Vous êtes ici :
© Claude Almodovar
Environnement, Aménagement du territoire, Collectivité, Association

Mouillages écologiques : avec l'État, la Région Sud s'engage pour les sites préservés !

Mis à jour le 03 janvier 2023

L’accompagnement des projets de mouillages écologiques tient une place importante et particulièrement d’actualité pour préserver notre environnement maritime. Afin de concilier écologie et activités économiques, la Région Sud et l'État s'engagent en signant mercredi 26 janvier 2022 la mise en place de coffres de mouillages grande plaisance dans des sites préservés.

Développer les mouillages écologiques, un engagement régional

Accompagné de la Ministre de la Mer, Annick Girardin, Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Président délégué de Régions de France, a signé un engagement avec l'État pour la mise en place de coffres de mouillages grande plaisance dans des sites préservés. Un engagement qui prend corps à travers le rapport adopté en Assemblée Plénière le 17 décembre 2021 visant à renforcer et prioriser les interventions de la Région Sud sur la mise en place decoffres de mouillage pour la grande plaisance. 

De même, l'action 29 du Plan Climat "Gardons une Cop d'avance", s'inscrit directement dans ce grand engagement pour l'environnement maritime régional : 
 

Déployer des mouillages écologiques notamment pour la grande plaisance et la croisière sur les secteurs de forte fréquentation. 12 zones de mouillages pour la plaisance sur les secteurs à enjeux.

Après consultation finale des collectivités et ports concernés, ce sont 12 mouillages écologiques qui pourront être installés pour la saison prochaine.
Les aides régionales adossées au Plan de reconquête et de transformation du tourisme « Destination France 2030 » dédierons plus de 7 millions d’€ sur 3 ans pour l’installation de coffres pour l’accueil de la grande plaisance.

3 projets déjà identifiés :
• Saint-Tropez : 1 projet porté par la commune, entre 4 et 8 coffres en sortie Ouest du port,
• Golfe Juan : 1 projet porté par une société privée, de 4 à 7 coffres,
• Beaulieu/Eze : 1 projet piloté par une société privée sur la mer d'Eze pour 3 à 5 coffres.

La Région Sud a déjà été pilote dans les mouillages écologiques grâce à l’appel à projets commun Etat / Agence de l’eau pour financer des zones de mouillage et d’équipements légers (ZMEL).
11 projets ont été retenus ayant pour but de réduire l’impact des ancres des navires de plaisance sur l’herbier de posidonie : 5 en Corse et 6 en Provence-Alpes-Côte d'Azur pour un montant global d'environ 2,7 millions d'€.

La politique maritime régionale 

La Méditerranée est une mer unique avec de nombreuses spécificités. Si elle ne représente qu’1% de la surface océanique mondiale, elle recèle près de 8% de la biodiversité marine avec des espèces endémiques telle que la posidonie qui produit 3 fois plus d’oxygène au m² que la forêt amazonienne. Economiquement, elle est à la fois la zone maritime la plus attractive avec plus de 30% du tourisme mondial et est l’espace le plus utilisé pour les échanges commerciaux avec plus de 25% de la flotte internationale qui transitent près des côtes. Culturellement, elle reste un creuset de diversités et d’échanges essentiels entre les peuples qui partagent des patrimoines communs.

Cet éclectisme si précieux se retrouve sur l’espace maritime régional. De la Camargue sauvage et sableuse aux profondeurs de la Riviera, des activités industrielles du Golfe de Fos au tourisme de masse du Golfe de Saint Tropez, des petites stations balnéaires préservées aux Métropoles en plein développement urbain. Le littoral est surtout une zone à forte densité démographique avec plus de 75% de la population régionale et 28 millions de touristes par an.

Les enjeux maritimes sont donc fondamentaux pour l’avenir des territoires. La Région Sud poursuit une politique globale et cohérente pour la préservation du milieu marin et le développement durable des activités maritimes qui se décline au travers du Plan climat « Gardons une COP d’avance » autour de six axes dont un axe Mer, qui mobilisera 40% du budget régional.

