Crédit photo : défi de Monte Cristo

Sport, Développement durable |

Monte cristo : le défi écolo

Si chaque année, le défi fait parler de lui en réunissant des milliers de nageurs venus se frotter au plus grand événement européen de natation en mer, cette nouvelle édition restera dans les mémoires pour son approche éco-responsable. Eco village, tables rondes et trophées recyclés : le point sur les actions phares avec Dominique Lena, organisateur du défi.

Le virage écoresponsable du défi a été amorcé il y a quelques années. La raison ? Une prise de conscience de la part des organisateurs à la vue de containers remplis des bouteilles en plastiques distribuées aux compétiteurs. L’année suivante, ils s’associaient à la société des eaux de Marseille pour mettre en place des robinets d’eau potable et supprimer les bouteilles de ravitaillement. Le mouvement était lancé. La nécessité de maîtriser son impact écologique et de préserver les milieux marins est venue naturellement pour ces organisateurs : « Étant nageurs, nous sommes confrontés à ce problème, on se prend parfois des sacs en plastiques dans la figure, en pleine mer ! » déplore Dominique Lena.

Au fil des éditions, la liste des engagements s’allonge. Cette année, un cap est franchi : « pour la première fois, le village est écoconstruit, détaille Dominique Lena. L’ensemble des tentes qui accueillent les commodités sont remplacées par des cabanes en bois qui seront réutilisées pour les éditions suivantes et l’alimentation électrique se fera avec des panneaux solaires. Comme l’année dernière, la confection des trophées réalisés à partir de déchets plastiques a été confiée à la marque Sauvage. Les bâches promotionnelles seront transformées en sac et pochettes, le marc de café renvoyé à des associations, les plages nettoyées. »

Autant d’actions qui représentent un investissement important, soutenu par différents partenaires. « Le premier partenaire à avoir initié cette démarche, c’est la Région Sud, qui était la collectivité la plus en avance sur ces questions. Ils nous ont labellisés cop d’avance et plan climat. Si on peut servir de vitrine à ces initiatives, c’est top. » précise Dominique Lena.  

Le 23 juin, journée dédiée à l’environnement

La nouveauté 2022, c’est aussi une journée de compétition qui fait la part belle à l’environnement. Plusieurs associations disposeront du village pour mener des actions de formation et de sensibilisation, notamment auprès de 400 enfants des écoles primaires invités à l’événement. Et à 18h30, place au forum. Intitulé « Méditerranée, le temps des solutions », il sera axé sur deux grandes thématiques, la préservation de la posidonie -un enjeu capital- et l’économie bleue, qui étudiera les moyens de se servir des ressources de la mer sans nuire aux écosystèmes.
Les 4 intervenants et les grands témoins qui participeront à ces rencontres donneront le ton des prochaines actions menée par le défi. « Un cahier des charges sera produit à partir des idées qui auront phosphoré lors du forum. En octobre, un start-up challenge aura pour mission de les mettre en pratique. Nous voulons faire vivre ce forum tout au long de l’année à travers différentes actions, et en faire un compte rendu au prochain défi de Monte Cristo » explique Dominque Lena.  

Vers une aire marine protégée ?

Pour la suite, les équipes du défi de Monte Cristo ont déjà des idées. « Nous voudrions mettre en place une aire marine, protégée ou en gestion, pour sensibiliser et former sur les questions de préservation de ce milieu. Nous pensons aussi à créer un fond de dotation pour la replantation des herbiers de posidonie, ajoute l’organisateur. L’année prochaine, nous aimerions que les participants puissent compenser l’empreinte carbone de leur venue au défi en achetant dans cette réserve des m2 de posidonie. Nous voulons qu’elle soit installée près du littoral pour que ceux qui ont acheté des parcelles protégées puissent voir le résultat en snorkeling. Je ne sais pas si on arrivera à tout faire, mais c’est notre combat ! ».