Vous êtes ici :
Culture, Particulier

4 polars du Sud pour frissonner cet été

Mis à jour le 30 juin 2023

Par cette chaleur, l’Agence Régionale du livre nous propose 4 romans noirs qui vont vous faire froid dans le dos ! Entre meurtres, matchs de foot et détectives privés, en compagnie d’Orson Welles ou Jean-Claude Izzo, plongez dans une sélection 100% Sud.

L’Agence Régionale du livre est un incontournable pour tous les lecteurs de la Région Sud. C’est elle qui organise des grands événements comme le prix littéraire des lycéens ou On lirait le Sud, elle encore qui soutient et valorise tous les professionnels du livre, auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires et associations. Après avoir proposé une sélection tournée vers l’écologie, elle nous embarque cette fois dans la richesse des polars made in Sud.  

Sans collier de Michèle Pedinielli, collection L’aube noire

L’intrigue
On les appelait cane sciolti, chiens sans collier, parce qu'ils ne voulaient appartenir à aucune organisation politique dans cette Italie des années soixante-dix, quand toute une jeunesse rêvait de renverser la table pour changer le monde. Ce pan de l'histoire italienne va faire irruption de manière inattendue dans la vie de Ghjulia Boccanera, détective privée, occupée à rechercher un jeune ouvrier mystérieusement disparu d'un chantier pharaonique de Nice.Entre menaces étranges et réminiscences floues, les chemins sont complexes pour dénouer les fils de cette histoire dans laquelle tout le monde semble porter un secret...

L’auteur
Née en 1968 à Nice, Michèle Pedinielli est « montée à la capitale » pour devenir journaliste puis conceptrice de sites web et community manager. De retour dans sa ville natale pour retrouver du bleu et du soleil, elle participe au concours de nouvelles policières organisé par le festival Toulouse polars du sud et décroche la troisième place avec Celle que l’on ne voit pas. Sur sa lancée elle écrit le roman policier Boccanera qui est édité en 2018 aux éditions de l’Aube. Toujours rédactrice, elle collabore à retronews.fr, le site d’actualités historiques de la BNF.

Last exit to Marseille de Guillaume Chérel, éditions Gaussen

L’intrigue
Jérôme Beauregard, détective public, a grandi dans le 93 avant de s'installer dans le quartier de la Porte d'Aix à Marseille. Lorsqu'il apprend la mort par overdose de son ami Luc, Jérôme enquête sur la provenance de l'héroïne que Luc s'est fait livrer. Ne connaissant pas les codes de la cité phocéenne, il fait appel à Jean-Claude Izzo, et est soutenu par son ex, Gabriela, et le policier Péra.

L’auteur
Guillaume Chérel est journaliste indépendant et a pas mal bourlingué, de la Chine aux Comores, en passant par la Réunion, la Guyane, la Mongolie, l’Afrique. A Marseille, il écrit un polar sur les pas de Jean-Claude Izzo. Il obtient à deux reprises la bourse Stendhal du ministère des affaires étrangères, en 2004, pour Les Pères de famille ne portent pas de robe et Sur la route again. En 2013, il obtient une bourse de la Drac Paca pour résider au Monastère de Saorge et écrire Un bon écrivain est un écrivain mort. En 2015, il signe Cadavre, vautours et poulet au citron.

L’ourson de Chantal Pelletier, aux éditions Joëlle Losfeld

L’intrigue
Paris, 1984. Le lendemain de la mort de François Truffaut, Anne, responsable d'une importante photothèque cinématographique, débordée par les médias qui demandent des photos du réalisateur de la nouvelle vague, est de façon inattendue invitée à déjeuner par... Orson Welles.
L'artiste mythique, bien que vieillissant et en butte à des échecs répétés, n'a rien perdu de son élégance, de son charisme et de son appétit légendaires. Minuscule face à lui, troublée et impressionnée, la jeune femme a du mal à comprendre pourquoi il s'adresse à elle et quels repérages il lui demande pour son nouveau projet de film.

L’auteur
Voyageuse dans l’écriture comme dans la vie, Chantal Pelletier, après avoir été comédienne et metteur en scène, écrit en NOIR (quatre Série Noire Gallimard, deux recueils de nouvelles, etc.), en BLEU (La visite, Paradis andalous). Côté GOURMANDISE, des récits (Voyages en gourmandise), des romans (De bouche à bouches), des farces cocasses (Tirez sur le caviste, Le chinois, Plat de résistance). Ses écrits mettent souvent en scène des femmes battantes, paumées, gourmandes et illustrent son goût pour les portraits de femmes contemporaines, comme ses deux derniers romans publiés chez Joëlle Losfeld. 

Voir Phocée et mourir aux éditions L’écailler du Sud

L’intrigue
Apparu dans plusieurs nouvelles et un roman de Patrick Blaise, Biagio Cataldese exerce la profession d'éboueur. A la retraite. Ce qui lui laisse des loisirs pour enquêter en électron libre sur diverses affaires. Cette fois il va essayer d'aider son ami Robert Dalban, propriétaire d'un club de foot marseillais ambitieux, à résoudre l'énigme d'une série de meurtres, tous perpétrés des soirs de match, les victimes étant retrouvées avec un ballon de football peint sur le front.

L’auteur
Né en 1958 à Marseille, journaliste pour un quotidien régional et marseillais dans le “civil” et sous sa véritable identité, Patrick Coulomb est l’auteur de deux polars italo-marseillais chez L’écailler du Sud (“Pourriture Beach” et “Voir Phocée et mourir”) sous le pseudonyme de Patrick Blaise. Il est également co-fondateur de L’écailler du Sud, en 2000, associé à François Thomazeau. Depuis qu’il mène cette triple activité de journaliste, d’auteur et d’éditeur, Patrick Coulomb a publié un roman non policier (L’illusion du belvédère) et participé à plusieurs recueils de nouvelles pour diverses maisons d’édition régionales.

Mis à jour le 13 juin 2024