Réserves et Parcs Naturels Régionaux

La Région Sud est un petit pays qui dispose de milieux naturels d’une richesse exceptionnelle et unique en France. Cette biodiversité est mise à l’honneur grâce à nos 8 Parcs naturels régionaux 
La Camargue, les Alpilles, le Luberon, les Baronnies Provençales, le Verdon, les PréAlpes d’Azur, le Queyras, la Sainte-Baume, le Mont-Ventoux sont autant de noms qui font rêver en France et à l’international. 

Nos Parcs naturels régionaux concernent 800 000 hectares, 231 communes, 300 000 habitants et attirent deux millions de touristes par an. Au-delà de leur intérêt touristique et écologique, les Parcs naturels régionaux sont un vecteur économique indéniable pour notre territoire. C’est pour ces raisons, que le plan climat régional a fait des Parcs naturels régionaux des acteurs clés pour la préservation de la biodiversité, la lutte contre les incendies et l’éducation environnementale.

Avec 33 sites exceptionnels, la Région Sud dispose d’un patrimoine naturel incomparable. Je m’engage pour le préserver et l’étendre, avec la future création du Parc naturel régional du Mont-Ventoux.

Renaud MUSELIER
Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

La Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur se visite sur un territoire exceptionnel, préservé et labellisé 

  • 8 Parcs naturels régionaux (+ 1 Parc naturel régional en projet-le Ventoux) sur les 53 Parcs naturels régionaux de France.
  • 4 Parcs nationaux : Calanques (Bouches-du-Rhône), Port-Cros (Var), Ecrins (Hautes-Alpes/Isère), Mercantour (Alpes Maritim. es/Alpes de Haute-Provence) sur les 10 Parcs nationaux de France.
  • 11 Réserves naturelles nationales (Camargue, Ecrins, Crau, archipel de Riou, réserves géologiques de Haute-Provence et du Luberon, les Maures, etc.).
  • 6 Réserves naturelles régionales (La Tour du Valat, Partias, Saint-Maurin, La Poitevine-Regarde Venir, L’Ilon et les gorges de Daluis).
  • 4 Réserves de biosphère : Camargue, Luberon, Mont Ventoux, Mont Viso.
  • Les 8 Parcs de la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur sont regroupés depuis 2015 au sein d’une association pour le développement d’actions communes : le réseau des Parcs naturels régionaux de Provence-Alpes-Côte d’Azur. 

Souvent situé en territoire rural à forte valeur patrimoniale et paysagère, le parc est créé dans le cadre d’une négociation entre partenaires, (communes, départements et acteurs du territoire sur proposition de la Région). Le projet est d’ailleurs porté par la Région Sud qui finance à hauteur de 60 % le budget de chaque Parc.

Les 5 missions des Parcs :

  1. Protection et gestion du patrimoine naturel et culturel avec une incitation à l’économie d’énergie et la mise en valeur du patrimoine et des savoir-faire locaux
  2. Aménagement du territoire en favorisant des projets respectueux de l’environnement
  3. Développement d’activités économiques et sociales comme les circuits courts, l’agriculture durable, le tourisme…
  4. Accueil, éducation et information du public par une sensibilisation à l’environnement
  5. Expérimentation et innovation par des programmes de recherche 

La Région Sud est la région métropolitaine de France la mieux dotée en espèces animales et végétales. Méditerranéenne et alpine, riche de très nombreuses espèces endémiques, elle jouit d’un patrimoine naturel, culturel et paysager remarquable et d’une grande diversité. Ces territoires sont cependant fragilisés. Pour les préserver et maintenir au mieux l’extraordinaire biodiversité et les activités humaines, l’État, sur proposition de la Région, a labellisé 8 de ces espaces en Parcs naturels régionaux.

