Vous êtes ici :
© Maxime Bringer
Sport, Particulier

Maxime Bringer, portrait d’un féru de BMX freestyle

Mis à jour le 07 mars 2023

Licencié en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, au Collerider Bikepark à la Colle-Sur-Loup depuis ses premiers pas, Maxime Bringer excelle dans le BMX freestyle. Une vie à 100 à l’heure qui lui demande une parfaite maîtrise de son emploi du temps afin d’allier études et vie sportive. De retour de la coupe du monde à Riyadh, il nous raconte.

Du haut de ses 26 ans, ce professionnel du BMX ne craint pas de perdre le contrôle de sa carrière. Après une énième sélection en équipe de France, Maxime revient  plus déterminé que jamais à atteindre ses prochains objectifs sportifs et scolaires.

Comment s’est passée la coupe du monde de BMX freestyle à Riyadh ?

A vrai dire, elle a été compliquée pour ma part. A cause d’une blessure au dos je n’ai pas pu pratiquer, c’est très frustrant d’y être et de ne rien pouvoir faire. L'expérience après une vingtaine de sélection en équipe de France nous apprend à nous relever rapidement et travailler encore plus dur pour les prochaines échéances qui arrivent à grand pas.J’oscille entre rééducation et entrainement pour être prêt le plus rapidement possible pour la prochaine grosse compétition prévue en mai.

Comment mener de front vie de sportif professionnel et vie d’étudiant en masso kinésithérapie ?

On organise sa vie autour du vélo. Les entrainements sont obligatoires pour maintenir sa forme physique et exceller en compétition mais aussi en représentation.  Le vélo c’est mon mode de vie depuis que j’ai 4 ans, c’est une passion familiale, mon père nous l’a transmise. Mon frère est également rider de haut niveau, mon père, lui, le pratique en loisir. J’ai des semaines très chargées, pas de temps de répit, ça peut aller jusqu’à 2 entrainements par jour. Les week-ends, généralement, laissent place aux spectacles de BMX, alors je travaille les cours le soir ou entre 2 compétitions. J’adapte mes études au vélo, c’est ma dernière année de kinésithérapie, et heureusement !

Vous envisagez de concilier votre future vie de kiné avec votre vie de sportif professionnel ?

Pas vraiment, mes études me servent à préparer l’avenir. Pour le moment je vis de ma passion, je suis payé pour faire du BMX et je souhaite faire perdurer cette situation. Je ne compte pas m’installer directement en tant que kinésithérapeute, mais j’ai appris à anticiper les aléas de la vie. Je le serai sans aucun doute un jour, pour le moment je me prépare à mes futurs objectifs !

Quels sont vos prochains objectifs ?

Atteindre le top 10 en coupe du monde ! Je me suis classé 13ème la dernière fois, et je n’ai pas pu le tenter lors de la dernière coupe du monde en février à cause de mon dos, de ce fait, je travaille deux fois plus pour monter dans ce classement la prochaine fois. Un podium en championnat d’Europe ce serait bien aussi. En attendant je me prépare pour la prochaine compétition en mai et je travaille pour valider mon année afin d’en finir avec les études et de pouvoir me consacrer à 100% à mon sport.

Mis à jour le 13 juin 2024