Véronique Paul

Santé |

Face au cancer du sein, Octobre Rose nous rappelle que le dépistage sauve des vies

Le 1er octobre marque le début du mois consacré à la lutte contre le cancer du sein, le plus fréquent chez la femme. Après une édition 2020 fortement marquée par la crise sanitaire, la 28ème campagne d’Octobre Rose revient pour rappeler combien le dépistage sauve des vies.

Aujourd'hui en France, une femme sur huit risque de développer un cancer du sein au cours de sa vie. Chaque année, près de 60.000 nouveaux cas sont détectés et environ 12.000 femmes en meurent. Pendant un mois, avec Octobre Rose, associations, médecins, bénévoles se mobilisent dans chaque territoire pour informer et sensibiliser les femmes de tous âges sur la meilleure arme de protection contre cette maladie : la détection précoce.

Aujourd’hui, plus que jamais, informer est essentiel car lorsque la maladie est détectée très tôt, c’est-à-dire bien avant les premiers signes cliniques, il est possible de guérir en totalité à horizon de 5 ans. C’est le cas d’environ neuf femmes sur dix.On sait par ailleurs que plus la maladie est prise en charge au début, moins les traitements seront lourds. Le dépistage reste aujourd’hui la meilleure solution pour améliorer les pronostics.

Se mobiliser contre un dépistage en recul

Déjà en baisse au niveau national depuis le début des années 2010, la participation au dépistage des cancers connaît une nouvelle chute depuis la crise sanitaire. En effet, entre les retards accumulés pour les consultations dès le premier confinement et la crainte de nombreuses patientes de fréquenter des milieux médicaux, beaucoup d’examens ont dû être reportés voire annulés. Les spécialistes s’inquiètent aujourd’hui de ce décrochage.

A cela s’ajoute une participation aux tests structurellement faible en région Sud : en 2020, cette participation s’élève à 35% des femmes concernées par le dépistage contre 45,6% au niveau national (source : Santé Publique France 2021). Face à ce constat, la région Sud se mobilise. Encourager le dépistage et la prévention fait partie des grands axes de son Plan Cancer. Et c’est au plus près des territoires que le combat se mène, aux côtés des associations, des structures départementales de dépistage organisé mais aussi des Maisons de santé. 

Sur tout le territoire, un examen gratuit dès 50 ans

Dans chaque territoire, des réponses de proximité existent. Pour les femmes entre 50 et 74 ans, les plus exposées au risque de cancer du sein, des programmes de dépistage organisé sont mis en œuvre chaque année par les Centres Régionaux de Coordination des Dépistages des Cancers (CRCDC). Leur mission : accroitre la participation de ce public aux différents examens de détection des cancers. Ce programme concerne toutes les femmes sans symptôme à partir de 50 ans et n'ayant pas de facteurs de risque autre que leur âge.

Tous les deux ans, partout en France, les Centres Régionaux de Coordination des Dépistages des Cancers envoient une invitation à toutes les femmes résidant en région pour effectuer une mammographie. Cet examen est pris en charge à 100% par l’Assurance maladie. Le Centre se charge de relancer systématiquement celles qui ne répondent pas aux invitations. Mais elles ont aussi la possibilité de contacter le CRCDC à tout moment pour être informée et orientée vers les centres de radiologie les plus proches. Le CRCDC procède toujours à une deuxième lecture des résultats des examens, ce qui permet de détecter des cancers qui n’avaient pas été identifiés dans un premier temps. En région Sud, 16% de cancers du sein supplémentaires sont identifiés grâce à cette relecture. Le CRCDC assure également le suivi des personnes une fois le diagnostic établi.

Les centres de dépistage près de chez vous :
- Alpes de Haute-Provence et Hautes-Alpes : 04 92 53 91 41
- Alpes-Maritimes : 04 92 29 72 81
- Bouches-du-Rhône : 04 91 48 46 47
- Var : 04 94 42 42 83
- Vaucluse : 04 32 74 16 73

Dépistage pour toutes

Le risque de développer un cancer du sein augmente avec l'âge. Toutefois le dépistage concerne les femmes de tous âges. Chaque année, près de 3 000 femmes de moins de 40 ans se font diagnostiquer un cancer du sein, soit environ 5% des femmes touchées par la maladie.

