Biodiv’ALP : la biodiversité sans frontière

Avec Biodiv'ALP, cinq Régions de France et d'Italie se mobilisent pour protéger et valoriser la biodiversité des Alpes ! Un projet de coopération transfrontalière piloté par la Région Sud, qui s’inscrit dans le cadre du programme européen ALCOTRA.

Trait d’union entre la France et l’Italie, côtoyant aussi bien les sommets que le bassin méditerranéen, le massif des Alpes occidentales est considéré comme un « hotspot » de biodiversité.

Territoire de montagnes, traversé de vallées qui permettent les circulations transfrontalières, il est le siège de riches réservoirs de biodiversité dépendants de corridors écologiques fragilisés. La biodiversité est mise à mal par la dégradation et la fragmentation des écosystèmes, les pollutions diverses, les espèces exotiques et envahissantes, mais aussi le changement climatique.

Face à ce constat de la fragilité et de la vulnérabilité des écosystèmes alpins, cinq Régions de France et d'Italie (les Régions Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ligurie, Auvergne-Rhône-Alpes, Piémont et Autonome Vallée d’Aoste) ont décidé de se mobiliser à travers le PITEM (Plan Intégré thématique) Biodiv’ALP dans l’objectif de protéger et valoriser la biodiversité et les écosystèmes alpins.

Biodiv’ALP, en bref :

  • Un projet de coopération sur 4 ans (2019-2023)

  • 8,9 M€ de budget au total

  • 85 % de financement des dépenses éligibles par le programme ALCOTRA V-A 2014-2020

  • Une stratégie co-construite

  • 5 projets opérationnels

  • 25 bénéficiaires franco-italiens :
    • 10 partenaires : 5 Régions (Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, Piemonte, Auvergne-Rhône-Alpes, Liguria, Valle d’Aosta) deux Agences régionales pour l’environnement (Provence-Alpes-Côte d’Azur et Liguria), deux Parcs nationaux (Ecrins et Gran Paradiso), un Conservatoire d’espaces naturels (Haute-Savoie)
    • 15 délégataires : Parcs nationaux (Mercantour, Vanoise), Parcs naturels régionaux (Queyras, Mont Avic, Alpi Cozie, Alpi Liguri), Conservatoires botaniques nationaux (Alpin, Méditerranéen), Conservatoire d’espaces naturels (Savoie), Province(Imperia), Métropole (Nice Côte d’Azur), Commune (Rhèmes-St-Georges), Chambre de commerce et d’industrie (Provence-Alpes-Côte d’Azur), Université (Gênes), Fondation (Montagna Sicura)
       

Biodiv’ALP est financé par le programme de coopération ALCOTRA, dans le cadre de l’axe prioritaire 3 portant sur l’attractivité du territoire, la conservation environnementale et la valorisation des ressources naturelles et culturelles.
ALCOTRA signifie Alpes Latines COopération TRAnsfrontalière. Il s’agit de l’un des programmes de coopération transfrontalière européenne couvrant le territoire alpin entre la France et l’Italie. L’objectif ? Améliorer la qualité de vie des populations et le développement durable des territoires.
Pour plus d’information, consulter le site du programme www.interreg-alcotra.eu/fr

Le Massif des Alpes Occidentales constitue le trait d’union biogéographique et transfrontalier entre les territoires français et italiens du programme ALCOTRA. Il côtoie aussi bien les sommets que le bassin méditerranéen formant ainsi un hotspot de biodiversité (c’est à dire une zone biogéographique possédant une grande richesse de biodiversité particulièrement menacée par l'activité humaine).

Les partenaires du projet Biodiv’ALP se situent sur l’ensemble du territoire ALCOTRA, à l’est du massif.

La biodiversité et les écosystèmes alpins sont facteurs d’attractivité du Massif des Alpes Occidentales et rendent de nombreux services écosystémiques de grande valeur sociale et économique pour les 3,6 millions d’habitants de la zone. Leur préservation et leur valorisation constitue donc un enjeu majeur pour l’ensemble du territoire, ses habitants mais aussi les visiteurs venant découvrir ce patrimoine exceptionnel.

Matière première de l’économie des territoires et du bien-être de ses habitants, ces services sont néanmoins extrêmement vulnérables face à l’érosion de la biodiversité et aux changements globaux d’origine anthropique.

Ces enjeux sont partagés entre les territoires des régions françaises et italiennes du Massif des Alpes Occidentales. Ils nécessitent d’adopter une démarche commune pour répondre de manière cohérente, concertée et ciblée au processus d’érosion de la biodiversité et de ses services à une échelle biogéographique pertinente.

