La politique de test

Tant qu'il n'y aura pas de vaccin, seuls les tests rapides antigéniques ou PCR peuvent offrir une sortie de crise.

Il faut mettre fin à l’incertitude sanitaire et savoir qui est malade et qui ne l’est pas, dans tous les aspects de la vie sociale.

Pour cela, la Région commande 100.000 tests rapides pour une stratégie.

50 000 premiers tests rapides arriveront dans une semaine

En partenariat avec l’ARS, ils seront déployés là où la vie peut continuer :

  • 20 000 pour les lycéens, avec des tests réalisés par les infirmeries des lycées
  • 5 000 pour les résidences du CROUS de la Région
  • 20 000 pour les entreprises, en lien avec le MEDEF SUD et la Chambre de commerce et d’industrie régionale
  • 5 000 pour le monde de la culture, de façon à assurer les répétitions des troupes, distribués par ARSUD qui fera le lien avec les professionnels.

50 000 tests rapides arriveront dans un mois

Directement commandés par la Région, ils permettront de préparer le déconfinement si les conditions sanitaires sont réunies.

La Région envisagera à ce moment-là les secteurs dans lesquels ils pourront être les plus utiles.

Pour y parvenir, la Région s'appuiera sur l’Ordre régional des pharmaciens, des infirmières, des médecins, mais aussi sur les URPS biologistes, infirmières, médecins libéraux.

Le comité d’éthique activé lors de la première vague sera remis à contribution très prochainement.

En parallèle :

  • 11 machines de test rapides "20 minutes" cofinancées pour les hôpitaux de toute la Région Sud : Aix-en-Provence, Manosque, Digne, Orange, Avignon, Grasse, Gap
  • 10 000 tests sérologiques distribués en octobre aux entreprises de la Région
  • Une collaboration avec le bataillon des marins-pompiers de Marseille est en cours pour la surveillance localisée des eaux usées – ils avaient vu le rebond épidémique à Marseille avant tout le monde grâce à cette technique. Elle sera indispensable pour préparer un déconfinement en toute sécurité !

En définitive, tout doit être fait pour aller plus vite que le virus, en mettant fin à l’incertitude sanitaire en temps réel. C’est le but de l’ensemble de ces outils.