Vous êtes ici :
© Florent Gardin

Touche pas à mon verre !

Mis à jour le 23 août 2023

Depuis plusieurs années maintenant, le monde de la nuit doit faire face à un nouveau fléau : la soumission chimique. GHB ou « drogue du violeur », ces substances administrées à l'insu des victimes sont malheureusement bien connues de tous. S'il est important d'être conscient de leur existence, il est essentiel de savoir s'en protéger.

En soirée, après avoir bu un verre, nombreux sont ceux qui ont éprouvé des symptômes inhabituels, allant jusqu'à de soudains trous de mémoire. Victimes de soumission chimique, ils ont été drogués à leur insu. D’un point de vue légal, la soumission chimique est caractérisée comme « l’administration à des fins criminelles (viols, actes de pédophilie) ou délictuelle (violence, vols), de substances psychoactives à l’insu de la victime ou sous la menace ». Un délit passible de 5 ans de prison et 75 000 € d’amende.  

Adoptez les bons gestes !

En 2022, nous avions rencontré le Dr Jennny Becam, du service de Pharmacocinétique et de toxicologie au CHU Timone, qui nous avait alerté sur les symptômes naissant de l’administration de ces drogues, et des comportements à adopter en cas de soupçons. Alors, on n’oublie pas : en cas de doute, il faut réagir vite. « Si on se sent mal, il faut se rapprocher de ses amis et se rendre dans un poste de secours ou aux urgences pour être pris en charge de façon adéquate et éventuellement réaliser des prélèvements de sang et d’urine rapidement si l’on souhaite pouvoir mettre en évidence la soumission chimique. En soirée, les règles de bon sens s’appliquent il faut surveiller son verre et ne pas s’isoler si on pense être vulnérable », conseille le Dr Becam. 

Touche pas à mon verre !

La Région Sud a souhaité elle aussi contribuer à la lutte contre la soumission chimique. Cette année encore, elle mène l’opération « Touche pas à mon verre » pour protéger les publics et accompagner les professionnels de la restauration, de la nuit mais aussi les festivals et associations de jeunesse, étudiantes et de santé, engagées dans la prévention en soirées.

Pour la deuxième année consécutive, la Région sera présente au Delta Festival pour distribuer 20 000 couvercles de verres. Les couvercles s’adaptent à tous les verres, rendant impossible l’ajout d’une quelconque substance. Ce dispositif est attendu par tous les professionnels de la restauration et de la nuit qui ont besoin d’aide pour combattre les délinquants sexuels. Ils seront disponibles sur le stand de la Région, ainsi que sur l’ensemble du site, à disposition de tous les festivaliers.

 

 

« Pour endiguer le fléau de la drogue, qui empoisonne la vie des jeunes comme des professionnels, nous mettons plusieurs milliers de couvercles anti-drogue à disposition. Leur utilisation massive doit être la priorité de tous pour que les jeunes soient en sécurité ! »

Renaud MUSELIER
Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur,
Président délégué de Régions de France

Mis à jour le 24 juin 2024