Sur la base de ce constat, un processus de concertation entre les cinq Régions du programme ALCOTRA et les acteurs territoriaux a permis de dégager une ambition cadre : protéger et valoriser la biodiversité et les écosystèmes alpins par un partenariat et un réseau transfrontaliers de connectivités écologiques.

L’originalité des activités mises en œuvre porte sur la structuration transfrontalière d’une gouvernance intégrée, de la connaissance et des méthodologies de gestion des réservoirs de biodiversité, d’une politique publique de connectivités écologiques et d’une stratégie de valorisation de la biodiversité.

Un processus de concertation, coordonné par la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur avec les quatre autres Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Piémont, Ligurie et Vallée d’Aoste, ainsi qu’une vingtaine d’autres partenaires, a débuté dès la fin 2016. Cette démarche commune a été initiée pour répondre de manière cohérente, concertée et ciblée au processus d’érosion de la biodiversité et de ses services à une échelle biogéographique pertinente. Deux années de montage et d’échanges ont été nécessaires pour concrétiser une stratégie ambitieuse et innovante. Les premières réalisations concrètes ont débuté en janvier 2019 et se termineront en 2023.

Ce travail s’est notamment appuyé sur des réflexions initiées précédemment par d’autres partenaires (Espace de préfiguration de l’Eurorégion Alpes – Méditerrannée, Parcs nationaux, Conservatoires d’espaces naturels, etc.), en les structurant dans une vision à moyen et long termes afin de contribuer aux grands enjeux partagés pour les Alpes occidentales. Ce processus a permis d’aboutir à la co-construction d’une ambition cadre : protéger et valoriser la biodiversité et les écosystèmes alpins par un partenariat et un réseau transfrontaliers de connectivités écologiques.

L’organisation partenariale Biodiv’ALP réunit, dans une logique transversale et équilibrée entre les territoires français et italiens, des structures ayant l’expertise et l’ambition collective de mener à bien les activités.

France

Italie

Partenaires

Délégataires

Partenaires

Délégataires

Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur : coordinatrice du PITEM

- Parc naturel régional du Queyras

- Parc national du Mercantour

- Métropole Nice Côte d'Azur

Région Autonome Valle d’Aosta

- Parc naturel régional Mont Avic

- Fondation Montagna Sicura

Agence régionale pour la Biodiversité et l’environnement (ARBE)  Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

- Chambre de commerce et d'Industrie Provence-Alpes-Côte d’Azur

- Conservatoire botanique national méditerranéen

Parc National Gran Paradiso

 

ASTER-Conservatoire des Espaces Naturels de Haute-Savoie

 

Région Liguria

- Parco Alpi Liguri

- Provincia di Imperia

Parc national des Ecrins

 

Agence régionale pour l’environnement de la Région Liguria (ARPAL)

- Université de Gênes

- Province d’Imperia

Région Auvergne-Rhône Alpes

- Parc national de la Vanoise

- Conservatoire botanique national alpin

- Conservatoire des espaces naturels de Savoie

Région Piemonte

- Parc Naturel Régional Alpi Cozie

 

 5 partenaires français

 8 délégataires français

5 partenaires italiens

7 délégataires italiens

Total : 10 partenaires et 15 délégataires

L’ambition cadre du PITEM Biodiv’ALP s’articule en deux objectifs stratégiques visant à endiguer l’érosion des écosystèmes et des espèces protégées et à renforcer l’attractivité du territoire transfrontalier. Ces derniers contribuent notamment aux attendus du programme Alcotra en matière de biodiversité mais aussi à la stratégie européenne sur la Macro-Région alpine et à la Convention Alpine.

La mise œuvre opérationnelle de ces objectifs est réalisé au travers de cinq projets concrets portant respectivement sur l’amélioration de la connaissance, la gestion des réservoirs de biodiversité, la préfiguration d’une stratégie de connectivités écologiques transalpines et la valorisation socio-économique de la biodiversité et des écosystèmes. Un dernier projet thématique porte sur la coordination, la communication et l’évaluation du PITEM Biodiv’ALP.

 

 

Coordination, communication et évaluation du PITEM BIODIV'ALP

Chef de file :  null
 

Activités :

  • Mettre en place une gouvernance effective et durable
  • Communiquer sur le projet dans la globalité par l'élaboration d'un plan de communication en fonction de publics cibles
  • Evaluer le plan par l'élaboration d'un cadre d'évaluation incluant des critères et des indicateurs 
  • Assurer la pérennité du plan

Durée :4 ans (jan 2019 – jan 2023).

Montant :492 665€ (co-financé par le programme ALCOTRA à 85% des dépenses éligibles).

