Vous êtes ici :
Santé |

Tout savoir sur les moustiques

Mis à jour le 17 août 2023

Il est notre bête noire de l’été, celui qui gâche nos vacances, nos soirées à la belle étoile et nous irrite. Ses piqûres agacent et son bruit énerve, mais pour lutter contre le moustique, il faut d’abord comprendre son fonctionnement. On vous explique tout !

Clous de girofle, basilic, citronnelle ou insecticide, toutes les astuces les plus ou moins farfelues sont légion et s’avèrent avoir une efficacité, la plupart du temps, limitée.

Plus de 3500 espèces

Les moustiques sont une grande famille regroupant plus de 3500 espèces. Les plus connus sont le Culex pipiens, aux racines gauloises, vecteur de la malade du virus du Nil, l’Anopheles, vecteur du paludisme, l’Aedes aegypti, et enfin l’Aedes albopictus, le fameux moustique tigre né en Asie, mais qui est en passe de coloniser le monde entier, dont la France, grâce à sa fameuse plasticité écologique et physiologique. Sur ces 3500 espèces recensées, seules 15% s’attaquent aux humains.

Le saviez-vous ?
Seules les femelles piquent, une fois fécondées, pour prélever dans le sang les forces nécessaires à la ponte.

Ces insectes au sang froid sont incapables de réguler leur température. Ils sont donc très dépendants du thermomètre et vivent bien entre 18 °C et 36 °C, ce qui explique leur faible présence l’hiver.

Insecte pollinisateur

Au rythme de 50 à 150 œufs par ponte et d’une ponte tous les 5 à 7 jours, le moustique a une capacité de multiplication exponentielle. Une fois les œufs déposés, la larve met 8 à 12 jours pour prendre sa forme de moustique adulte, un processus accéléré par la chaleur. Le réchauffement climatique va donc avoir un effet sur eux.

Trop facilement rangés dans la catégorie des nuisibles et arborant l’étiquette de l’inutilité, le moustique peut être un pollinisateur au même titre que les abeilles. Ils servent également d’aliment pour les poissons, les batraciens, les libellules, puis pour les oiseaux une fois les larves devenues moustiques.

Pourquoi se fait-on piquer ?

Nous ne sommes pas tous égaux ! Les moustiques se réfèrent à l’odeur. L’insecte est doté d’antennes plumeuses qui vont capter les molécules de celle-ci. Il est particulièrement attiré par l’acide lactique et le CO2, mais la liste de molécules aimant à moustique est « impressionnante ». Selon ce que l’on a mangé, après une activité physique, les moustiques peuvent ainsi être attirés, conduisant à la désagréable piqûre effectuée en douce : en plantant sa trompe, la femelle moustique dégage de la salive aux propriétés anticoagulantes et empêchant la veine de se refermer. Elle injecte aussi un antihistaminique anesthésiant momentanément la zone de la piqûre, lui laissant le temps de repartir avant que le sujet ne s’en rende compte. C’est ce qui cause les démangeaisons et rougeurs.

Mis à jour le 13 juin 2024