Vous êtes ici :
Europe et international, Entreprise, Particulier

Pour une macrorégion méditerranéenne

Mis à jour le 12 février 2024

La dernière édition de Méditerranée du futur a été l’occasion de renouveler la volonté de plusieurs Régions, dont Provence-Alpes-Côte d’Azur, Occitanie et Corse, de créer une stratégie macrorégionale méditerranéenne. Ce projet, dont le principe a été adopté en mai dernier par le Parlement européen et le Comité européen des Régions, vise à identifier des solutions communes avec l’ensemble des Régions méditerranéennes en vue de répondre aux défis climatiques et sociétaux en Méditerranée à travers des projets concrets. Lors de l'Assemblée Plénière du 15 décembre, les élus régionaux ont voté les propositions de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la stratégie macrorégionale en Méditerranée

Le mot d’ordre : partager les défis et les solutions. Le bassin méditerranéen est la première destination touristique avec un territoire fortement peuplé et vulnérable au réchauffement climatique et à la sécheresse. Les défis sont donc nombreux et concernent 250 millions d’habitants, dont la moitié se trouve dans l’Union Européenne. La création d’une stratégie macrorégionale permettra aux territoires méditerranéens de disposer d’un cadre opérationnel pour faire face à des enjeux communs, et notamment ceux liés à l’eau, qui dépassent les cadres nationaux et ne peuvent donc être résolus par un seul pays.

Mise en place d'un instrument macrorégional au service du plus grand nombre

Consciente de l'importance de renforcer la coopération dans les territoires méditerranéens, la Région Sud souhaite avancer sur la mise en place d’un instrument macrorégional qui contribuera au dialogue entre l’UE, les Etats et Régions du pourtour méditerranéen.
Initié depuis plusieurs mois par  la Région Sud co-pilote avec la Catalogne un groupe de travail dédié à ce projet auquel participent de nombreuses régions méditerranéennes (italiennes, françaises, espagnoles, grecques, maltaises, marocaines, libanaises etc.). Il a permis d’avancer sur l’élaboration d’une feuille route définissant de manière opérationnelle les objectifs, le schéma de gouvernance, les ressources ainsi que les premières actions pilotes de la future macrorégion. 

Objectif : mutualiser et simplifier les initiatives

Certains sujets, environnementaux notamment, sont considérés comme prioritaires. C'est le cas notamment de l’eau, l’énergie, l'agriculture durable, et les transports maritimes.
Cette démarche commune permettra de favoriser la complémentarité entre les dispositifs mis en place par l’UE, les Etats et les Régions et d’éviter notamment les chevauchements entre les programmes européens existant sur la zone euro-méditerranéenne.

Grâce à cet outil de gouvernance à plusieurs niveaux, cette stratégie traduira les priorités en actions concrètes au niveau méditerranéen.

Une adhésion unanime 

Comme l’a démontré la mobilisation des territoires du Nord et du Sud de la Méditerranée à l’occasion de la sixième édition de Méditerranée du Futur à Marseille le 22 septembre, ce cadre stratégique est essentiel pour relever les défis environnementaux dans l’ensemble du bassin, tout particulièrement celui de la ressource en eau. L’ensemble des 36 délégations des rives Nord et Sud de la Méditerranée mais aussi des personnalités européennes présentes, dont le Vice-Président de la Commission européenne Margaritis Schinas, le Président de la Commission des affaires régionales au Parlement européen, Younous Omarjee ont manifesté leur pleine adhésion à ce projet de stratégie macrorégionale. L’enjeu est désormais d’inscrire dans les conclusions d’un prochain conseil européen à Bruxelles l’élaboration d’une telle macrorégion en vue d’une saisine officielle de la Commission européenne.

Mis à jour le 13 juin 2024