©Florent Gardin

Culture |

Les Rois gourmands !

Le 6 janvier représente la date biblique de l’Epiphanie. Ce jour n’étant pas férié, nos sociétés modernes ont donc institué que l’Epiphanie se fête le premier dimanche de janvier, sauf si ce dimanche tombe le jour de l’an. A vous donc de décider quand fêter les rois !

L'Épiphanie qu’est-ce que c’est ?

Fête chrétienne, l’Epiphanie célèbre les trois rois mages. Elle a lieu le 6 janvier. Mais, les fêtes chrétiennes ont très souvent intégré les pratiques du paganisme antérieur. Notamment dans ce cas, les Saturnales romaines, où le retour de la lumière était célébré (car les jours recommencent à croitre dès le 23 décembre). Lors de ces festivités les rôles étaient inversés entre maitres et esclaves. Ces derniers devenaient eux-mêmes les rois le temps d’une journée.

En France, depuis le Moyen-Age, nous fêtons l’Epiphanie autour d’un gâteau à fève. Sa forme ronde et dorée représente la lumière du soleil. Celui qui a l’honneur d’obtenir la fève devient le roi d’un jour.

Mais la question se pose toutes les années : quelle est l’originale ? Galette ou brioche des rois ?

Galette ou brioche ?

Certaines sources, affirment que durant le Moyen-Age classique, les français dégustaient une boule de pain dans laquelle un haricot était inséré, faisant office de fève. Avec le temps, la recette s’améliore et devient brioche aux fruits confits, c’est donc la brioche qui semble être la première à apparaitre dans le paysage pâtissier français.

La trace historique de la première galette feuilletée (mais sans frangipane) apparaît seulement au XIVe siècle, en 1311 à Amiens, grâce aux archives ecclésiastiques. Une vraie fève était également insérée dans le gâteau.

La différence : les produits locaux !

La galette feuilletée au beurre se développe dans le nord de la France et la couronne briochée aux fruits confits et à la fleur d’oranger au sud. Pourquoi ? tout simplement en raison de la disponibilité de certains produits. Peu de beurre dans le sud de la France et pas de fleurs d’orangers et peu de fruits confits au nord du pays. A noter toutefois que la frangipane (composée d’amandes) a été importée par Catherine de Médicis d’Italie au XVIe siècle, donc du Sud…

Nous pouvons parler de match nul entre la galette et la brioche, car chacune des deux est légitime. Aujourd’hui, il ne s’agit plus que d’une histoire de goût et l’important n’est-ce pas le plaisir de partager brioches ou galettes avec son entourage ?

La fève désigne le roi !

La fève répond également à une référence historique car les grecs en avaient l’usage pour désigner leur magistrat, un procédé qui fut repris par les Romains et par l’Epiphanie pour désigner le roi ou la reine d’un jour. Aujourd’hui les formes sont multiples et certains d’entre nous collectionnent les fèves, désormais objets de créativité.

Pour l’anecdote,  durant la révolution française, alors qu’il n’était plus question de roi et reine, la fève fut remplacée par un bonnet phrygien, mais pas question de se priver de la galette…

Comment « tirer les rois » ?

La tradition veut que le gâteau soit partagé en autant de parts que de convives en ajoutant la part du « pauvre » que l’on a coutume d’appeler « part du bon Dieu ». Le plus jeune des enfants se glisse sous la table pour désigner la part revenant à chacun. Mais si la fève vous désigne reine ou roi, vous devrez offrir la prochaine galette.

Si le jour de l’Epiphanie est bien le 6 janvier, il est coutume de s’offrir plusieurs séances de galettes des rois durant tout le mois de janvier, de quoi goûter à la fois galettes à la frangipane et couronnes briochées aux fruits confits…

Bonne Epiphanie gourmande à toutes et tous !

Béatrice MICHEL