Vous êtes ici :
Particulier, Institution

Anne-Laure Michel, une colonel à la tête de la base aérienne d’Istres

Mis à jour le 16 novembre 2022

Son exemple montre la voie aux jeunes femmes qui rêvent d’intégrer l’armée de l’air. A la tête de la base aérienne d'Istres, la colonel poursuit son parcours remarquable à la tête d'un site militaire qui a vocation à devenir un hub pour la projection de militaires dans la cadre d'opérations extérieurs.

C’est une carrière qui force le respect. Anne-Laure Michel est la première femme à prendre le commandement de la base aérienne d’Istres. Nommée en août 2022, cette pilote de chasse, promue au grade de colonel, assume des responsabilités importantes de patronne de la plus grande base aérienne de France. Une première dans la longue histoire de ce site militaire qui a toujours été commandé par des hommes.

Sa vocation prend sa source dès son jeune âge. Dès les années collège et lycée, Anne- Laure Michel rêve de devenir pilote de ligne. A l’époque, la seule voie ouverte aux femmes. Son père, pilote de chasse, et le grand nombre de pilotes au sein de sa famille, suscitent en elle le désir de voler au sein de la chasse française. Après une prépa scientifique, Anne-Laure Michel intègre l’Ecole de l’air à Salon-de-Provence. Au terme des trois ans de formation, elle obtient son diplôme d’ingénieur, celui de pilote de ligne. En 2002, le projet de devenir pilote de chasse se précise en apprenant à piloter sur un Alpha Jet, l’avion de la patrouille de France. Une expérience qui lui permet de faire ses preuves au même titre que les hommes. En mars 2003, elle obtient le brevet de pilote de chasse à l’âge de 26 ans. 

Une fois ses diplômes en poche, en janvier 2004, Anne-Laure Michel se lance dans le grand bain en prenant ses fonctions au sein du régiment de chasse « Normadie-Niemen » à Colmar où elle occupe les fonctions de commandante d’escadrille. Cette unité de combat est l’une des plus prestigieuses des armées françaises. Au bord d’un Mirage F1, elle excelle dans le pilotage de cet avion monoplace, sa spécialité. Durant cette période intense, la pilote de chasse réalise plusieurs missions à l’étranger pendant des mois. De 2005 à 2010, Anne-Laure Michel participe à l’opération « Epervier » au Tchad.  En 2010, elle est projetée en Afghanistan pour l’opération « Pamir ». Au total, l'officier mène 150 missions de guerre, ce qui représente 2 000 heures de vol.

En 2010, promue au grade de commandant, Anne-Laure Michel est affectée au bureau des programmes de l’état-major de l’armée de l’air, au sein de la division combat dans la section « appui aérien » à Paris où elle restera jusqu’en 2013.  

100 000 passagers à l’horizon 2023

Anne-Laure Michel occupe un poste stratégique de commandante de la base aérienne 125 d’Istres dans les Bouches-du-Rhône. C’est une petite révolution dans la longue histoire de cette base militaire qui est aussi l’un des centres de formation les plus importants. Anne-Laure Michel doit mettre en œuvre le projet d’un " hub des armées " qui permettra à 100 000 passagers militaires de partir en mission partout dans le monde à l’horizon 2023 contre 30 000 actuellement. Des investissements importants sont en cours avec la construction de nouveaux bâtiments dont un nouvel aérogare qui aura vocation à accueillir de nouveaux avions qui peuvent à la fois effectuer des ravitaillements en vol d'avions de chasse que du transport de troupe ou des missions sanitaires. 

Un exemple pour les jeunes femmes

Anne-Laure Michel peut-elle susciter des vocations ? De plus en plus de femmes embrassent des carrières militaires au sein de l'armée de l'air. Désormais colonel, Anne-Laure Michel rappelle souvent que l’armée de l’air est la plus féminisée des armées françaises. A ce jour, 23 % des militaires de l’armée de l’air sont des femmes, un chiffre bien supérieur aux autres armées.

Chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’Ordre national du mérite, titulaire de deux citations, la colonel s’est notamment vue décerner la Médaille de l’aéronautique. Un statut d’exemple qu’Anne-Laure Michel assume afin d’inspirer les jeunes femmes qui rêvent d’intégrer l’armée de l’air. « J’aime bien montrer aux plus jeunes filles qu'avec des rêves, on peut atteindre des postes importants. J’en suis un exemple vivant », expliquait-elle lors de ses prises de fonctions.   

Mis à jour le 24 juin 2024