Économie-Entreprise, Europe et international |

L’investissement au cœur de Méditerranée du Futur

Le 26 novembre, le Palais du Pharo a accueilli l’acte 3 de Méditerranée du Futur pour une journée exceptionnelle dédiée à l’investissement en Méditerranée. Près de 2000 personnes, chefs d’entreprises, financeurs, personnalités, experts et simples citoyens y ont participé.

L’auditorium est bondé lors l’ouverture de l’événement par Renaud Muselier, Président de la Région Provence Alpes Côte d’Azur et Président de Régions de France et le ton est donné : «Pour la première fois, les porteurs de projet seront associés aux grands financeurs afin de susciter [...] de vrais résultats». Nasser Kamel, secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée poursuit : «Nous sommes ici pour bâtir les jalons d’un avenir prometteur pour la Méditerranée.»

 

Pourquoi investir en Méditerranée ?

Après l’ouverture s’enchaînent les conférences dédiées à l’innovation spatiale et au cloud technologique, la première table ronde en lien avec l’investissement et des témoignages de success stories de projets méditerranéens en cours. 

Pas le temps de souffler, le grand entretien de Rodolphe Saadé, président de CMA-CGM, commence. L’occasion pour lui de rappeler l’importance du commerce par la voie maritime et le rôle central de la mer Méditerranée. 

Jean-Yves Le Drian prend ensuite la parole. L’émotion gagne l’auditorium alors que le ministre de l’Europe et des affaires étrangères débute son propos en rendant hommage aux treize militaires décédées la veille au Mali. Il donne ensuite sa vision de l’acte 3 de Méditerranée du Futur : «On est au point culminant de l’action avec cet acte 3 et j’en suis très heureux.  [...] Il faut des projets concrets.»

 

Projets concrets à la recherche d’investisseurs

Pour l’après-midi, les participants partagent leur temps entre les tables rondes thématiques, des nouvelles présentations et les ateliers réservés aux porteurs de projets recherchant des investisseurs. 

En quelques minutes, ils doivent présenter leur projet et séduire. Les montants peuvent aller de quelques centaines d’euros à plusieurs millions. Tous les secteurs d’activité sont concernés. Au total, ce sont plus de 60 projets innovants qui sont ainsi soumis à des auditoires concentrés.

La journée se termine par le concours des entreprises innovantes. Le Prix Mare Nostrum est attribué à Green Watech, société marocaine, développant une solution pour le traitement et la réutilisation des eaux usées. Le Prix Made in Méditerranée est attribué à Eranova, start up française, dont le coeur de métier est la mise en place d’un processus de fabrication de matières plastiques à partir d’algues. Ces deux prix démontrent, s’il en était besoin, la vitalité et le talent des jeunes pousses méditerranéennes. 

Le mot de la fin revient à Renaud Muselier. Après avoir remercié chaleureusement tous les participants, il rappelle que Méditerranée du Futur n’a que trois ans et que cette rencontre est devenue essentielle au fil des ans au progrès des habitants des deux rives et à notre bien commun, la Méditerranée.