Vous êtes ici :
Agriculture |

Pour nos agriculteurs, une aide d’urgence face à la vague de gel, et un soutien permanent pour leurs conditions de vie

Mis à jour le 29 avril 2022

Après l’épisode de gel du mois d’avril, qui a fragilisé les cultures des fruits à noyau notamment, les agriculteurs sinistrés pourront bénéficier d’une aide exceptionnelle de la Région Sud, dès que les dégâts seront évalués. En plus, un nouveau dispositif est voté pour améliorer les conditions de vie des agriculteurs : service de remplacement en cas d’enfant malade, groupement d’employeurs, et promotion des métiers agricoles auprès des jeunes.

 

Un soutien exceptionnel face à la vague de gel d'avril 2022

L'épisode de froid survenu à partir du 2 avril 2022 a provoqué des dégâts localisés sur les productions agricoles de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Des gelées ont été signalées dans plusieurs départements, en particulier sur les fruits à noyaux.

Les recensements et l’évaluation des dégâts sont en cours, engagés par les professionnels et les services de l’Etat. Ces travaux permettront à terme de dresser un bilan des dégâts dus au gel.

Après ce nouvel épisode Région Provence-Alpes-Côte d’Azur complétera les aides de l’Etat par des interventions ciblées, pour les filières qui auront été affectées par des dégâts. Une aide exceptionnelle pourra être définie en concertation avec la profession agricole, dès que les dégâts auront pu être évalués précisément, et permettront de cibler les exploitations ou les coopératives les plus touchées.

En 2021, après le passage d'une autre vague de gel à la même période, un dispositif de soutien exceptionnel avait également été voté en faveur des agriculteurs et viticulteurs. Ainsi, en complément de la procédure dite de « calamité agricole » lancée par l’Etat, ce sont plus de 3 millions d’€ d’aides régionales qui ont été directement mobilisées afin d’accompagner les exploitations et les coopératives dans cette épreuve.

Un engagement pour les conditions de vie des agriculteurs

Pour atteindre l’objectif de renouvellement des générations et d’augmentation de la production, il est essentiel de renforcer l’attractivité du métier en améliorant les conditions de travail et de vie des agriculteurs.
De nouvelles mesures ont donc été votées lors de cette Assemblée Plénière et font suite aux propositions des représentants de la profession.

Faciliter la garde des enfants malade pour les femmes et les hommes

Un nouvel appui sera d’abord dédié aux femmes, à travers le renforcement des services de remplacement, en les élargissant, en plus du congé maternité déjà pris en charge, au cas d’enfant malade, pour les femmes et les hommes, dans le but de mieux soutenir et partager cette contrainte.

La prise en charge des remplacements pour la garde d’enfant malade représente 100 jours par an par département pour 105 € / jour

Cet outil est aussi renforcé afin d’encourager l’implication des femmes dans les instances professionnelles. Il s’agit également plus largement d’encourager la prise de responsabilité collective par les jeunes nouvellement installés. Ce soutien sera ainsi complémentaire aux dispositifs dédiés à la structuration de filières ou au développement des circuits courts. En parallèle, un renforcement du remplacement des mandats professionnels sera également mis en place,  en prenant en charge la totalité du reste à charge pour les femmes et les jeunes agriculteurs. 

Faire face à la pénurie de main d'oeuvre

En parallèle, et afin de faire face à la pénurie de main d’oeuvre, le développement de groupements d’employeurs sera ensuite encouragé. Ce nouvel appui permettra d’accompagner l’émergence de nouveaux groupes et de consolider leur développement à travers le soutien de leur fonctionnement et de leurs actions de promotion à destination des demandeurs d’emploi et des exploitants.

Promouvoir les métiers de l'agriculture auprès des jeunes

Enfin, la promotion des métiers liés à l’agriculture auprès des jeunes sera également soutenue, les prescripteurs à l’orientation vers les métiers agricoles seront sensibilisés à cette problématique à travers la création d’un réseau de fermes ouvertes pour permettre aux lycéens de visiter une exploitation. Cette action aura pour principal objectif de promouvoir le métier et de sensibiliser les futures générations aux réalités de l’agriculture. Pour la conduire, un réseau d’exploitations ambassadrices avec des exploitants formés et disponibles pour accueillir les élèves sera organisé avec l’appui des organisations professionnelles agricoles, afin d’accueillir 100 classes de lycéens par an.

Au total, ces nouveaux dispositifs seront dotés d’un budget de 300 000 € par an.

Retrouvez le direct de l’assemblée plénière ici

Mis à jour le 13 juin 2024