Culture |

Adoptons les gestes simples pour l’environnement !

Et si nous placions la sauvegarde de l’environnement dans les priorités de nos bonnes résolutions de ce début d’année. Bons pour la planète, ces gestes simples nous font faire des économies, un choix gagnant-gagnant !

1-L'énergie

L’énergie représente un pôle important du budget d’un foyer, notamment durant l’hiver. Pour économiser l’énergie :

  • Penser à éteindre les appareils en veille (10 à 15% d’économie)
  • Placer des multiprises à interrupteur coupant les veilles
  • Ne laissez pas votre radiateur sur le maximum de sa puissance , pour garder une pièce au chaud 19° suffisent (permet une économie de 7% de la facture)
  • Penser à éteindre la lumière des pièces que vous n’occupez pas
  • Penser à dépoussiérer les ampoules (40% en plus de flux lumineux)
  • Fermer les volets la nuit durant l’hiver permet une isolation supplémentaire
  • Eviter la climatisation (trop énergivore)

2-L'eau

L’eau est non seulement essentielle à la vie, mais face au changement climatique en cours, cette ressource devient une denrée rare et primordiale qui conditionne dès aujourd’hui l’avenir de nos enfants. L’économiser, c’est veiller sur eux !

Il est simple de :

  • ne pas laisser couler l’eau en se lavant les dents ou en faisant la vaisselle
  • Prendre une douche (courte-60 litres) plutôt qu’un bain (200 litres)
  • recycler l’eau du lavage de la salade pour arroser ses plantes
  • Choisir des shampoings secs
  • Placer un limiteur de fuites d’eau ou contrôler régulièrement son compteur d’eau
  • Installer des pommeaux de douche à économie d’eau

3-La consommation

La consommation, vos achats en clair, sont étroitement en lien avec les 2 premiers points car la désignation de la dépense en termes d’énergie et d’eau pour les produits de consommation est désormais prise en compte et se désigne sous le nom d’énergie grise à la différence de l’énergie directe. Cette prise en compte entre directement dans les divers plans régionaux et nationaux de transition énergétique.

Pour exemple : Dans les textiles achetés neufs sont comptabilisés les trajets et l’impact du carburant, mais également l’eau utilisé pour tisser ce textile, l’encre, l’emballage etc… Le textile neuf représente d’ailleurs un des polluants les plus significatifs sur la planète et remet en cause les canaux de e-commerce qui n’hésite pas à s’approvisionner en Asie ou ailleurs.

Au niveau alimentaire, nous assistons à un vrai regain des circuits courts, appréciés tant pour une qualité retrouvée que pour la prise de conscience de l’importance des emplois locaux, de notre mode de vie et de nos réels besoins.

  • Circuits alimentaires courts pour manger local et de saison
  • Attention le bio n’est pas toujours local !!
  • Recycleries pour les objets et l’électroménager
  • Réparation plutôt que remplacement des outils et objets
  • Engouement des friperies ou du troc

4-Respecter la biodiversité

Encore un effort, regardons plus attentivement ce que nous achetons pour dire stop à la consommation :

  • D’espèces protégées comme le thon rouge
  • D’OGM et produits traités au profit d’ingrédients plus naturels et respectueux des abeilles
  • Ou d’huile de palme responsable de la destruction de la forêt tropicale…

5-Les déchets

Recycler ses déchets est devenu (non ?) un automatisme, mais avant de recycler penser à ne pas créer de déchets, c’est encore mieux.

  • Investir dans des bocaux de conservation et acheter les aliments en vrac
  • Bannir le plastique (préférer des récipients lavables et réutilisables)
  • Ne plus acheter de bouteilles d’eau en plastique, mais filtrer l’eau
  • Essayer de composter ses déchets alimentaires

6-Revoir ses habitudes à l’extérieur et au boulot

  • Privilégier les transports en commun
  • Moins consommer d’une manière générale
  • Utiliser des sacs réutilisables pour ses courses
  • Ne rien jeter dans la nature, plus rien !!!

Attention aux mails au boulot ! Le tout numérique n’est pas LA solution

1 mail produit 10g de CO2 (autant qu’un sac plastique). Et 100 personnes génèrent chaque année avec les courriels l’équivalent de 14 aller-retours Paris/New-York. De quoi laisser perplexe…

Finalement répondre à ces objectifs au quotidien, même si nous n’appliquons pas tout, ou pas encore, c’est déjà devenir éco-responsable. En résumé, c’est respecter la nature, avoir conscience des enjeux environnementaux et tenter, au maximum, de limiter son empreinte écologique.

Pour plus de renseignements, connectez-vous au site : www.ademe.fr

Et bien sûr, consultez le Plan Climat, "Gardons une COP d’avance" de la Région Sud !

Béatrice MICHEL

Sources : ADEME/WWF/ IDDRI : « La face cachée de nos consommations d’énergie » de Lucas CHANCEL/ bercynumerique.finances.gouv.fr/