©J.P.Garufi

Education-Lycées, Aménagement |

Lycée Simone Veil : transmettre pour ne pas oublier

Le nouveau lycée construit à Marseille par la Région porte le nom d’une femme qui impose le respect et l’admiration : Simone Veil. Lors de son inauguration en février, un hommage solennel a été rendu à cette grande dame, survivante de la Shoah et ancienne ministre de la Santé.

Défiant un ciel pluvieux, de nombreuses personnalités se sont rendues, jeudi 1er février, devant le nouvel établissement construit par la Région – Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur dans le 13e arrondissement de Marseille. Ce jour-là, le lycée Saint-Mitre a été baptisé du nom de Simone Veil.

Nous honorons la mémoire d’une femme, d’une mère, d’une partie même de l’Histoire de France que nous aimons tant : Simone Veil. Un lycée Simone Veil, quel plus beau symbole pour notre jeunesse ?

Renaud Muselier
Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

À son tour, Gilles Fernandez, proviseur du lycée, a pris la parole : « On peut faire confiance à la jeunesse. Ils porteront haut les valeurs qu’elle a véhiculées ».

Un lycée moderne et exemplaire

À l’intérieur de l’enceinte, une immense toile de cette illustre figure féminine rappelle que ce 181e lycée public de la région, situé dans le quartier Saint-Mitre à Marseille, est officiellement baptisé du nom de Simone Veil. « Le lycée s’inscrit aussi dans la modernité avec une gestion environnementale exemplaire dont pourront bénéficier les 885 élèves dans les sections générales, technologiques et post-bac », poursuit le Président de la Région, qui a investi 37 M€ dans la construction de cet établissement ouvert en septembre 2017. S’étendant sur 15 000 m², le lycée a été imaginé par l’architecte Corinne Vezzoni pour s’intégrer au mieux au paysage : couleurs des façades en béton rosé orangé, construction en restanques suivant la topographie naturelle du terrain, site végétalisé…

Une exposition et des jeunes

Tout en découvrant les nouveaux lieux, les invités ont pu parcourir un itinéraire biographique retraçant la vie de Simone Veil (cf. encadré). Réalisée par la Région, cette exposition transitera dans divers lycées du territoire. Diverses représentations, préparées par des jeunes, ont également animé ce parcours agrémenté de textes, films et photos. À l’arrivée des visiteurs, les lycéens ont débuté leur mise en scène. D’une voix grave et sensible, ils ont récité des extraits de ses livres alors que d’autres ont proposé des chants tout aussi émouvants. « On a sélectionné en cours les passages qui nous ont le plus troublés… », explique une lycéenne tandis qu’une autre reconnaît avoir « pris conscience de la souffrance vécue par Simone Veil à un moment de sa vie ». Profitant d’une seconde de silence, une autre jeune fille s’exprime : « C’est une grande femme qui n’a pas eu peur de parler devant tant d’hommes ».

Victime de la barbarie et de la ségrégation, Simone Veil, rescapée de la Shoah, s’est battue contre l’oubli de la mémoire des 6 millions d’innocents, hommes, femmes et enfants assassinés. Pour transmettre ce message aux jeunes générations, la Région organise, chaque année, des voyages à Auschwitz et au Camp des Milles pour que les lycéens du territoire constatent par eux-mêmes l’horreur infligée à ces humains qui ne rêvaient que de liberté, de fraternité et d’égalité. « Depuis le Camp des Milles, plus de 2 000 juifs ont été déportés à Auschwitz où ils ont trouvé la mort pour la plupart d’entre eux (…) Nous devons en tirer des leçons pour que cela ne puisse jamais se reproduire », rapportait Simone Veil.

Les leçons de vie de Simone Veil

C’est l’une des personnalités préférées des Français dont le seul nom évoque le courage et la ténacité. Elle a survécu à l’internement dans les camps nazis. Impossible d’oublier. Sur son bras, un tatouage, ou plutôt un matricule, lui a rappelé toute sa vie qu’elle a été prisonnière à Auschwitz. Elle a fait partie de ces détenus qui ont subsisté à la « marche de la mort ». Enfin libre, elle choisit de mener de nombreux combats. « Sa détermination lui a permis (…) de porter une réforme sociétale fondatrice de l’égalité entre les hommes et les femmes, de faire résonner le projet européen puis de contribuer à consolider les bases de la République au sein du Conseil constitutionnel », a déclaré Renaud Muselier. Avec conviction, Simone Veil a lutté pour l’adoption de la loi sur l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) alors qu’elle était la seule femme ministre du Gouvernement. Autant de leçons de vie que les élèves pourront approfondir en lisant son livre autobiographique offert par le Président, intitulé Une vie. Bien plus qu’un nom, cette femme emblématique, qui entrera prochainement au Panthéon, lègue des valeurs indispensables à tous les jeunes qui fréquenteront le lycée qui porte son nom.