Vous êtes ici :
Agriculture, Particulier

AOC, AOP, IGP : quelles différences, quels produits concernés en Région Sud ?

Mis à jour le 23 février 2023

En Région Sud, une trentaine de produits sont placés sous AOP, AOC ou IGP. Ces Signes d’Identification de la Qualité et de l’Origine (SIQO) permettent de localiser et de reconnaitre la qualité, le savoir-faire, la typicité des filières agricoles.

L’Appellation d’origine protégée (AOP) et Appellation d’origine contrôlée (AOC)

Elle désigne un produit dont toutes les étapes de production sont réalisées selon un savoir-faire reconnu dans une même aire géographique, qui donne ses caractéristiques au produit. C’est un signe européen qui protège le nom du produit dans toute l’Union européenne. L’AOC désigne des produits répondant aux critères de l’AOP et protège la dénomination sur le territoire français. Elle constitue une étape vers l’AOP et peut aussi concerner des produits non couverts par la réglementation européenne.

En Région Sud :

La grande championne des AOP est l’huile d’olive ! Parmi les 7 classées dans cette catégorie à l’échelle nationale, 5 sont en Région Sud : l'huile d'olive d'Aix-en-Provence, de Nice, de Haute Provence, de Nyons et de la vallée des Baux-de-Provence. Côté fruits, viande et fromages, il y a la figue de Solliès, le raisin muscat du Ventoux, le taureau de Camargue, le Banon ou la brousse du Rove. Enfin, l’huile essentielle de lavande et le foin de Crau appartiennent aussi à cette appellation. De nombreux vins de Provence, des Côtes et Vallées du Rhône et des Alpes du Sud en font également partie.

L’Indication géographique protégée (IGP)

Elle identifie un produit agricole, brut ou transformé, dont la qualité́, la réputation ou d’autres caractéristiques sont liées à son origine géographique. L’IGP s’applique aux secteurs agricoles, agroalimentaires et viticoles. C’est un signe européen qui protège le nom du produit dans toute l’Union européenne.

En Région Sud :

Le citron de Menton, les pommes des Alpes de Haute Durance, les cerises des coteaux du Ventoux, le miel de Provence, les agneaux de Sisteron, le thym de Provence, le petit épeautre et la farine de petit épeautre de Haute-Provence, le riz de Camargue sont des IGP.

Le Label Rouge (LR)

Ce signe national désigne des produits qui, par leurs conditions de production ou de fabrication, ont un niveau de qualité́ supérieur par rapport aux autres produits similaires habituellement commercialisés. Le suivi du maintien dans le temps de la qualité gustative supérieure est assuré par la réalisation régulière d’analyses sensorielles et de tests organoleptiques. Une denrée ou un produit Label Rouge peut bénéficier simultanément d’une Indication géographique protégée, mais pas d’une Appellation d’origine (AOC/AOP).

En Région Sud :

Certaines variétés de pommes, de cerises, de melons, le miel de lavande et de lavandin, le miel toutes fleurs, l’agneau, la volaille et les herbes de Provence peuvent bénéficier du signe Label Rouge.

Délicieux à savoir :
Une douzaine de projets sont en cours de construction pour favoriser l’émergence de nouveaux SIQO et renforcer la qualité des productions agricoles régionales : Bleu du Queyras, Tomme du Champsaur, Prune de Brignoles, Poire Val de Durance, Asperge du Ventoux, Melon de Cavaillon, Châtaigne du Var, Ail de Piolenc, Blé dur et Semoule de Blé Dur, Fleurs du Var, Truffe de Provence.

En Région Sud, consommons et produisons responsable

L’ambition de la Région se traduit dans son approche globale, du « mieux produire » au mieux manger », en s’appuyant sur les ressources, les savoir-faire, les industries et les entreprises locales.
Pour accompagner ce projet structurant et ambitieux, la Région Sud a lancé une nouvelle démarche : le Pacte agriculture et alimentation : « En région Sud, Consommons et Produisons responsable ». Ce pacte associe l’ensemble des acteurs publics et privés (comme la DRAAF, l’Etat, la Chambre Régionale d’Agriculture, Coopération SUD, Bio de Provence, etc), autour d’objectifs communs en faveur de l’agriculture et de l’alimentation régionales.

Le Pacte s’organise ainsi en 3 axes prioritaires :
• la résilience du territoire,
• une économie et des échanges de proximité,
• une mobilisation citoyenne large en faveur d’un système agricole

Mis à jour le 13 juin 2024