Parc naturel régional des Alpilles, sculptées par la nature, façonnées par l’homme

  • Créé en 2007
  • Particularités : richesse écologique et patrimoniale exceptionnelle, agriculture, pastoralisme, production fruitière, oléiculture…

En savoir plus sur le Parc des Alpilles

Parc naturel régional du Luberon, un territoire vivant et innovant

  • Créé en 1977
  • Particularités : patrimoine architectural et paysager d’exception, classé Réserve de biosphère unesco 1997 – rapaces, castors, cèdres – pain du luberon, vins AoP…

En savoir plus sur le Parc du Luberon

 

Parc naturel régional du Queyras, une île dans l’océan des Alpes

  • Créé en 1977
  • Particularités : plus haut Parc régional de France (15 sommets à plus de 3 000 mètres) – artisanat du bois, pastoralisme, genépi, miel – chamois, marmotte, aigle royal, edelweiss…

En savoir plus sur le Parc du Queyras

Parc naturel régional de la Sainte-Baume, poumon vert aux portes des métropoles

  • Créé en 2017
  • Particularités : Montagne sacrée (3e tombeau de la chrétienté) – le château d’eau de la Basse Provence – viticulture (Bandol, côtes de Provence, coteaux varois)

En savoir plus sur le Parc de la Sainte-Baume

Parc naturel régional du Verdon, le château d’eau de la Provence

  • Créé en 1997
  • Particularités : 7 zones paysagères et 5 lacs artificiels, de nombreuses espèces (chauves-souris, lézards, vautours…)

En savoir plus sur le Parc du Verdon

Parc naturel régional des Baronnies provençales, terre de lumière entre deux régions

  • Créé en 2015
  • Particularités : Parc interrégional des Régions Sud et Rhône-Alpes Auvergne – 149 sites d’habitat naturel, environ 2 000 espèces – abricots, plantes aromatiques et médicinales, olives, lavande, genévrier thuriféraire…

En savoir plus sur le Parc des Baronnies provençales

Parc naturel régional des Préalpes d’Azur, trait d’union entre Alpes et Méditerranée

  • Créé en 2012
  • Particularités : grande zone pastorale, 1 952 cavités répertoriées et 137 km de galeries souterraines – 1/3 des espèces végétales de France

En savoir plus sur le Parc des Préalpes d'Azur

 

Parc naturel régional de Camargue, entre terre et eau

  • Créé en 1970
  • Particularités : zone humide naturelle d’intérêt international, classée Réserve de biosphère par l’unesco – flamants roses, taureaux, chevaux, sel et riz…

En savoir plus sur le Parc de Camargue

Parc naturel régional du Mont-Ventoux, géant et phare de la Provence

  • En cours de création
  • Particularités : haut lieu de biodiversité avec 5 étages de végétation, 1 500 espèces végétales, grande faune, chauves-souris… – Réserve de biosphère – viticulture, cerises, truffes, olives, lavande, petit épeautre…

En savoir plus sur le Parc du Mont-Ventoux

Ces 8 Parcs regroupent 320 communes soit près de 400 000 habitants. Chaque année, ils attirent 2 millions de visiteurs.

Les Parcs naturels régionaux et les Réserves naturelles régionales de Provence-Alpes-Côte d’Azur couvrent plus de 935 000 ha, soit plus de la superficie du département des Bouches-du-Rhône. 

Aujourd’hui, près de 26% de la superficie de la Région Sud est préservée au sein des 8 Parcs naturels régionaux existants.
Un autre Parc naturel régional est actuellement en cours de création sur le territoire du Ventoux.

Les Parcs et les Réserves naturelles régionales constituent des espaces à vivre... et à protéger. Protection du patrimoine naturel et culturel, contribution au développement économique et social, à la qualité de vie, participation à l’aménagement du territoire, à l’accueil, à l’éducation, à l’information du public et à la réalisation d’actions expérimentales et exemplaires, participation active des citoyens à l’élaboration des projets... Les Parcs naturels régionaux, c’est tout cela et bien plus encore.

8 Parcs naturels régionaux, un neuvième est en cours de création : le Ventoux. 

Une charte

Véritable feuille de route du Parc, elle fixe les objectifs à atteindre, les orientations de protection, de mise en valeur et de développement du territoire, ainsi que les mesures qui lui permettent de les mettre en œuvre. Après adhésion volontaire de tous les partenaires de la charte, la Région l’approuve et sollicite le classement du territoire en «Parc naturel régional» auprès du ministère en charge de l’environnement.

