Développement durable

Climat : la Région Sud et le Costa Rica signent un accord historique

27 fév

Date

Le mercredi 27 février 2019

Lieu

Inédit ! La Région Sud vient de signer un accord de partenariat avec le Costa Rica, pays pionnier pour la protection de l’environnement. Objectif : échanger les bonnes pratiques en matière d’écotourisme, de biodiversité, de parcs naturels, de gestion de l’eau, de culture et de formation.

Bonne nouvelle pour l’environnement : la Région Sud et le Costa Rica ont décidé d’unir leurs forces pour lutter contre le dérèglement climatique. Les deux territoires ont en effet conclu un accord de partenariat au cours d’un voyage officiel au Costa Rica du Président de la Région Renaud Muselier, du 20 au 25 février 2019. Le Président était accompagné d’une délégation d’élus et de cinq entreprises – EDF, Suez, Oshun, EODD et la Société du Canal de Provence – afin de nouer des contacts et développer des partenariats dans de nombreux domaines : énergies renouvelables, déchets, gestion de l’eau, construction durable, protection de la biodiversité, culture, formation, écotourisme...

C’est la première fois qu’une Région signe un tel partenariat avec un État, indique le Président de la Région Renaud Muselier. C’est un moment historique fort entre deux territoires similaires qui, chaque jour, placent l’environnement au cœur de leurs préoccupations.

Un même combat pour la planète

Pourquoi un rapprochement entre ces deux territoires ?

Depuis le début du déploiement de son Plan Climat « Une Cop d’avance », la Région Sud a démontré sa vocation d’être une région exemplaire en matière de lutte contre le dérèglement climatique et de préservation de l’environnement.

Elle entend mettre en œuvre ce plan avec les acteurs régionaux, mais aussi avec des leaders internationaux comme le Costa Rica, qui fait figure de modèle au niveau mondial pour la protection de l’environnement et de la biodiversité.

De nombreuses similitudes

Au-delà de leur volonté politique de lutter contre le changement climatique, la Région Sud et le Costa Rica partagent également beaucoup de points communs : une population de près de 5 millions d’habitants, 50 % d’espaces boisés, 25 % de Parcs naturels, un littoral de 1000 km pour la Région Sud, 1200 pour le Costa Rica, une biodiversité exceptionnelle… Une situation idéale, donc, pour échanger les bonnes pratiques, partager les expériences et discuter des meilleures orientations à prendre pour demain.

Plan climat Une cop d’avance

Pour tout savoir sur le plan climat régional

 

 

Sur quoi porte cet accord ?

Plusieurs thématiques ont été identifiées, permettant des rapprochements entre différentes structures des deux territoires parmi lesquelles :
- L’Agence régionale pour l’environnement de la Région et l’Agence des parcs nationaux du Costa Rica pour la gestion des parcs naturels
- Le Parc National de Port-Cros (hot spot de biodiversité de la Région Sud) et celui du Corcovado au Costa Rica (considéré comme l’une des plus importantes réserves mondiales de biodiversité) pour la protection de la faune et de la flore 
- Le Comité régional du tourisme et l’Institut costaricien du tourisme pour promouvoir le développement de l’écotourisme
- La Société du Canal de Provence et l’Agence de l’eau costaricienne Aya pour la gestion de l’eau
- Le campus des métiers des Alpes Maritimes et de l’Institut national pour l’apprentissage pour le développement de formations axées sur le tourisme rural

Le Costa Rica, champion du monde de la protection de l’environnement

Petit pays d’Amérique centrale, le Costa Rica a été l’un des pionniers dans le domaine de l’environnement, avec l’insertion de la protection de la nature dans la Constitution de 1944. Un des atouts majeurs qui le différencie de ses voisins (le Nicaragua et le Panama ayant pourtant une faune et une flore similaire) est l’abrogation des armées depuis 1948. L’investissement est ainsi privilégié dans l’éducation, la santé et la protection de l’environnement. Ce choix politique fort a été déclencheur et lui permet aujourd’hui d’être le champion mondial de la protection de l’environnement. Lors de la COP21, il a fait figure de modèle grâce à sa politique volontariste en matière d’environnement.