Vous êtes ici :
Culture, Jeune, Particulier

Frédéric Mistral, l’inventeur de la Provence

Mis à jour le 24 octobre 2023

3e édition d’« Une année, un auteur » de la Région Sud. Un dispositif qui met en lumière les grandes figures littéraires qui ont marqué le Sud. Après Jean Giono et Albert Camus, c’est au tour de Fréderic Mistral d’être à l’honneur à partir du mois de septembre pour une programmation culturelle, riche en découvertes.

 « Une année, un auteur »

La Région Sud soutient l’écriture, la lecture ou la transmission du patrimoine littéraire régional. Pour cette troisième édition du label régional : « Une année, un auteur », le choix de Frédéric Mistral s’est imposé avec la corrélation en 2024 des 110 ans de sa mort, du 120e anniversaire de son Prix Nobel (1904) et du 170e anniversaire de la création du Félibrige (1854). Par ailleurs, Mistral ayant consacré sa vie à la défense de l’identité provençale, de sa culture et de sa langue, il ne pouvait que retenir notre attention…

 

« Ecrivain talentueux, Fondateur du collectif le Félibrige, ardent défenseur de la Provence de ses traditions, de sa langue et de son identité : on ne présente plus Fréderic Mistral ! Son prix Nobel de littérature en 1904, offrit à la langue provençale une reconnaissance internationale. Par son œuvre littéraire, il mit en lumière l’imaginaire et la poésie provençale. En cela, il fut l’inventeur de la Provence. A l’occasion des 110 ans de sa mort (1914), et du 170e anniversaire de la création du Félibrige (1854), la Région Sud ne pouvait que lui consacrer un vibrant hommage !

Renaud Muselier
Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Président délégué de Régions de France

Mistral, un auteur viscéralement provençal

Frédéric Mistral voit le jour à Maillane en 1830 dans une famille paysanne aisée. Habitué aux travaux de la terre, ses parents le poussent vers des études de droit. Se faisant, il découvre l’histoire de la Provence qui fut, autrefois, un fief indépendant.

Nous entrons alors dans une période où la volonté politique d’uniformisation du territoire par le langage a généré les lois de Jules Ferry qui rendent l’école obligatoire, gratuite et laïque. Les patois sont ainsi bannis des écoles et l’enseignement doit se faire en français partout et pour tous.

C’est dans ces circonstances que Frédéric Mistral se voit contraint d’abandonner la pratique de sa langue maternelle , le provençal, pour le français. Il en gardera un ressentiment toute sa vie, devenant de facto un ardent défenseur de la langue, du mode de vie et des traditions provençales. Après sa licence de droit, il s’attelle à défendre l’essence et l’indépendance de la Provence.

L’inventeur de la Provence

Mistral consacra huit ans de sa vie à son œuvre majeure en provençal « Mireille » qui il lui valut le prix Nobel de littérature en 1904. « Mirèio » terminé en 1859,a été traduite en une quinzaine de langues européennes, dont le français, par Mistral lui-même. Cette œuvre est toujours enseignée de nos jours et en 1863, Charles Gounod en fait un opéra. 

Ce Nobel est le premier qui reconnait une langue « non officielle ». Il donne au provençal une reconnaissance internationale. Quant à Frédéric Mistral, il consacre le montant de ce prix à la création du Museon Arlaten en Arles, classé monument historique depuis 1930.

Viscéralement attaché à sa terre, il demeura fidèle à sa ville, Maillane, à laquelle il lègue par testament sa maison et ses terrains à la condition que les meubles, livres, tableaux et objets d’art restent à leurs places. Ces exigences ont permis de conserver cette demeure en l'état. Elle est devenue le Musée Frédéric Mistral (actuellement en restauration) et témoigne aujourd’hui d’une part de la vie en Provence au XIXe siècle.

Par son œuvre poétique, Frédéric Mistral s’affirmera comme « le chantre de la Provence », il le vivra comme un acte de résistance.En réveillant les légendes provençales, Mistral a fabriqué un imaginaire avec ses héros, ses ennemis héréditaires, sa poésie et ses grands moments. En cela, il fut l’inventeur de la Provence.

Un héritage commun préservé par le Collectif Provence

Le Collectif Provence est une association de défense et de promotion de la langue et de la culture provençales. Il compte de nombreux adhérents, 150 associations et une centaine de communes ou communautés de communes. Soutenu depuis plus de 20 ans par la Région Sud, il est actuellement présidé par le conseiller régional et Président de la Commission d'Etudes et de Travail patrimoine, traditions, langues régionales, Jean-Pierre Richard.

C'est à son initiative qu'est crée en 2020 l'Observatoire de la langue et de la culture provençales, après 10 ans de travail. Sa mission : préserver et transmettre la langue provençale, favoriser l’accès à la culture provençale pour tous, faire rayonner la Provence et sensibiliser le jeune public.

En plein coeur du Vaucluse, au Mas Saint-Paul de Cheval-Blanc, cette nouvelle structure, elle aussi largement soutenue par la Région Sud, oeuvre au quotidien pour que perdurent nos traditions et notre langue provençale, si chers à Fréderic Mistral. 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur https://www.observatoire-provence.com/ 

 

*Source : Université Aix Marseille / Musée Mistral/ Le félibrige/ Museon d’Arlaten

Mis à jour le 20 juin 2024