Activités principales :

  • Mettre en place, organiser et animer les organes de gouvernance.
  • Elaborer un plan de communication en fonction de publics cibles.
  • Suivre et évaluer le programme.
  • Organiser des réunions d’échanges entre bénéficiaires afin de pérenniser la dynamique Biodiv’ALP.
  • Participer à des évènements/réunions pour inscrire la stratégie Biodiv’ALP dans les stratégies multiniveaux et les processus en cours.

Principaux livrables sur les 4 années du projet :

Gouvernance :

  • 1 évènement de lancement du programme Biodiv’ALP.
  • 4 Comités de pilotage et de suivi organisés
  • 3 Comités consultatifs.
  • 3 Rapports annuels et 1 rapport final.

Communication :

  • 1 Stratégie de communication du PITEM.
  • 1 Page web du programme Biodiv’ALP et 1 réseau social.
  • Outils de communication (plaquette d'information du PITEM, film, etc.).
  • 1 Evènement de clôture du PITEM.

Suivi-évaluation :

  • 1 Plan d'évaluation à l’échelle Biodiv’ALP et des fiches-actions.
  • 1 Outil de suivi technique et financer déclinable dans chaque projet.
  • 1 Evaluation finale.

Articulations stratégiques :

Articulations stratégiques notamment avec la nouvelle génération 2021-2027 de programmes européens ainsi qu’avec les dynamiques alpines en cours telles que la Stratégie européenne sur la Macro-région alpine, la convention alpine, etc.

 

Connaître la biodiversité et les écosystèmes pour mieux les protéger ensemble

Chef de file : null
Activités :

  • Etablir une liste commune d’espèces et d’habitats
  • Echanger et définir des protocoles communs de suivi de la faune, de la flore et des habitats
  • Réaliser des inventaires de la biodiversité cachée
  • Structurer les bases de données naturalistes dans une logique d’interopérabilité
  • Echanger sur les méthodes de surveillance des habitats et des espèces du réseau Natura 2000

Durée :  3 ans (jan 2019 – jan 2022)

Montant :1 883 490€ (co-financé à 85% des dépenses éligibles)

Objectif : renforcer la connaissance de la biodiversité et des écosystèmes alpins dans une logique transfrontalière

Exemple d’action :

Pour le volet flore et végétation, le Conservatoire Botanique National Alpin (CBNA) et les partenaires de COBIODIV interviennent particulièrement sur :

  • Liste rouge, botanique, taxonomie et inventaire de la flore
  • Suivi et conservation de la flore et des habitats.

Pour ces deux thèmes, il s’agit d’établir et de synthétiser les travaux existants concernant les référentiels taxonomiques, la répartition des espèces et leur conservation afin de travailler sur une liste commune d’espèces et d’habitats.

L’objectif à long terme est de définir des enjeux communs de connaissance et de conservation entre la France et l’Italie pour les espèces végétales et les habitats naturels et ainsi de mieux les connaître pour mieux les conserver.

Les partenaires travaillent donc ensemble à la définition d’une liste d’espèces et d’habitats commune et prioritaire pour le territoire transfrontalier et échangent autour des protocoles et des outils déployés dans le cadre de réseaux de la conservation existants. Le PITEM Biodiv’ALP favorise les rencontres à travers des journées de terrain et des séminaires techniques franco-italiens. Il permettra d’aboutir à des méthodes de suivis partagées de quelques espèces et habitats d’intérêt patrimonial et à l’expérimentation de nouvelles méthodes pour les espèces hors Directive Européenne.

 

Gérer les réservoirs de biodiversité en articulant les modes de gestion des espaces protégés alpins

Chef de file :  null
 

Activités :

  • Partage des méthodologies de gestion de la biodiversité et de suivi des changements globaux
  • Chantiers de restauration d’habitats dégradés avec un approfondissement sur l’utilisation de semences locales.

 

Durée : 3 ans (oct 2019 – oct 2022)

Montant : 2.825.235 euros (co-financé à 85% des dépenses éligibles)

Objectifs :

  • Identification des facteurs de dégradation des habitats et des méthodes de gestion
  • Définition d’un réseau d’observatoires transfrontaliers
  • Rétablissement des habitats dégradés.

Exemple d’action :

Un des axes de travail du projet consiste en l’expérimentation d’actions de gestion sur les espaces et espèces dégradés pour renforcer la résilience transalpine face aux changements globaux. Une des actions de cet axe prévoit la mise en œuvre d'interventions concrètes pour la réhabilitation, la restauration, la valorisation et la protection des habitats et des espèces dégradés en raison de différents facteurs de pression anthropique identifiés par les partenaires de Biodiv'ALP sur le territoire transfrontalier.

