© DR

Développement durable, Culture |

Au Festival d’Aix-en-Provence, les décors sont 100 % écoconçus

Une première en France ! Depuis 2017, les décors du Festival d’Aix-en-Provence sont entièrement écoconçus et vivent même une seconde vie. Cette démarche exemplaire s’inscrit dans le cadre du Plan climat régional Une Cop d’avance. Découvrez notre reportage réalisé dans les ateliers du festival situés à Venelles, dans les Bouches-du-Rhône.

Depuis plusieurs semaines, menuisiers, serruriers, peintres et décorateurs des ateliers du prestigieux Festival d’Aix sont à pied d’œuvre. Leur mission ? Réaliser les décors des deux opéras qui se produiront en alternance du 3 au 22 juillet, au Théâtre de l’Archevêché : Requiem, mis en scène par Romeo Castellucci, et Tosca, par Christophe Honoré. Les plans des scènes sont affichés à l’entrée des espaces de travail. Chaque élément est numéroté avec minutie, afin de faciliter le montage et démontage qui devront être réalisés dans des temps records lors du festival. Tout a été pensé en amont, y compris le devenir des décors… après les représentations !

Depuis Carmen, du metteur en scène Dmitri Tcherniakov, opéra phare de l’édition 2017, le Festival d’Aix est passé maître dans l’art de l’écoconception. Le bois compressé et le liège ont remplacé le polystyrène, la colle à bois s’est substituée à la colle à solvant, les peintures à l’eau et acryliques ont remplacé les peintures solvantées. Certains costumes sont même fabriqués à partir de tissus recyclés et teintures végétalisées. « Quand je suis arrivée dans l’équipe du festival en 2012, nous voulions avant tout réduire nos déchets, raconte Véronique Fermé, en charge du développement durable. Nous en produisions 38 tonnes, c’est énorme et ça coûte très cher ! » Avec l’aide de la Région et de l’Ademe, le Festival d’Aix a mené une réflexion globale visant à réduire son impact sur l’environnement.

Première étape : la mise en place du tri à la source, avec l’installation dans les ateliers de bennes dédiées au bois, au carton, au fer. Résultat : 20 % d’économies sur le traitement des déchets dès la première année ! « L’idée de travailler sur les matériaux est venue des équipes, précise Véronique. Tout le monde a tout de suite adhéré à la démarche et souhaitait aller plus loin. » Les avantages de l’écoconception ? « Le coût final : un éco-matériau est certes plus cher à l’achat, mais il coûte moins cher lorsqu’il est jeté. Pour Carmen, nous avons réalisé 8 % d’économies par rapport à une conception normale, sans compter les économies de CO2 ! » 

En 2019, pour la première fois, aucun morceau de décor n’est parti à la benne. Tout a été réutilisé en interne ou été donné à des structures culturelles locales : l’association Yes We Camp, l’École d’art d’Aix, une compagnie de théâtre marseillaise, des écoles et des centres aérés. Même principe pour les costumes : ils sont mis en vente auprès des salariés tous les 2 ans à 5 euros, avant d’être récupérés par de petites associations locales ou donnés à la fibre du tri. « C’est l’aboutissement d’un gros travail que nous menons depuis 2014 afin d’identifier tous les producteurs et collecteurs de décors potentiels, explique Véronique. L’idée est de créer une sorte de bourse aux décors, mais aussi de sensibiliser les structures culturelles au fait que chacun peut être acteur de la gestion de ses propres déchets. » Pour diffuser ses bonnes pratiques, le festival d’Aix a même créé un guide pratique spécialement dédié à l’écoconception des décors. Ce guide permet de mieux comprendre les enjeux financiers, environnementaux et humains liés à la production d’un décor d’opéra, d’impliquer tous les partenaires et parties prenantes qui entrent en jeu dans la production des décors et de leur transmettre un savoir faire. Sa vocation ? S’ouvrir et s’enrichir grâce à la mutualisation de la démarche avec de nombreuses autres maisons d’opéra et de théâtre. À bon entendeur !

 

Festival d'Aix-en-Provence, du 3 au 22 juillet 2019. Retrouvez tout le programme et les informations pratiques sur www.festival-aix.com

Inédit ! Dix-sept festivals du spectacle vivant parmi les plus emblématiques de la région Sud (Aix-en-Provence, La Roque d’Anthéron, Les Suds…) sont associés au sein du Collectif des festivals écoresponsables et solidaires (Cofees). Objectif : sensibiliser et inciter les festivals culturels de la région à des pratiques responsables en partageant les connaissances et les bonnes pratiques, en mutualisant les moyens et en réduisant les impacts sur l’environnement des manifestations.

Créé en 2014 avec le soutien de la Région et de l’Ademe, ce collectif a déjà mis en place de nombreuses actions pour inciter les autres festivals aux pratiques responsables : organisation de rencontres, enquêtes, outils partagés de communication et sensibilisation, formations, audits.... En 2019, le collectif a lancé un grand audit auprès des publics de ses membres afin de connaître les pratiques des festivaliers en termes de déplacements et l'impact économique des festivals. « Pour les déplacements, l’idée est d’avoir une photographie de leurs contraintes, de leurs attentes et de leurs besoins pour se rendre sur les lieux des manifestations, commente Véronique Fermé, coordinatrice du collectif. À partir des résultats, nous verrons quelles solutions peuvent être mises en place, en lien avec les acteurs locaux, pour réduire le nombre de véhicules individuels. Faut-il proposer quelque chose de nouveau ou au contraire renforcer la communication autour de solutions qui existent déjà ? » Résultats cet automne, avec, en ligne de mire, des actions concrètes dès 2020.  

 

Le Cofees, c’est… 

Plus d'infos sur cofees.udcm.net

Le Plan climat régional Une cop d'avance prévoit de renforcer les exigences vis-à-vis des organisateurs d’évènements. L’idée ? Les inciter à prendre des mesures pour limiter leur impact sur l’environnement (réduction des déchets, déplacements limités, maîtrise des consommations, utilisation de matériaux recyclés, etc.). Une action phare, sachant que plus de 900 festivals sont organisés toute l’année dans la région Sud, attirant plusieurs millions de personnes !

En savoir plus sur le Plan Climat