f.pennant

Agriculture-Forêt, Développement durable, Aménagement |

Une inauguration au fil de l’eau

La liaison hydraulique Verdon/Saint-Cassien-Sainte-Maxime a été inaugurée hier dans l’après-midi à l’usine d’eau potable de Sainte-Maxime.

Cette usine a fait l’objet d’un investissement de 2M€ de la Région Sud et alimente 4 communes du golfe de Saint-Tropez. Philippe Vittel, vice-président de la Région représentait Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour cet évènement d’une importance régionale stratégique. 

Un programme d’intérêt régional

Prévu depuis plus d’une dizaine d’années, c’est enfin l’aboutissement de cette liaison hydraulique qui a pour objectif de transférer l’eau des réserves des retenues et barrage hydro-électrique du Verdon vers le Centre et l’Est Varois. Cet apport en eau potable permettra de préserver les ressources locales fragiles et satisfera l’ensemble des besoins en eau.
Prélèvement locaux et ressources de transfert garantiront ainsi des prélèvements moindres sur les nappes et cours d’eau du Var. C’est une politique novatrice et volontariste de la Région Sud qui privilégie une utilisation raisonnée naturelle, préservant ainsi leurs potentialités pour le futur.
La liaison Hydraulique Verdon/Saint-Cassien-Sainte-Maxime consolide l’alimentation en eau des populations, particulièrement pour les besoins du Syndicat de l’eau du Var Est (SEVE) et de la communauté de Communes du Golfe de Saint-Tropez qui pourront être satisfaits à l’horizon 2020-2030.
La marque de fabrique de cette liaison hydraulique consiste à proposer un débit de 650l/s et sans pompage. C’est l’écoulement gravitaire.

L’écoulement de l’eau en gravitaire
L’eau s’écoule sous l’action de la gravité, grâce au dénivelé. Le pompage est limité à l’alimentation en eau des zones situées à une altitude plus élevée que les infrastructures de transport.

Un intérêt pour le développement économique régional

Cette liaison hydraulique a un impact direct sur l’économie et le développement des territoires traversés, sur le maintien des activités agricoles et des terroirs ainsi que sur la protection des nombreux espaces naturels contre les risques d’incendies. 
Par extension les bénéficiaires comptent aussi l’industrie hôtelière et touristique, les viticulteurs, horticulteurs et maraichers, les entreprises artisanales, commerciales ou de service, les associations de protection de la nature, les forêts, les associations de pêche et de protection du milieu aquatique et en premier lieu les habitants des zones desservies.

Un chantier titanesque en deux étapes
D’une longueur de 100 km et un investissement de 100 M€, ce chantier a nécessité ténacité, concertation et organisation.

La première étape : la liaison hydraulique Verdon/Saint-Cassien
Elle a nécessité 3 ans de travaux de 2010 à 2013 avec 70 M€ d’investissement, traverse 11 communes et couvre 75 km de canalisations souterraines. Il s’agit d'un des plus importants transferts d’eau d’Europe de la décennie.

La deuxième étape : la liaison hydraulique Vidauban/Sainte-Maxime
La réalisation de cette adduction d’une longueur de 25 km a nécessité 18 mois de travaux de 2015 à fin 2016. Cette liaison qui a nécessité 30 M€ d’investissement, traverse 3 communes et alimente la Communauté de Communes du Golfe de Saint-Tropez.
Au sein de la Société du Canal de Provence, la Région remplit trois rôles :
Autorité concédante, financeur et actionnaire

La Société du Canal de Provence

La Société du Canal de Provence est une société d’économie mixte, son périmètre d’intervention couvre une partie des départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse, et la totalité des départements du Var, des Alpes de Haute-Provence et des Hautes-Alpes. Elle a pour mission la desserte et la sécurisation en eau de la Provence, pour tous les usages :  Les usages ruraux représentent 42 % des volumes, dont 25 % pour l’irrigation agricole et 14 % pour l’arrosage. Les usages industriels et urbains représentent 58 % des volumes, dont 1 % pour les collectivités, 35 % pour les urbains et 23 % pour les industriels et entreprises. Initialement concession d’Etat, elle a été transférée à la Région fin 2008. La durée de la concession est de 75 ans et son échéance est fixée au 31 décembre 2038.

La SCP en chiffres
Un patrimoine de 2,8 Milliards d’€uros
Un chiffre d’affaire annuel de 95 millions d’€uros 
516 salariés, répartis sur 10 centres d’exploitation
220 km d’aménagement hydraulique 
5700 km de canalisations, 94 barrages et réservoirs, 7 mini et microcentrales 

La SCP met son savoir-faire et ses connaissances sur les enjeux de la gestion de l’eau à disposition des agriculteurs et des gestionnaires d’exploitation, dans le domaine de l’irrigation et du traitement de l’eau. Elle propose des conseils et des études personnalisées.