Le choix des zones concernées est le résultat d'une planification préliminaire, utile pour la définition des sites, effectuée dans le cadre d’une autre action du même projet. Les zones sélectionnées sont principalement des zones protégées et des sites du Réseau Natura 2000, mais aussi des zones non protégées dans lesquelles se trouvent des habitats et des espèces d'intérêt pour la conservation qui sont en danger. Les actions prévues: interventions pour la restauration des habitats de prairie dégradés par le pâturage, réhabilitation et requalification des zones humides, restauration des terrassements agricoles, interventions pour la requalification des habitats refuges, récupération des habitats à haute altitude avec des semences locales.

 

Protéger les espèces et les écosystèmes au travers de connectivités écologiques transalpines dynamiques et innovantes.

Chef de file : null
 

Activités :

  • Dresser un diagnostic sur l’état des continuités écologiques en capitalisant les connaissances et les expériences
  • Préfigurer une stratégie transfrontalière de préservation des connectivités écologiques garante du bon fonctionnement des écosystèmes
  • Préserver et restaurer des continuités écologiques en réalisant des travaux (reconnexion de tourbière, neutralisation de lignes électriques, réalisation d’un crapauduc…)

Durée : 3 ans (oct 2019 – oct 2022)

Montant : 1.880.811 euros (co-financé à 85% des dépenses éligibles)

Objectifs : Préfigurer une stratégie interrégionale de préservation des continuités écologiques garante du bon fonctionnement des écosystèmes

Exemple d’action :

Dans le cadre de Biodiv’Connect, la première action du projet a été réalisée de façon totalement transfrontalière et a mobilisé l’ensemble des partenaires.

Il s’est agi de réaliser un état des lieux des continuités écologiques sur la zone ALCOTRA.

Cet état des lieux s’est intéressé à :

  • Identifier l’ensemble des politiques publiques mises en œuvre sur chaque territoire et qui permettent la préservation et/ou la restauration des continuités écologiques,  qu’elles relèvent de l’obligation réglementaire ou d’outils contractuels, du niveau national au niveau communal
  • Repérer l’ensemble des connaissances disponibles relatives aux continuités écologiques de cette zone
  • Dresser un premier diagnostic de l’état de ces continuités ainsi que des pressions qu’elles subissent, à dire d’expert, et sur la base des informations collectées.

Cet état des lieux a été présenté et validé en présence d’experts de la biodiversité alpine, le 4 février 2020 à Lyon, en marge du lancement de la présidence française de la SUERA. 

 

Promouvoir la biodiversité et les habitats comme facteur de développement des territoires.

Chef de file :  null
 

Activités :

  • Actions de formation pour qualifier les acteurs du territoire transalpin
  • Capitaliser sur les services écosystémiques et l’utilisation durable des ressources
  • Promouvoir la biodiversité comme facteur de développement des territoires : mettre en œuvre une gouvernance pour la valorisation et la protection active et participative de la biodiversité transalpine.
  • Promouvoir les réseaux de sites d’accueil liés à la biodiversité.

Durée : 3 ans (jan 2019 – jan 2022)

Montant : 1.883.402 euros (co-financé à 85% des dépenses éligibles)

Objectifs : Une gouvernance visant à créer des communautés et des modèles économiques durables basés sur la valeur ajoutée environnementale

Exemple d’action :

La Région Ligurie, en collaboration avec l'Autorité du Parc naturel régional des Alpes Ligures, le Département d'économie de l'Université de Gênes et la FILSE (Finanziaria Ligure per lo Sviluppo Economico) travaille sur la création d’actions de marketing territorial sur les produits de la filière locale. L’objectif principal est la création d'un réseau local et transfrontalier d'entreprises et de gestionnaires pour valoriser l'excellence du territoire.

Une sélection des opérateurs économiques les plus liés aux processus de protection de la biodiversité (agritourismes, entreprises apicoles et zootechniques locales) a été effectuée afin de les impliquer dans des entretiens ciblés, visant à mieux connaître et comprendre les problèmes et les besoins liés à leurs activités respectives. L'analyse AFOM (Atouts, Faiblesses, Opportunités, Menaces) qui a émergé de ces comparaisons sera utilisée pour concevoir de nouvelles solutions et propositions capables de fournir aux entreprises des outils utiles de vente et de promotion des produits d'excellence locale (par exemple, conception d'étiquettes, emballages, etc.).

LANCEMENT DU PROJET BIODIV’ALP « LA BIODIVERSITÉ SANS FRONTIÈRE »

Coup d’envoi du projet européen Biodiv-ALP mardi 4 juin à Mônetier-les-Bains !
La Région Sud organise un évènement pour lancer officiellement ce programme qui réunit cinq Régions de France et d’Italie, autour de la protection et de la valorisation de la biodiversité des Alpes.  Consultez l'agenda