Vous êtes ici :
© Centre d’Astronomie de Saint-Michel l’Observatoire
Culture, Particulier

A la découverte du Centre d’Astronomie de Saint-Michel l’Observatoire

Mis à jour le 28 avril 2023

Depuis plus de vingt ans, le Centre d’Astronomie attire petits et grands curieux de l’univers. Inauguré en mars dernier, un grand planétarium est venu s’ajouter à la multitude d’instruments à disposition du public pour explorer l’espace : parés au décollage !

Sur le plateau du moulin à vent, entre chênes, bosquets et prairies, le Centre d’Astronomie se déploie sur 10 hectares de verdure avec les montagnes pour horizon. Au loin, de l’autre côté du village, on aperçoit l’observatoire de Haute-Provence. Il a été installé ici en 1937, profitant des 300 nuits de ciel clair par an pour scruter l’Univers à la recherche de réponses. Des recherches qui ont porté leurs fruits. C’est ici que les équipes de Didier Queloz et Michel Mayor ont découvert la toute première exoplanète, ce qui leur a valu un prix Nobel de physique en 2019. En lien permanent avec les recherches menées à l’observatoire, le Centre d’Astronomie se donne pour mission de diffuser et transmettre les savoirs.

Sous le soleil exactement

Au Centre d’Astronomie, les visites sont toujours accompagnées d’un médiateur. Avec lui, on part à la découverte du grand télescope abrité sous la géode, qui a des allures de vaisseau spatial, ou de celui qui se cache sous la coupole bleue emblématique du lieu. On apprend aussi à manipuler des jumelles astronomiques ou une lunette solaire. « Les visiteurs du Centre d’Astronomie viennent pour comprendre la place que la Terre occupe dans l’univers, explique Romuald, médiateur scientifique. Qui sommes-nous et où sommes-nous dans cette immensité ? Il suffit de sortir le soir, de lever la tête et de regarder les étoiles pour se sentir un petit peu perdu. » Les réponses à ces questions commencent un peu plus loin dans le parc, dans un étrange bâtiment. Le sidérostat est un amphithéâtre à l’intérieur d’un télescope. « Ici, on apprend le fonctionnement du Soleil, de la Lune, ce qu’est une exoplanète, notre système solaire ou encore la vie et la mort des étoiles, détaille Karen Grangeon, chargée de communication pour le Centre d’Astronomie. Un jeu de miroir nous permet de récupérer la lumière du Soleil et d’observer sa surface. Un prisme nous permet de décomposer la lumière pour voir l’ensemble du spectre du Soleil c’est très utile avec les jeunes publics. » Cette observation a fait forte impression sur Samuel, venu passer plusieurs jours ici avec le Centre de loisirs de Bosque à Apt : « Nous avons fait une veillée astronomique hier soir, on a découvert ce qu’étaient les constellations et les planètes puis on a dormi ici. J’ai appris que le soleil avait des taches là où il était plus froid, qu’elles pouvaient se déplacer et même fusionner ! » Avec son groupe, il s’apprête à retrouver Romuald, le médiateur, pour découvrir le clou du spectacle : le tout nouveau planétarium.

Le planétarium, vedette du Centre d’Astronomie

« Aujourd’hui, le groupe embarque pour une mission en compagnie de Granpa et Zoé, deux Koalas en quête de lumière, raconte Romuald alors qu’il fait les derniers ajustements avant la séance. Chaque film est suivi d’une partie en live, pendant laquelle les spectateurs sont invités à découvrir le ciel du soir, c’est donc une projection qui change au fil des saisons. On peut quitter la Terre, se balader dans le système solaire, sortir de la galaxie, aller découvrir des objets. C’est un outil exceptionnel, qui nous permet de proposer des séances adaptées pour tous les publics, des aventures de Noisette pour les tout petits à la découverte des exoplanètes pour un public adulte ». Romuald éteint la lumière et progressivement, le planétarium s’éclaire des 40 millions d’étoiles qu’il permet d’observer. Les constellations se dessinent. Le ciel de printemps, avec les constellations du lion et de la vierge, va laisser sa place à celui d’été avec celles de l’aigle, du cygne et de la lyre, parcourues par la voie lactée. Les 62 sièges du planétarium sont occupés et tout ce beau monde repart avec des images plein la tête. Le Centre d’Astronomie fait naître des vocations, transmet le goût de la science et de la découverte. Karen Grangeon poursuit : « Ça fait 25 ans que le Centre d'Astronomie est ouvert. Aujourd’hui, on commence à accueillir des enseignants qui étaient venus en tant qu’élève et qui reviennent avec leur classe. C’est merveilleux. »

 

Envie de vous mettre à l’astronomie ?
Rendez-vous sur le site internet du
Centre d’Astronomie de Saint-Michel l’Observatoire

La Région Sud, partenaire du Centre d’Astronomie
Depuis plusieurs années, dans le cadre de sa mission de diffusion de culture scientifique, technique et industrielle, la Région Sud soutient le Centre d’Astronomie de Saint-Michel l’Observatoire en lui permettant d’investir dans des équipements performants, de rayonner dans le réseau de culture scientifique régional et d’échanger avec les autres partenaires du territoire. Elle a ainsi soutenu à hauteur de 1 million d’euros le projet de planétarium.  

Mis à jour le 12 juin 2024