Vous êtes ici :
©Getty images
Environnement |

Eolien flottant : la Région Sud soutient le projet au large du Golfe de Fos

Mis à jour le 24 mars 2022

Dès 2017, la Région Sud intégrait dans son Plan Climat tout le potentiel énergétique de l’éolien flottant pour la région. Jean Castex vient d’entériner le projet qui, en région Sud, se situera au large de Fos-sur-Mer.

Une Région en faveur de l’indépendance énergétique

En soutenant et développant les initiatives en faveur de l’éolien flottant, la Région Sud a été visionnaire et malheureusement l’actualité de la guerre en Ukraine et le problème d’approvisionnement en ressources énergétiques ont donné raison à cet élan vers une indépendance énergétique. Partie intégrante du Plan Climat régional, l’éolien flottant présente de nombreux avantages. Bénéficier de l’éolien permet de disposer d’une ressource très importante et constante. L’objectif régional est d’atteindre, à l’horizon 2050, une puissance de 2 GW, l’équivalent en puissance de deux centrales nucléaires. La Région Sud possède le seul site d’essai, en mer Méditerranée, dédié à l’éolien flottant. Elle prévoit la mise en service d’ici 2030 d’une centaine d'éoliennes, lui permettant ainsi de devenir la plus importante source d’énergie marine renouvelable dans les années à venir.

L’éolien flottant c’est quoi ? 

Montée sur une structure flottante ancrée dans le fond marin, l’éolienne de mer peut être installée loin des côtes où les vents sont plus forts et plus stables, produisant ainsi une énergie plus continue. L’éolien flottant a également déjà permis de créer près de 5 000 emplois en 2020. Pour ceux qui s’inquièteraient, à juste titre, de l’impact sur le paysage, les éoliennes sont situées à plus de 20 km des côtes et n’apparaitront, le cas échéant, pas plus grande qu’une allumette, vue de la côte.

Avec la mer Méditerranée et un gisement de vent exceptionnel, la Région Sud possède de véritables atouts pour développer l’éolien flottant. Tout un écosystème s’est déjà mis en place pour étendre cette filière d’avenir, composé d’industriels, de PME et de startups. Mettre le cap sur le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique de notre territoire, tout en créant des emplois non délocalisables est notre objectif premier. Pour une indépendance énergétique plus que jamais d’actualité. »

Renaud MUSELIER Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Les Régions en avance sur le projet d’éolien flottant

La Région Sud s’est engagée, dès 2018, aux côtés des Régions d’Occitanie, Bretagne, Pays de la Loire pour développer cette filière d’avenir. Quelques dissonances persistaient entre les propositions des Régions littorales et le Gouvernement.

En effet, en 2019, le Gouvernement, par l’annonce de son Plan pluriannuel de l’Énergie (PPE), manquait d’ambition sur le volet de l’éolien flottant. Les 6 Régions littorales métropolitaines, associées à France Énergie Éolienne et le Syndicat des Énergies renouvelables des professionnels français ont fait à l’époque, une contre-proposition à cette PPE, capable celle-ci de répondre aux attentes des territoires en matière de transition énergétique. Quatre Régions proposaient la production de 4 GW à l’horizon 2030, contre 1 GW (puissance d’une centrale nucléaire) pour l’État. L’argumentation étant que les industriels ne peuvent s’engager que sur des volumes conséquents.

L’ensemble de la filière s’était alors mobilisée pour demander au Gouvernement de s’aligner sur les propositions régionales avec notamment des appels d’offres plus réguliers et un volume annuel d’énergie renouvelable produit, plus important et mis en place plus vite.

Jean Castex entérine le lancement de l’éolien flottant en Méditerranée

Le Premier ministre a annoncé, les zones retenues et le lancement de la procédure de mise en concurrence pour le développement des deux premiers parcs d’éolien flottant, en vue d’une mise en service des parcs à l’horizon 2030. Ces deux parcs éoliens flottants, d’une capacité d’environ 250 MW chacun, feront partie des premiers projets de ce type à l’échelle mondiale, après celui situé au large du sud de la Bretagne. Ils seront complétés ultérieurement de deux extensions de 500 MW chacune, situées à proximité. Le débat public sur le sujet s’est déroulé de juillet à octobre 2021 et ses conclusions ont permis au Gouvernement d’identifier les zones les plus propices à l’implantation des parcs éoliens, en tenant compte des impacts sur la biodiversité, les paysages et la cohabitation avec les autres usages de la mer.

Ces parcs permettront de produire un volume d’électricité équivalent à la consommation électrique d’environ 2,9 millions d’habitants, soit près de 10% de la consommation électrique cumulée des régions Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le premier parc sera situé au large de Narbonne, à plus de 22 km des côtes, le second parc devrait être localisé au large du Golfe de Fos à plus de 22 km des côtes. Les deux parcs occuperont, à termes, une superficie de l’ordre de 50 km² chacun et les extensions environ 100 km² chacune. La prise en compte des enjeux environnementaux sera une priorité pour la mise ne place de ces projets, qui seront tous soumis à une évaluation environnementale.

En chiffres, quelques correspondances :
25 MW répond aux besoins énergétiques d’une ville de 50 000 habitants comme Fréjus
250 MW correspond aux besoins d’une métropole de 500 000 habitants comme Montpellier
1 GW est la puissance moyenne d’un réacteur de centrale nucléaire

Pour en savoir plus :
Sur l’avancement de ces projets : www.eoliennesenmer.fr.
Sur le Pacte éolien en mer :  www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/2022.03.14_pacte-eolien-mer.pdf

Mis à jour le 13 juin 2024