Face à la crise sociale, nous ne laisserons personne sur le bord du chemin !

« La solidarité n’est pas un mot, c’est une éthique et une politique. Face à la crise sociale, nous ne laisserons personne sur le bord du chemin ! Avec ma Vice-Présidente Sonia ZIDATE et avec l’ensemble de la majorité régionale, nous savons que chaque collectivité doit contribuer, à la hauteur de ses moyens et compétences, à combattre la paupérisation et la pauvreté extrême. Nous agissons ainsi en conséquence !» a indiqué Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président des Régions de France.

Depuis plusieurs années, une subvention annuelle de fonctionnement est accordée aux cinq Banques alimentaires du Sud, à hauteur de 211 500 €, ainsi qu’aux six antennes des Restos du Cœur, à hauteur de 132 000 €.

L’aide de la Région permet ainsi de contribuer, chaque année, à la distribution de plus de 16 millions de repas servis par 438 associations et Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS), adhérents des banques alimentaires. Pour les Restos du Cœur, ce sont 112 centres d’accueil qui accompagnent près de 600 000 personnes par an avec environ 9 millions de colis-repas distribués.

L’état d’urgence sanitaire déclaré le 23 mars dernier a eu des conséquences immédiates sur les populations déjà fragilisées. Des centaines de familles se sont retrouvées dans une situation difficile au quotidien, victimes de la perte de leurs revenus, de l’absence de cantine et de la dégradation de leur pouvoir d’achat.

Les Banques alimentaires, placées en première ligne avec des équipes réduites, ont alors enregistré une augmentation de la distribution de denrées de plus de 30% durant la période de confinement.

Les Restos du Cœur, quant à eux, sont restés mobilisés et ont répondu très largement aux besoins en amplifiant les maraudes ou en prenant en charge de nouveaux bénéficiaires qui leur étaient pour la plupart envoyés par les services de l’Etat. Ils ont ainsi distribué environ 150 000 colis/repas supplémentaires depuis le confinement.

Afin de permettre aux centaines de bénévoles des Banques Alimentaires et des Restos du Cœur d’assurer ces distributions, la Région leur a fait don de 15 000 masques de protection sanitaire. Et une subvention complémentaire d’un montant de 100 000 € (81 000€ pour les Banques, 19 000€ pour les Restos) a été votée lors de la Commission Permanente du 19 juin.

En parallèle, la Région s’attache à lutter contre la pauvreté, la précarité et toutes les formes de violence et de discrimination, à prévenir le décrochage scolaire, la délinquance et les processus de radicalisation ainsi qu’à promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes. C’est ainsi qu’en 2019-2020, elle a accompagné dans ces domaines plus de 130 projets associatifs pour un montant total cumulé de 620 000€.

Elle a alloué un budget de 490 000 € en 2020, essentiellement dans le cadre de son partenariat avec les Centres d’Informations sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) et les structures du Mouvement du Planning Familial qui ont constaté une augmentation de 71 % de signalement de violences conjugales. Plus de 40 000 personnes ont ainsi été accompagnées par les plannings familiaux et 16 000 par les CIDFF. 
 

La Région Sud s’est également mobilisée en faveur d’une ambitieuse politique de prévention de la délinquance. Pour cela, et fait unique en France, elle a engagé avec le Ministère de la justice un partenariat pluriannuel qui vise à améliorer l’accès à la justice.

Ce sont ainsi 66 structures qui ont été financées en 2020 à hauteur de 1 484 000 € : 20 000 victimes ont pu être accompagnées, dont 3600 femmes victimes de violences conjugales ; 73 000 permanences d’aides aux victimes dans 71 communes se sont tenues ; 58 000 entretiens ou consultations juridiques ont été réalisés sur le territoire régional, soit avec un habitant sur cent ; 34 actions de remobilisation, d’adaptation, d’insertion ou d’aide aux chantiers éducatifs de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) ont été menés en direction de 1600 jeunes, avec 42 % de sorties positives (entrée en formation qualifiante ou en emploi).

Enfin la Région a financé les associations d’aides aux victimes à hauteur de 611 000 € en 2020 dont plus de 150 000 € consacrés au seul accompagnement des femmes victimes de viols ou d’agressions sexuelles.