Vous êtes ici :
Économie-Entreprise |

Au CES Las Vegas, nos start-ups se démarquent !

Mis à jour le 17 janvier 2022

Après une édition 2021 à distance en raison des conditions sanitaire, 2022 marquait le grand retour du CES Las Vegas, qui s'est tenu du 5 au 8 janvier, sur le site de l'Eureka Park. La Région Sud et risingSud, son agence de développement économique, étaient présents pour accompagner la délégation de 15 start-ups.

Pour sa 55ème édition, malgré les contraintes sanitaires liées au Covid-19, le Consumer Electronics Show, ou CES a accueilli plus de 2 300 entreprises, 1 800 médias et près de 40 000 visiteurs issus de 119 pays.

La délégation régionale en force 

La Région Sud, en partenariat avec la French Tech et Bpifrance a suivi de près nos startups innovantes et Bernard Kleynhoff, président de la Commission développement économique et digital, industrie, export et attractivité a loué leurs performances. 

"Ce n’est pas le CES rêvé, il est vrai. Cependant, c’est l’occasion de se tester à l’international et c’est bien là ce que souhaitent les entreprises que nous avons envoyées. On prend la température des marchés, on glane des contacts avec quelques investisseurs présents et éventuellement de futurs partenaires. Surtout, on a accès à de grands dirigeants, plus détendus qu’à l’accoutumée, donc plus accessibles. Le CES de Vegas, c’est ça."

 

Cette année, 4 départements de la région étaient représentés : les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse, le Var et les Alpes-Maritimes. À l’occasion du CES Unveiled de Paris,5 start-ups régionales ont été distinguées par un Innovation Award sur les 16 décernées au niveau national.

Pour être prêtes le jour J, les 15 start-ups ont bénéficié d’un accompagnement réalisé par la Région Sud et Business France. Cet accompagnement est opéré par la CCIR et risingSUD à travers un financement de la Région Sud.

Un travail qui a porté ses fruits, avec des awards,des pitchs, des retombées presses et surtout de nombreux contacts qualifiés pour poursuivre le développement de ces innovations.  

Des contacts qualifiés, porteurs d'espoirs !

MyCoach Tracker et Fairvision, les sportives ! 

 

MyCoach Tracker

MyCoach Tracker est un dispositif électronique permettant à tout footballeur de se doter d’un outil de suivi et d’analyse de ses performances sur les terrains de football. Certifié et validé par la FIFA, le kit est composé d’une balise GPS épaulée d'un accéléromètre pour suivre et enregistrer les déplacements du joueur, d’une brassière destinée à accueillir la balise et d’une application iOSAndroid qui permet de dialoguer avec la balise en Bluetooth et de restituer les performances calculées via l’architecture cloud.

Le nouveau GPS MyCoach Tracker est conçu pour tous les footballeurs, quel que soit l’âge, qui souhaitent connaître leur niveau et améliorer leur jeu. fairvMyCoach Tracker permet à chaque footballeur de suivre de façon simple et intuitive toute une série d’indicateurs couramment utilisés par les professionnels : endurance, vitesse, accélération, puissance, agilité, etc. Match après match, le footballeur peut ainsi récupérer l’ensemble de ses données enregistrées, construire son profil athlétique pour analyser ses forces et ses faiblesses et partager ses résultats. Et pour accompagner la progression du footballeur, des conseils et exercices seront proposés dans l’application par des professionnels de la préparation physique.

Fairvision

Joue la comme les pros ! Telle pourrait être la devise de l'entreprise niçoise, spécialisée dans le football et l'intelligence artificielle. Son système dote les caméras, connectées en wifi dans un stade, d’une intelligence artificielle qui permet d’enregistrer les matchs, d’automatiser les performances de tous les acteurs sur le terrain pour en ressortir des statistiques personnalisées et proposer des replays de « moments forts du match ». Tout ça, sans caméraman et sans besoin d’énergie puisque l’alimentation provient de panneaux photovoltaïques.

La plateforme est gratuite pour le club où c’est installé, et ce sera ensuite un système d’abonnements, pour les parents, les passionnées, ou même les joueurs eux-mêmes ou les entraîneurs qui veulent s’améliorer en voyant des séquences spécifiques.

Dans un secteur passionné et passionnant, les start-up azuréennes ont noué des contacts très prometteurs, notamment en Amérique du Sud, continent dont on connait l'engouement pour le football. De quoi envisager l'avenir avec sérénité ! 

Skincast, la médicale ! 

Basé à Arles, Skincast a créé une attelle en plastique recyclable et biodégradable, à base d’amidon de maïs et imprimée en 3D.

L’objectif ? Remplacer les attelles thermoformées qui sont très contraignantes, peu respirantes et avec lesquelles se rendre dans l'eau est impossible. 

Ainsi est née l’idée de créer une orthèse qui répond à ces problématiques. Les attelles Skincasts sont « très légères, alvéolées, non circulaires, c’est-à-dire réglables dans le temps. Les alvéoles permettent à la peau de respirer et d’éviter la macération des parties immobilisées, ainsi que les démangeaisons. Un confort non négligeable pour les patients.

Une innovation de premier plan, qui a très vite séduit les nombreux professionnels du secteur médical présents à Las Vegas, puisque les représentants de Skincast ont été invités à "pitcher" leurs attelles devant un parterre de prestigieux chirurgiens américains. Une prestation qui leur aura permis d'être repérés par Business France notamment, pour continuer à développer leur entreprise ! 

Cearitis, l'agricole ! 

Primée au CES de Las Vegas, la start-up d'Aix-en-Provence Cearitis y a présenté sa méthode sans impact sur l'environnement pour lutter contre le ravage des récoltes d'olives par la Bactrocera oleae, cette mouche capable d'anéantir toute une récolte en pondant ses oeufs dans les fruits.

Cearitis, c'est vant tout une histoire de famille, avec deux cousines de 25 ans, Marion Canale et Solena Canale Parola, qui ont mis au point une méthode naturelle pour les piéger et les repousser loin des oliviers. La solution brevetée a été testée avec succès de juin à novembre, la saison de la mouche, dans une oliveraie des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône), au coeur des Alpilles, une région connue pour la qualité de ses huiles.
Cearitis, ce sont deux formules, une répulsive et l'autre attractive, fondées sur le biomimétisme.
La première imite les molécules émises par l'olivier et attire les femelles pondeuses dans le piège, baptisé Pira, auto-alimenté par un panneau solaire. La seconde contrefait le message chimique laissé par les mouches sur l'olive après avoir pondu, afin de prévenir leurs congénères que le fruit est déjà occupé par des oeufs pour qu'elles pondent ailleurs. Cette seconde solution est directement pulvérisée sur les oliviers. La première phase de tests donne près de 95 % de protection avec cette méthode totalement bio : les autres insectes ne sont pas impactés.

Innovante, respectueuse de l'environnement et salvatrice pour les agriculteurs, la solution de Cearitis a déjà été largement relayée dans les médias nationaux et internationaux, et récompensée par un award. 

 

Mis à jour le 13 juin 2024