Un territoire rural habité

Reconnu pour la richesse de son patrimoine naturel, culturel et pour ses paysages, les territoires choisis sont menacés par la dévitalisation rurale, une trop forte pression urbaine ou sur-fréquentation touristique. Identifié comme territoire fragile, l’appartenance à un parc régional les accompagnera.

Un projet commun

Fondé sur la protection et la valorisation d’un patrimoine exceptionnel, le projet de Parc est élaboré sous la responsabilité de la Région, dans la concertation le plus large possible entre les forces vives du territoire concerné (collectivités territoriales, associations, organismes publics, partenaires socio-économiques...).

Un label

Le label « Parc naturel régional » est accordé, par décret du Premier ministre, pour une durée de 12 ans renouvelable.

Quelles actions peuvent être menées par un Parc naturel régional ?

  • La protection et la gestion de ses richesses naturelles et de ses paysages ;
  • La mise en valeur et l’animation de son patrimoine culturel ;
  • Le soutien et la valorisation des activités économiques et sociales ;
  • L’accueil, la sensibilisation et l’information.

Qui décide ?

Les élus des communes, des intercommunalités, du Conseil départemental et de la Région Sud. A leurs côtés, il existe plusieurs instances de proposition et d’aide à la décision (conseil de développement, conseil scientifique, commissions thématiques, etc.).

Qui gère ?

Un syndicat mixte regroupant toutes les collectivités qui ont approuvé la charte du Parc. Il agit en concertation avec les partenaires locaux.

Comment reconnaître que l’on est dans un Parc naturel régional ?

Grâce à une signalétique adaptée, des équipements d’accueil et d’information. Chaque Parc a ses propres spécificités territoriales, ses caractéristiques paysagères et naturelles. Il doit être identifié aussi bien par ses habitants que par ses visiteurs.

Un avis qui compte

Un parc est systématiquement consulté pour avis lorsqu’un équipement ou un aménagement sur son territoire nécessite une étude d’impact. De plus, les documents d’urbanisme doivent être compatibles avec sa charte et le Parc peut être consulté lors de leur élaboration et de leur révision

Des acteurs clés du Plan Climat

Parce qu’ils expérimentent une autre façon de vivre dans les territoires ruraux, en réconciliant développement humain, culturel, économique et environnemental, les Parcs sont des acteurs clés du changement climatique, des partenaires privilégiés de la Région pour atteindre les objectifs du plan climat.

Leurs engagements ? Atteindre l’autonomie énergétique totale à l’horizon 2030, en mettant le cap sur la sobriété de la consommation, la production d’énergie renouvelable, l’efficience thermique des bâtiments et l’éco-mobilité.

Lien utile

Rendez-vous sur www.cheminsdesparcs.fr, un outil pour explorer ces territoires préservés avec des renseignements pratiques (durée, difficulté, dénivelé, patrimoines naturels, culturels ou paysagers. Service Parcs naturels régionaux, espaces naturels et biodiversité : 04.91.57.55.26

Les Réserves naturelles régionales (126 en France, 6 existantes et 3 en projet en Région Sud) s’insèrent dans un paysage des espaces préservés.

Les RNR s’insèrent dans :

  • La trame des PNR et donc les Parcs naturels régionaux (53 en France, 8 existants et 1 en projet en Région Sud).
  • Les Parcs nationaux (11 en France, 4 en Région Sud) ;
  • Les Réserves naturelles nationales (161 en France, 12 existantes en Région Sud) 
  • Les Sites du Conservatoire du Littoral (une soixantaine en Région Sud) ;
  • Les grands sites (4 en Région Sud) ;
  • Les Réserves de biosphère (3 en Région Sud) ;
  • Le Parc régional marin (un en Région Sud) ;

Désormais plus de 4 000 ha sont protégés par les Réserves Naturelles Régionales.

Un règlement encadre et protège les patrimoines qu’ils soient naturels, culturels ou classés. Les activités économiques préexistantes continuent d’être pratiquées. Elles font vivre les acteurs locaux et participent au développement économique durable autant qu’à la conservation de ces patrimoines.

