Le colombier d'Entrevaux, Crédit Région Sud

Tourisme, Culture |

Du Palais des Papes au petit pigeonnier, le patrimoine préservé

La Région Sud est riche de son Histoire, et ça se voit. Partout sur le territoire, des édifices monumentaux côtoient des ouvrages plus modestes, comme des chapelles ou des châteaux, et d’autres qui pourraient sembler anecdotiques, comme des fontaines ou des pigeonniers. Pourtant, tous sont de précieux témoignages d’un passé qu’il nous faut préserver. Tour d’horizon des grands projets de sauvegarde du patrimoine.

Lorsqu’on pense au patrimoine emblématique du territoire, on pense bien sûr au Palais des Papes à Avignon, qui fut le siège de la chrétienté d’Occident, ou encore à l’imprenable ensemble fortifié par Vauban à Briançon, inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité. A Saint-Maximin, il y a aussi la Basilique Sainte-Marie-Madeleine et son extraordinaire décor baroque ou encore, à La Condamine Châtelard, la spectaculaire Forteresse de Tournoux. Tous ces édifices seront restaurés grâce au contrat d’avenir, qui lie l’Etat et la Région Sud et permet un vaste champ d’action, notamment pour les petites communes. 

Il est venu le temps des cathédrales

Notre région fut la première de France à être romanisée puis christianisée. A l’époque, le territoire était morcelé en une multitude d’évêchés, chacun doté de sa cathédrale. Si aujourd’hui la plupart d’entre elles appartiennent à l’Etat, certaines restent à la charge des communes. « Parfois, l’entretien de ces édifices représente un poids considérable. Je pense par exemple à la cathédrale de Senez, une commune qui ne compte qu’une centaine d’habitants dans les Alpes-de-Haute-Provence » précise Marcelline Brunet, chef du Service Patrimoine Traditions et Inventaire à la Région Sud. Le Plan cathédrale, inclus dans le contrat d’avenir, permet ainsi de restaurer et valoriser ce patrimoine. A Embrun, Forcalquier, Carpentras, Orange ou Cavaillon, de vastes chantiers ont été lancés. « Certains projets sont colossaux, détaille Marcelline Brunet, notamment lorsque la restauration du bâti s’accompagne de celle du mobilier, des peintures et des ornements ».

Les trésors insoupçonnés du patrimoine rural

Si ce sont les grands édifices qui attirent les regards et les visiteurs, d’autres constructions bien plus anonymes sont tout aussi intéressantes pour comprendre les traditions et modes de vie des provençaux. Fours à pain, lavoirs et fontaines, calades, croix de chemin, calvaires, oratoires et chapelles, distilleries et moulins, cabanes agricoles ou encore pigeonniers font partie du patrimoine régional. « Chaque année depuis 2017, la Région lance l’appel à projet du patrimoine rural. C’est une véritable politique volontariste pour sauvegarder le patrimoine non protégé », se félicite Marcelline Brunet. Chacun peut donc trouver, au fond de son jardin ou au détour d’un chemin, une petite contribution à la grande Histoire de la région.

Le travail colossal de l’Inventaire du patrimoine

Depuis la loi d’août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, La Région a pour compétence l’Inventaire général du patrimoine sur son territoire. Une mission de recherche et de documentation fondamentale, qui permet de mener les expertises scientifiques qui vont ensuite orienter les politiques publiques. Chaque édifice ou objet inventorié fait l’objet d’un dossier illustré de photographies ou de relevés, à retrouver sur PatrImages .