En parallèle, le Plan voile nautisme permettra d’engager près de 35 M€ pour accélérer l’aménagement et le développement des structures et de la filière nautique dans la perspective d’accueillir les épreuves de voile des Jeux Olympiques 2024.

Mais surtout le Plan mer et littoral qui porte 44 actions prioritaires au travers de cinq ambitions majeures d’ici 2030 : une identité maritime affirmée ; des filières maritimes d’excellence, des métiers maritimes attractifs, une transition écologique et énergétique réussie, une gouvernance et des sources de financement optimisée. Concrètement, en 2018 et 2019, la Région a accompagné 620 opérations dans le cadre du plan Mer et Littoral pour un montant de 56M€ qui ont permis aux territoires d’investir plus de 500M€.

Concilier développement économique et préservation de l'environnement

Forte de ses atouts, la Région Sud a mis en place une Opération d’Intérêt Régional Economie de la mer, dans le cadre de son Schéma Régional pour le Développement de l’Economie, l’Innovation et l’Internationalisation (SRDEII). L’objectif affiché est de soutenir le développement de projets d’entreprises et d’accompagner sur un plan technique et financier la structuration et la promotion des filières régionales d’excellence, telles que le nautisme, le yachting, la réparation navale, les énergies marines renouvelables ou le tourisme durable. C’est ainsi que la Région a voté une stratégie en faveur de la filière nautique régionale avec l’ambition d’en faire un des leaders mondiaux du secteur. La Région a également créé le Club Sud Drone afin de promouvoir l’excellence de la filière des drones Air-Terre-Mer. Forte de près d’une centaine d’acteurs en région, cette filière très innovante permet notamment d’envisager des interventions en mer à l’aide de moyens légers, moins polluants et plus respectueux de l’environnement marin.

La voile et le nautisme au cœur du développement économique de la politique maritime régionale

La filière nautique est structurée autour de trois pôles : les infrastructures (ports, cales de mise à l’eau et zones de mouillage et d’équipements légers) qui favorisent l’accès au plan d’eau, les industries et leurs emplois et enfin, la pratique, avec les sports et loisirs nautiques encadrés par les clubs et associations ou pratiqués de manière isolée. Ces pôles mobilisent l’ensemble des acteurs économiques, institutionnels et socioculturels concernés qui interagissent pour le développement du secteur et dont la Région est partenaire.

La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur est la première région maritime de France avec plus de 120 000 emplois affectés aux différents secteurs de l’économie maritime.

En matière de nautisme, elle occupe le premier rang pour l’ensemble des composantes de la filière. Première région en matière de capacité portuaire avec 147 ports de plaisance pour plus de 60 000 anneaux à flot, première région pour les industries nautiques avec plus d’1 milliard d'euros de chiffres d’affaires et près de 7 400 emplois permanents qui représentent un quart de la production nationale et des effectifs salariés. Enfin, la Région Sud est la première région pour la pratique des sports et loisirs nautiques avec plus de 520 clubs, 75 000 licenciés et près d’un million de pratiquant chaque année.

Avec ses 1 000 kilomètres de côtes, la Région Sud est la première destination nautique de France. Le tourisme littoral représente 70 % du tourisme régional, 80 % des emplois dédiés et 8 % du PIB de la région. Au-delà des activités balnéaires, le nautisme et la plaisance sont sources de retombées économiques significatives

En 2024, la Région Sud accueillera par ailleurs les épreuves de voile des Jeux Olympiques de Paris. Tout un plan régional olympique autour de la voile et du nautisme est en place pour favoriser les activités nautiques via un programme basé sur les volets sports, économie, social, environnemental et marketing qui rejoint les enjeux stratégiques portés par la Région.

 

Mis à jour le 24 juin 2024