Réserve naturelle régionale de la Tour du Valat, un réservoir de biodiversité au cœur de la Camargue

  • Créée en 2008, sur 1845 Ha
  • Particularités : Zone humide majeure de la Camargue fluvio-lacustre, espace refuge pour des milliers d’oiseaux hivernants, pastoralisme bovin extensif

En savoir plus sur la Réserve naturelle régionale de la Tour du Valat

Réserve naturelle régionale de la Poitevine Regarde-venir, entre Crau sèche et Crau humide

  • Créée en 2009, sur 221 Ha
  • Particularités : Coussouls de Crau (steppe semi-aride du delta fossile de la Durance), avifaune, reptiles, élevage ovin et foin AOC de Crau

En savoir plus sur la Réserve naturelle régionale de la Poitevine Regarde-venir

 

Réserve naturelle régionale de l’Ilon, une mosaïque remarquable de milieux

  • Créée en 2012, sur 176 Ha
  • Particularités : Zone humide relictuelle du piémont sud des Alpilles, Cistude et Rollier d’Europe, près de 50 espèces d’odonates !

En savoir plus sur la Réserve naturelle régionale de l’Ilon

Réserve naturelle régionale de Saint-Maurin, écrin de roches et d’eau

  • Créée en 2009, sur 27Ha
  • Particularités : Formations travertineuses et dépôts de tufs encroûtants, vautours, chiroptères, plantes endémiques comme la Doradille du Verdon

En savoir plus sur la Réserve naturelle régionale de saint-Maurin

Réserve naturelle régionale des Partias, une montagne de biodiversité

  • Créée en 2009, sur 685 Ha
  • Particularités : Réserve de haute-montagne, cembraies, mélézin, pelouses et éboulis, galliformes de montagne (tétras-lyre, Lagopède alpin, Perdrix bartavelle)

 

En savoir plus sur la Réserve naturelle régionale des Partias

Réserve naturelle régionale des Gorges de Daluis, un paysage à couper le souffle et une géologie d’exception

  • Créée en 2012, sur 1082 Ha
  • Particularités : Vallée du haut-Var, Pélites rouges du Permien, 70 espèces de minéraux, site de transition écologique entre les Alpes et la Méditerranée

En savoir plus sur la Réserve naturelle régionale des gorges de Daluis

Qu’est-ce qu’une Réserve naturelle régionale ?

Les Réserves naturelles régionales viennent en complément des Parcs naturels régionaux et permettent de protéger et gérer des espaces disposant d’un patrimoine naturel, paysager remarquable, rare et menacé.

Ce dispositif ne fonctionne que sur la base d’un consensus à obtenir avec les propriétaires concernés. Il est alors possible d’établir une règlementation adaptée à chaque site et de maintenir les usages existants (agricoles, pastoraux, accueil du public), dans la limite de la protection des milieux.

Afin d’inscrire la protection des Réserves naturelles régionales dans la durée, la Région a décidé de classer l’ensemble des Réserves pour une durée de 12 ans renouvelable.

Une fois classé par délibération, la Région nomme un gestionnaire de la Réserve qui a pour première mission d’élaborer un plan de gestion, véritable feuille de route des actions à entreprendre pour protéger durablement le patrimoine du site.

Un comité consultatif est également créé, associant l’ensemble des acteurs concernés par la réserve naturelle.

Quelles différences existe-t-il entre une Réserve naturelle nationale et une Réserve naturelle régionale ?

Une Réserve naturelle nationale (RNN) est classée par l’État, avec ou sans accord des propriétaires concernés ce qui constitue une différence majeure avec les RNR, sur le plan de l’insertion de la Réserve dans l’environnement local. Si l’ensemble des Réserves naturelles (nationales et régionales) participe à la constitution d’un vaste réseau d’espaces naturels protégés, les réserves naturelles régionales se veulent un trait d’union entre la conservation et le développement harmonieux d’activités économiques de qualité, pleinement cohérentes avec les objectifs de protection.