Vous êtes ici :
Sport, Particulier

Voile : des bouées connectées pour préserver les fonds marins

Mis à jour le 25 mars 2024

La Fédération Française de Voile et la Ligue Sud ont franchi un cap dans la préservation des fonds marins en s’équipant de bouées géostationnaires. Une révolution en matière de marquage des courses, qui pourrait bien s'inviter dans les plus grandes compétitions.

Dans une course, il y a les portes de départ et d’arrivée ainsi que plusieurs bouées dont les positions stratégiques dessinent le parcours. Habituellement, ces bouées sont mouillées manuellement avec une ancre et déplacées selon le vent pour ajuster les parcours. Lors des semaines de compétitions de grande ampleur comme la Semaine Olympique Française à Hyères, qui a adopté le dispositif, cela représente environ 180 ancres jetées par jour. En Méditerranée, où de nombreux espaces sont interdits au mouillage et où la posidonie doit être préservée, une solution géostationnaire est donc tout indiquée.

Petite mais puissante

Un ordinateur de bord dans son caisson, deux petits moteurs, une batterie, un support gonflable : voilà la composition des drôles de bouées géostationnaires que l’on peut voir partir seules, comme par magie, naviguer vers le point GPS qui leur a été attribué. Pilotées via une application ou directement positionnées en mer, elles activent leurs moteurs lorsque nécessaire pour se repositionner. Lors des épreuves de la Semaine Olympique Française, elles ont pu prouver leur résistance face à un mistral à 50 km/h. « Ne pas avoir à mouiller, ni pour la mettre en place ni pour la ramasser est un gain de temps considérable, estime Lionel Cottin, Conseiller Technique et Sportif de la Fédération Française de Voile, en charge de ce projet. Je peux lui dire de s’arrêter, de s’ancrer, lui donner un cap, une direction, une distance. Ça évite, si le vent prend 5 degrés, de jeter l’ancre et de remonter sans cesse pour ajuster les parcours.Par rapport aux bouées mouillées, elles tiennent aussi bien la position. La seule différence est leur manière de se déplacer, que les athlètes vont devoir apprendre à anticiper. »

Le sens du progrès

Le principal objectif de ce dispositif est d’éviter les mouillages qui endommagent les fonds marins. Mais ces bouées présentent aussi d’autres avantages, comme lorsqu’elles sont équipées de stations météo qui étudient les conditions du plan d’eau, ou d’autres accessoires comme des lampes ou des caméras, qui permettront au public de suivre la course au plus près des embarcations. « De manière générale, les innovations concernant la voile doivent permettre de limiter le nombre de bateaux sur les plans d’eau et d’aller vers des pratiques plus responsables. L’avenir passera par là. » conclut Lionel Cottin.

Mis à jour le 13 juin 2024