PNR des Alpilles

Agriculture-Forêt, Développement durable |

La « Routo », sur les pas de la transhumance

L'ambitieux « Projet Routo, une draille pour vivre », a été homologué en 2020. Ce projet porté depuis 2008 par la Maison de la Transhumance, l'association La Routo et l'Écomusée du pastoralisme à Pontebernardo était attendu depuis longtemps en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. C’est chose faite ! La Routo est devenu le GR® 69 ! Il longe les draio et carraire, ces chemins empruntés depuis des siècles pour guider les troupeaux vers les alpages.

Le GR® 69 La Routo

Routo, en occitan, signifie chemin de transhumance. Ce parcours suivait les grands troupeaux ovins qui reliaient en trois semaines, sur près de 540 kilomètres, les plaines de la Crau à la vallée de la Stura en Italie. L’idée de « la Routo » est de réactiver ces chemins abandonnés depuis une cinquantaine d’années et de les réhabiliter en chemin de grande randonnée et y aménager des gîtes d’étapes,des balisages et un topo-guide.

C’est chose faite après des années de travail et de détermination de la part de tous les nombreux protagonistes. Cet itinéraire transfrontalier est enfin opérationnel et permettra à tous ceux qui souhaitent tenter l’aventure de se lancer sur les traces centenaires des grands troupeaux de moutons qui pratiquaient la grande transhumance estivale. Cet itinéraire de grande randonnée ‘GR® 69 La Routo®’ compte aujourd’hui près de 540 km, basé sur les anciennes drailles de transhumance, permettant de découvrir les différentes dimensions de l'élevage pastoral en parcourant de somptueux paysages. Le parcours final, homologué en sentier de Grande Randonnée GR®69 par la Fédération Française de Randonnée Pédestre, s’appuie sur les nombreux itinéraires pédestres existants (sentiers de Grande Randonnée et de Petite Randonnée) avec des tronçons adaptés aux pratiques équestres, VTT et VTTAE.

 

L'étymologie du terme « transhumance » révèle deux données: « trans » (au-delà) et « humus » (le pays). Traduisez : un parcours qui conduit au-delà du territoire d'origine. Ce déplacement saisonnier de troupeaux le long des routes migratoires en Méditerranée et dans les Alpes, a été inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité en décembre 2019*. 

Le projet La Routo s’efforce de répondre aux nouvelles attentes du public plus favorable désormais à un tourisme de patrimoine, de découverte et de partage. Véritable outil de développement durable des territoires, La Routo associe l’ensemble des filières agricole, gastronomique, touristique, artisanale, environnementale et patrimoniale autour du tracé : Pays d’Arles, Grand Verdon, Pays Dignois, Pays Serre-Ponçon Ubaye Durance ».

Ce parcours est le résultat d’un vaste programme de coopération associant 4 territoires ruraux (Pays d’Arles, Grand Verdon, Pays dignois et Pays S.U.D) et 7 partenaires régionaux (Maison de la transhumance, Parc naturels régionaux des Alpilles et du Verdon, Office de Tourisme Provence Alpes Digne les Bains, Provence Alpes Agglomération, Centre d'Etudes et de Réalisations Pastorales Alpes Méditerranées et Communauté de communes Vallée de l’Ubaye Serre-Ponçon).

*Ce projet est financé dans le cadre d’un Plan sur le tourisme outdoor au titre du programme européen transfrontalier Interreg ALCOTRA

33 étapes en partant d’Arles, dans le delta du Rhône et la plaine de la Crau, en passant par le Var, l’itinéraire rejoint les Alpes de Haute Provence par Gréoux-les-Bains, le plateau de Valensole, Digne-les-Bains, Seyne-les-Alpes et Barcelonnette pour poursuivre jusqu’au col de Larche, et se poursuit en Italie jusqu’à Cuneo, dans la Valle Stura.

Le GR® 69 La Routo* a été homologué en chemin de Grande Randonnée par la Fédération Française de Randonnée en juin 2020. L’aménagement de l’itinéraire (balisage spécifique GR69, signalétique…) a été réalisé au printemps 2021 ainsi que l’édition d’une carte de randonnée. Le topoguide FFRP sera disponible au printemps 2022.

