La "Mosaïque aux îles"

Découverte sur le site archéolo­gique d’Haïdra en Tunisie au milieu des années 1990 par l’archéologue Fathi Bejaoui, la mosaïque de 36 m² bénéficie d’un programme asso­ciant partenaires français et tuni­siens, et dont la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur est le chef de file. Objectif : restaurer cette œuvre à laquelle à laquelle ont parti­cipé plusieurs spécialistes tunisiens. Elle s’est déroulée dans l’atelier de conservation et de restauration de mosaïques du Musée départemen­tal Arles antique.
 

Des origines lointaines et un parcours à imaginer

Si on ignore tout de l’origine de la mosaïque, le décor méditerranéen qui l’a inspirée apparait clairement : palmiers, cyprès, pins pour les arbres, architecture des bâtiments, poissons de Méditerra­née, culture de la vigne… Datée de la fin du IIIe siècle — début IVe, la mosaïque s’inscrit dans la période romano-bizantine.
La ville tuni­sienne d’Haïdra se trouvait alors sur une voie commerciale impor­tante, reliant notamment Carthage à Tébessa (aujourd’hui en Algé­rie). Plusieurs hypothèses voient le jour pour retracer l’origine de la mosaïque : le parcours d’un com­merçant, celui d’un voyageur, d’un navigateur… ? L’une d’entre-elles avance un rapport avec la déesse Vénus en raison de la présence de lieux de culte consacrés à la déesse de l’amour sur les îles et villes repré­sentées.
 

Les partenaires

Les collectivités territoriales fran­çaises et les autorités locales tunisiennes à l’origine de ce par­tenariat : Région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur, Département des Bouches-du-Rhône, la Ville d’Arles et son office de tourisme, le Gouvernorat et la Ville de Kas­serine, le Gouvernorat de Tunis appuyés par leurs diplomaties respectives et par l’Institut natio­nal du Patrimoine tunisien, pro­priétaire de la mosaïque.

Où et quand la voir ?

Ne manquez pas l’occasion de découvrir le fruit du tra­vail de nombreux spécialistes de l’équipe de l’atelier d’Arles et de leurs pairs tunisiens. La Mosaïque aux îles est exposée au public au Musée départe­mental Arles antique du 15 septembre au 18 novembre 2018.

 

 


Patrick Blanc, restaurateur
Nadia Jhinaoui, restauratrice
Mabrouk Mkhloufi, restaurateur