuser aux populations locales et aux touristes les messages les plus importants qui permettront d’éviter les imprudences qui sont à l’origine des départs de feu.

Le module de PSC1, qui a connu un franc succès l’an dernier a été maintenu cette année ainsi qu’une formation en cartographie et utilisation des radios.

 

Un budget dédié à cette opération en hausse

Il est à souligner que face à l’appréciation des professionnels de la prévention et de la lutte contre les incendies, un constat a été fait indiquant que la présence des gardes sur le terrain s’avérait essentielle pour éviter les comportements à risque.

Le budget dédié à ce projet est donc passé de 488 000€ à 551 000€, soit une augmentation de 11% en un an.