Une occasion de marcher au rythme des troupeaux d’antan et reprendre goût à une temporalité plus lente et à échelle humaine.

Un projet soutenu par l'Europe
La Routo a fait l'objet d'un financement européen via le FEADER ( Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural, dans le cadre du programme LEADER (Liaison Entre Action de Développement pour l'Economie Rurale)

La Routo et le Parc naturel régional des Alpilles, une coopération

La Routo traverse deux Parcs naturels régionaux, le Verdon et les Alpilles, ce dernier accueillant la première étape a ajouté une dimension culturelle pour ne jamais perdre une opportunité de se nourrir l’esprit par la création et l’histoire.

« Sur les pas de la transhumance » traverse les communes de Fontvieille, Maussane-les-Alpilles, Mouriès, Aureille, Saint-Martin-de-Crau et Eyguières. C’est donc tout naturellement que le Parc s’est associé dès 2014 à la Maison de la Transhumance pour proposer une valorisation agritouristique et pédagogique des patrimoines liés à l’élevage pastoral et à la transhumance en Pays d’Arles.

Un troupeau signé Yoann Crépin pour rendre hommage à la transhumance

En marge du GR® 69 La Routo, le Parc naturel régional des Alpilles et la Métropole Aix-Marseille Provence se sont associés pour confier à un artiste, Yoann Crépin, le soin d’investir le site de Saint-Gabriel et les alentours de sa célèbre chapelle et de sa tour médiévale. En sublimant les matériaux naturels glanés dans les Alpilles, tels que le Cyprès de Provence, le Genévrier cade et l’olivier, Yoann Crépin interagit avec les éléments, joue avec la lumière et l'apesanteur ou s’approprie l'eau, la terre et les végétaux. Une de ses œuvres: la Porte de la Pluie orne les jardins de la Maison du Parc et dont les pommes de pin s'ouvrent et se ferment en fonction de l'hygrométrie.

A Tarascon, le projet artistique de la Croisée de Saint-Gabriel a fait surgir trois chèvres du Rove mesurant 2,20 m au bout de leurs cornes tressées. Elles seront rejointes dans les semaines à venir par leurs cabris et un cartel d’œuvre qui permettra d’en apprendre plus sur l’histoire pastorale des Alpilles. Cet hommage poétique à la transhumance et à cette race caprine patrimoniale est à découvrir sur l'une des boucles locales La Routo dans les Alpilles.

A propos des chèvres du Rove

Avec l’arrêt de la transhumance à pied, la race a presque disparu dans les années 1970 avant d’être sauvée par des éleveurs passionnés. On compte aujourd’hui plus de 10 000 têtes de chèvres du Rove, majoritairement élevées dans les Bouches-du-Rhône. Dans les massifs forestiers provençaux, la chèvre du Rove joue un rôle important : friande d'épineux délaissés par les moutons, elle participe à réduire le risque incendie.

Dans les Alpilles, trois éleveuses passionnées perpétuent cette tradition pastorale et bénéficient de la marque Valeurs Parc, qui reconnaît leur engagement dans le développement d’une économie locale respectueuse de l’environnement : la Boucabelle des Baux, la Chèvrerie de La Coraline à Mouriès et La Ferme des Gaec-Gillet à Aureille (retrouvez toutes les infos sur consommerparc.fr).

Béatrice MICHEL

En savoir plus :

  • Des Topoguides sont disponibles dans les maisons des Parcs concernés

Les patrimoines pastoraux et l’histoire de la transhumance dans les Alpilles sont à retrouver à pied ou à VTT tout au long de 5 boucles locales La Routo, dont les topoguides sont à retrouver dès ce printemps dans les Offices de Tourisme du territoire et à la Maison du Parc à Saint-Rémy-de-Provence.

Plus de renseignements sur la Routo :
Maison de la Transhumance : +33 (0)4 90 17 06 63/ www.transhumance.org • www.larouto.eu
Parc naturel régional des Alpilles : https://www.parc-alpilles.fr/