Santé |

Recherche & innovation au coeur de la lutte contre le cancer

À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer, les acteurs en oncologie de Provence-Alpes-Côte d’Azur ont présenté, mardi 4 février à l’Hôtel de Région à Marseille, leurs avancées et leurs succès sur le chemin de l’innovation, leurs découvertes fondamentales comme les innovations thérapeutiques.

L’espoir est le maître mot qui a marqué la journée Plan Cancer « Recherche & Innovation », mardi 4 février à l’Hôtel de Région à Marseille. Un espoir fondé sur les découvertes fondamentales et les innovations thérapeutiques pour lutter contre cette maladie. Ces avancées vers les thérapies anticancer de demain ont été présentées lors de cet événement organisé, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer, par le Canceropôle Provence-Alpes-Côte d’Azur et la SATT Sud-Est dans le cadre du Plan Cancer Régional

 

Les pépites régionales mobilisées contre le cancer


Lors de cette journée, des entreprises spécialisées dans la recherche ont été mises en lumière ainsi que des success stories représentatives de la richesse du territoire Provence-Alpes-Côte d’Azur :

•    Yukin Therapeutics : basée à Biot (06), la société développe de petites molécules qui inhibent la voie non canonique NFκB2. Ces nouveaux composés ont le potentiel de moduler le microenvironnement tumoral.
•    Innate Pharma : cette société de biotechnologies commerciale est spécialisée en immunooncologie, dédiée à l’amélioration du traitement des cancers grâce à des anticorps thérapeutiques innovants exploitant le système immunitaire.
•    Imcheck Therapeutics conçoit et développe une nouvelle génération d’anticorps d’immunothérapie positionnée à la croisée de deux champs immunologiques à fort potentiel : les cellules Tγ9δ2 et une superfamille inédite de modulateurs du système immunitaire, les butyrophilines.

 

Les jeunes talents de la recherche en Région Sud 

Puis, lors d’un « Speed Talking » rythmé, les jeunes talents de la recherche de la Région Sud ont partagé leurs espoirs pour demain en parlant des perspectives et des découvertes de leurs sujets d’étude. C’est à Maëva Dufies et Lou Mateo, le duo gagnant pour le développement d’une nouvelle thérapie pour traiter les cancers du rein, qu’a été décerné le prix coup de cœur du meilleur pitch.

Ces deux femmes ont une lutte commune : combattre le cancer du rein métastatique

"Dans le monde, il y a environ 300 000 personnes diagnostiquées, par an, pour un cancer du rein. En France, 10 000 personnes sont diagnostiquées par an, avec environ 4000 décès. Environ 40% des patients atteint d’un cancer du rein développeront un cancer du rein métastatique, c’est-à-dire que les cellules tumorales envahissent l’ensemble du corps. A ce stade, la maladie est incurable. A l’heure actuelle, il existe des traitements efficaces mais qui ne permettent pas la rémission / la guérison de ce cancer. Il existe deux types de traitements, un qui cible les vaisseaux sanguins ce qui va permettre « d’asphyxier » la tumeur et l’autre, dont on vous a parlé précédemment, l’Immunothérapie, qui a pour objectif de réveiller le système immunitaire. Il est dorénavant établi que l’immunothérapie est efficace mais non suffisante pour guérir les patients atteints d’un cancer du rein métastatique. Il est donc nécessaire de proposer de nouvelle combinaison / coalition de traitements pour espérer tuer ce cancer. C’est dans cette optique-là, que j’ai contacté Lou, afin qu’elle développe de nouveaux outils.
En effet, pour combattre ce cancer du rein métastatique, il va être indispensable de développer un outil chimique. Ce cancer est caractérisé par 3 grandes actions néfastes qui lui confèrent son agressivité. Il faut savoir que ces 3 actions sont portées par différents acteurs, différents types cellulaires tels que les cellules cancéreuses (c’est-à-dire la tumeur), les cellules environnantes de la tumeur et aussi par les vaisseaux sanguins.
En équipe nous avons mis en évidence un point commun à ces 3 acteurs. Et c’est CE point commun que nous avons pris pour cible afin d’apporter une solution. Nous avons ainsi développé à l’ICN, une torpille chimique capable d’atteindre la cible de façon efficace et spécifique.
Après avoir apporté des modifications structurales à cette torpille pour améliorer ses paramètres physico-chimiques nous avons passé la main à Maëva et son équipe, pour les tests biologiques.
Nous avons déjà pu prouver que cette torpille chimique est efficace sur les vaisseaux sanguins et qu’elle est capable de tuer les cellules tumorales. Il nous reste à démontrer qu’elle est efficace sur les cellules qui entourent la tumeur, mais également à montrer l’efficacité conjointe entre notre torpille chimique et l’immunothérapie pour espérer une guérison du cancer du rein métastatique. On a encore beaucoup de travail, mais on y croit tellement que l’on a décidé de créer une start-up dans les mois à venir !"