Certaines femmes ayant des antécédents médicaux, ou certaines prédispositions génétiques, présentent un risque aggravé d'être atteintes de ce cancer. Les femmes ayant un risque élevé ou très élevé peuvent bénéficier d'un suivi adapté à leur situation individuelle. Depuis le 1er septembre 2016, les personnes nécessitant un dépistage spécifique peuvent bénéficier d'une prise en charge à 100 % pour les examens recommandés dans leur situation.

Quels sont les facteurs qui augmentent le risque de cancer du sein ?

L’âge 
: près de 80 % des cancers du sein se développent après 50 ans.
Le mode de vie : tabac, alcool, manque d’activité physique, alimentation peu équilibrée augmentent le risque de cancer, dont celui du sein.
Les antécédents : certains antécédents médicaux (précédents cancers, affections du sein), personnels (exposition aux radiations médicales avant 30 ans) et familiaux surexposent au risque de cancer.
Source : ARS PACA

Chaque situation est unique. C'est pourquoi, c’est le médecin qui déterminera les modalités de dépistage ou de suivi les mieux adaptées à chaque cas. Quel que soit l’âge auquel le cancer se manifeste, les symptômes sont les mêmes. Dès la moindre anomalie, il est conseillé de consulter rapidement pour ne pas rester sans diagnostic.

Quel que soit leur niveau de risque, l’Institut National du Cancer recommande un examen clinique des seins une fois par an pour toutes les femmes à partir de 25 ans. Cet examen rapide et indolore permet de détecter une éventuelle anomalie. Il peut être réalisé par un généraliste, un gynécologue ou une sage-femme.

Octobre Rose en région Sud : sélection d’événements et animations

Dans les Alpes-de-Haute-Provence 
: La Ville de Manosque souhaite sensibiliser à la lutte contre le cancer du sein en organisant une collecte de soutiens-gorge neufs ou usagés. Vous pouvez les déposer jusqu’au 31 octobre, dans différents points de collecte de la ville.
https://www.ville-manosque.fr/fete-et-manifestation/octobre-rose-collecte-de-soutien-gorges/

Dans les Hautes-Alpes, la Ligue contre le cancer associe les commerçants à la lutte contre le cancer du sein en organisant un concours de « vitrines roses ». Du 1er au 31 octobre, tous les commerçants hauts-alpins sont invités à décorer leurs vitrines en rose. Pour ceux qui le souhaitent, un concours sur les réseaux sociaux viendra récompenser les plus belles vitrines. Informations et inscriptions sur : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfEj6iwmcFs62TLwDAd7oq0P1DTd6qwiXbdGzgy-bD4w6qlxQ/viewform

Dans les Alpes-Maritimes, une « régate rose » au départ du port Vauban à Antibes est organisée la journée du samedi 16 octobre par l’association SOS Cancer du sein. Cette course solidaire s’adresse aux femmes touchées par un cancer afin de leur faire découvrir le plaisir de la voile le temps d’une journée. L’inscription en ligne est possible jusqu’au 10 octobre Inscription à la Régate "ROSE" du Samedi 16 Octobre 2021 à partir du Port Vauban d'Antibes avec la SRA (google.com). L'opération est également programmée à Marseille le samedi 9 octobre.

Dans les Bouches-du-Rhône, le club de foot de Ventabren organise un tournoi de foot féminin. L’objectif est de collecter des fonds qui seront reversés à la Ligue contre le Cancer. Rendez-vous à partir de 10h le samedi 9 octobre au stade municipal. https://www.ventabren.fr/agenda/octobre-rose

Dans le Var, illuminations, exposition de plein air à la Maison du Cygne, ciné-débat au « Six n’étoiles » sont au programme à Six-Fours-les-Plages.

Dans le Vaucluse, une course et marche solidaire est organisée dans le Massif d'Uchaux au départ du Parc municipal de Sérignan-du-Comtat dimanche 29 octobre. Les dons collectés seront reversés à la Ligue contre le cancer.
Info et inscriptions : https://www.serignanducomtat.fr/archive-newsletter/view/1/63-octobre-rose-courir-ou-marcher-dans-le-massif-d-uchaux.html?tmpl=component&tmpl=component