©Jérôme Cabanel

Tourisme |

Vivre en Région Sud : à la découverte de la Route Napoléon

Connue également sous le nom de Route Nationale 85, la Route Napoléon , longue de 314 km, a été baptisée ainsi en 1932. Elle a été auparavant dénommée Route des Alpes d’hiver, avant de devenir Route Napoléon. Haut lieu touristique, elle permet de découvrir des paysages fascinants, à cheval entre la Région Sud et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, traversant 40 communes et 4 départements différents.

Souvent qualifiée de plus belle route de France, la Route Napoléon relie Golfe-Juan à Grenoble en passant par Grasse. Elle suit le trajet emprunté en mars 1815 par L’Empereur, parti de l’île d’Elbe, pour rejoindre Paris et reconquérir le pouvoir.
Cette route mythique par excellence, lien historique entre la Côte d’Azur, la Haute-Provence et les Alpes, est empruntée chaque année par de nombreux visiteurs. Traversant des sites naturels uniques, elle pemet de découvrir des activités autour de la Route Napoléon, dans un environnement exceptionnel, de patrimoines très diversifiés, hors des sentiers battus.

Un peu d'histoire.. 

Napoléon Bonaparte débarque à Golfe-Juan le mercredi 1er mars 1815 vers 15 h 00 en provenance de l'Ile d'Elbe accompagné de 1 200 hommes. Pour reconquérir son trône, l'Empereur imagine son parcours idéal pour rallier Paris au plus vite, tout en évitant la Provence et le Dauphiné, et gagner en discrétion. Dès le lendemain, le 2 mars, le cortège part pour Grasse en passant par Le Cannet et Mougins. Contournant Mouans-Sartoux, Napoléon Bonaparte se réfugie sur les hauteurs, au plateau Roquevignon, aujourd'hui plateau Napoléon. Après cette halte bienvenue, direction Saint-Vallier de Thiey et Escragnolles, en altitude, pour rejoindre Castellane le 3 mars. 
Le temps de se ravitailler, Napoléon et ses troupes reprennent la route, et passeront la nuit dans le village de Barrême. Le lendemain, dans le village voisin de Chaudon, une anecdote au sujet du déjeuner de l'Empereur a parcouru les siècles. Ayant commandé une omelette, Napoléon s'étonne de son prix, elevé, demandant si les oeufs étaient rares dans le coin. Réponse de l'aubergiste : "Pas les oeufs, mais les empereurs." 
Chaque kilomètre parcouru rapproche un peu plus Napoléon de la royaliste Sisteron et sa citadelle, étape charnière du voyage impérial. Après une traversée de Digne-les-Bains et ses thermes en toute tranquillité, le 5 mars, un cavalier revenu de Sisteron lui annonça que la citadelle était désarmée, la ville soumise, et toute résistance étouffée. Sisteron s'offrit alors sans défense à l'Empereur, dégageant encore un peu plus la route vers la capitale.

...et du tourisme !

Napoléon a traversé des endroits qui font aujourd'hui la fierté de la Région Sud. Dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, la Route Napoléon est ponctuée d'agréables étapes, comme Castellane, où vous pourrez visiter son Roc surplombant le village, le Lac de Castillon ou les célèbres Gorges du Verdon. Pour vous relaxer, Digne-les-Bains et ses thermes vous attendent pour un instant zen. Plus au nord, Sisteron et sa citadelle ou le parc natuel régional des Baronnies provençales valent également le détour, entre histoire et nature. 

Au fil de l'itinéraire, vous découvrirez également , le château de Tallard, le bourg médiéval de Saint-Bonnet-en-Champsaur, et la Ville de Gap, dont le musée garde un chapeau de Napoléon, un fanion du régiment corse et le tableau Napoléon franchissant les Alpes. Retour plus de 200 ans en arrière garanti !