Institut de France

Tourisme |

Vivre en Région Sud : les neufs jardins de la villa Ephrussi

Un palais de la Belle-Epoque sur les hauteurs de la presqu’île de Saint-Jean-Cap-Ferrat, la Villa Ephrussi de Rothschild est un des plus beaux monuments historiques de la Côte d’Azur. Mais ses neufs jardins thématiques infusent un bien-être et une beauté à savourer sans retenu.

Ouvert aux visites (sous conditions sanitaires), ce joyau de style renaissance vous permettra de découvrir ou redécouvrir des jardins délicats, stylés et harmonieux. Construit par la volonté de Béatrice De Rothschild, elle dota au fil des années, le palais de somptueux objets d’arts, allant de la porcelaine de Sèvres à des toiles de Fragonard ou des meubles Louis XVI, toujours dans ce style renaissance qu’elle affectionnait. L’architecture du patio est d’ailleurs inspirée de celle des villas de la Renaissance italienne. Les piliers roses soutenant les arches sont en marbre de Vérone. A découvrir également par les plus curieux, le grand salon, le plus somptueux de la villa, donne sur la baie des Fourmis de Beaulieu-sur-Mer. Il est la parfaite illustration du goût prononcé de Béatrice pour le XVIIIe siècle et son raffinement. La chambre décorée de tapisseries de la fin du XVIIIe siècle, tissées à la Manufacture royale des Gobelins à Paris et la salle de bains de Béatrice sont des chefs-d’œuvre de raffinement.Elle fit également agencer des jardins extraordinaires au nombre de neuf. Havres de paix, ils vous proposent neuf voyages dans des univers très différents au fil de la traversée.

Les neufs jardinsentourent la villa sur sept hectares. Ils sont attribués aux architectes-paysagistes Harold Peto et Achille Duchêne et plus tardivement Louis Marchand. Ils offrent aux promeneurs une vue sur la rade de Villefranche-sur-Mer à couper le souffle.

Le jardin à la française

Il constitue le jardin principal, composé d'une pièce d'eau centrale entourée de bassins latéraux. Il est conçu en forme de pont de bateau, orné de cascades et de bassins, avec un temple dédié à l’Amour et une cascade à degrés. Oliviers centenaires, haies de cyprès, pins d’Alep, le parc fait la part belle aux arbres. Ce jardin se compose d’un grand parterre avec son canal et ses bassins devant la villa et de pelouses ornées de grands vases de la Renaissance italienne.

Le jardin espagnol

Doté d'une grotte fraîche et d'une pergola, ce jardin est traversé par un étroit canal empli de plantes aquatiques (papyrus et phylodendrons). Il voit, dès le mois de mars, les floraisons de plantes odorantes se succéder : chèvrefeuilles courant la pergola, sans oublier une haie majestueuse de jasmins étoilés. Il émane de ce jardin une quiétude rafraichissante et des senteurs de paradis.

Le jardin florentin

Au cœur du jardin trône une statue néoclassique de Jean-Baptiste Boyet, représentant « Zéphyr contrariant les amours d’une rose et d’un papillon ». Agrémenté d’un escalier en fer à cheval tout autour, pour vous y rendre vous passerez dans une allée bordée de cyprès centenaires.

Le jardin lapidaire

Enclos en forme de quadrilatère, ce jardin met en scène des bas-reliefs et des gargouilles provenant d’édifices civils ou religieux. Ici règne une ambiance de sous-bois, grâce à l’ombre des arbres centenaires.

Le jardin japonais

Appelé « Cho-Seki-Tei » qui signifie « jardin où l’on écoute tranquillement l’agréable bruit des vagues au crépuscule », il fut restauré en 2003 par le professeur Fukuhara, il présente différents types de jardins japonais. Recréés autour des cèdres et filaos plantés à l’époque de Beatrice, une cascade alimente un bassin où des carpes Koï distillent une atmosphère de plénitude et de sérénité invitant à la méditation.

Le jardin exotique

Anciennement appelé jardin mexicain, il fut presque détruit lors des grandes gelées de 1985 et entièrement restauré en 1987. Il est le royaume des plantes succulentes et cactées gigantesques. En se perdant sur ses sentiers sinueux, les cierges et les agaves vous invitent à plus de verticalité. Et si les inflorescences orangées des aloès réchauffent le jardin en hiver, les floraisons rouges des figuiers de barbarie et érythrines illuminent les mois d’été.

La Roseraie

Située à la pointe de la propriété, la roseraie possède plusieurs variétés de roses anciennes et hybrides modernes : tiges, rosiers grimpants Pierre de Ronsard, rose Princesse de Monaco et rosiers buissonnants. Un coin à part, avec son petit temple hexagonal dont le centre est occupé par la statue représentant une allégorie de la source.

Le jardin provençal

Les multiples sentiers du jardin provençal bordés d’oliviers et de pins courbés par le vent font exalter les senteurs des espèces endémiques comme le romarin, le ciste la santoline, la vipérine sans oublier les lavandes au milieu desquelles quelques ruches trouvent le bonheur d’une production locale de qualité.

Et enfin le zoo

Aujourd'hui disparu, il était plus spécifiquement consacré aux oiseaux, il était une sorte de marque de fabrique de Béatrice Ephrussi qui installait une volière dans chacune de ses propriétés. Les volières accueillaient plus particulièrement des perruches de toutes sortes.

La villa et ses jardins sont classés monuments historiques depuis septembre 1996 et les jardins ont reçu le label de « Jardin remarquable » du Ministère de la Cuture en 2005.

https://www.villa-ephrussi.com/

https://www.institutdefrance.fr/lepatrimoine/villa-ephrussi-de-rothschild/