Vous êtes ici :
© GoMet
Environnement, Europe et international, Entreprise

Retour sur les journées économiques Maroc-France à Marseille

Mis à jour le 08 septembre 2023

Ce mercredi 8 février, l'Hôtel de Région accueillait la 5ème étape des Journées Économique Maroc-France. Après Paris, Eassouira, Toulouse et Lyon, Marseille et la Région Sud étaient les premiers hôtes en ce début d'année 2023. Une journée d'échanges autour des énergies, nourrie par des experts en provenance des deux rives de la Méditerranée, et en présence de Bernard KLEYNHOFF, Président de la RisingSud et conseiller régional et de Madame Mbarka BOUAIDA, Présidente du Conseil Régional de Guelmim-Oued Noun, Présidente de l’Association des Régions du Maroc et ancienne ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.

A l'heure où l'accès et le coût de l'énergie occupe une grande partie de l'espace médiatique et politique, cette journée à permis aux opérateurs économiques des deux pays de travailler sur de nouveaux projets de partenariat, d’import-export, de co-investissement, d’échanges commerciaux voire d’implantation autour de l’écosystème des énergies nouvelles. Les stratégies énergétiques du Maroc et de la France montrent l’engagement fort des deux pays en faveur d’une transition énergétique durable. Les énergies nouvelles offrent ainsi un fort potentiel de croissance et constituent donc un secteur clé de coopération. 

Pourquoi cette journée? 

Lancé le 8 octobre 2021 à Paris, le cycle des « Journées Économiques Maroc-France » vise à favoriser le rapprochement économique entre les régions marocaines et françaises en mettant en avant le potentiel de co-investissement régional ainsi que les secteurs clés de coopération entre les deux pays, dans un contexte où le Royaume confirme sa position de hub africain stratégique. L’objectif est de partir à la rencontre des acteurs économiques à travers les différentes régions de France et du Maroc et de les accompagner dans leur développement à l’international tout en encourageant les synergies entre opérateurs.

Les énergies nouvelles, espoir pour le climat

Le Maroc est dans le top 5 des pays qui investissent le plus dans les énergies renouvelables (ENR). D’ici 2030, le Royaume a en effet pour ambition d’élever à 52 % la part des ENR dans son mix énergétique. Estimé à 14,4 milliards d’euros, son programme d’investissement dans les ENR vise ainsi à augmenter la puissance installée pour les différentes sources d’énergie propre. Cette dernière se chiffre aujourd’hui à 750 MW pour l’énergie solaire, à 1 430 MW pour l’énergie éolienne et à 770 MW pour l’énergie hydroélectrique.

En France, le secteur de l’énergie renouvelable est également en croissance : en 2021, il totalisait une capacité installée de plus de 100 GW. Le pays souhaite produire 40 % de son électricité à partir d’énergies renouvelables d’ici 2030 et espère atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Quant à la Région Sud, elle a déployé son ambitieux Plan Climat « Gardons une COP d’Avance » pour accélérer sa transition énergétique et devenir le premier budget vert d’Europe 100 % dédié au climat. Cette stratégie, qui lui permettra de se positionner en région pionnière des ENR, représente 30 milliards d’euros d’investissement étalés sur les cinq ans à venir. La région, dont les dépenses énergétiques se montent à 14 milliards d’euros par an, abrite le 1er gisement solaire en France avec plus de 300 jours d’ensoleillement par an, soit 30 % de plus que la moyenne nationale. Dans la région, la filière ENR offre également un important potentiel en termes d’emplois : jusqu’à 415 000 postes pourraient être créés d’ici 2035.

Le Sud, creuset de toutes les énergies

En Région Sud, nous avons la chance d'avoir à disposition une grande variété d'énergies. Avec 300 jours de soleil par an, le photovoltaïque permet notamment à nos nombreux lycées équipés de panneaux de bénéficier d'une source d'énergie naturelle. 
En plus du soleil, le vent constitue l'autre élément naturel abondant en Région Sud. Prochainement, un parc d'éolien flottant verra d'ailleurs le jour au large de Port-Saint-Louis du Rhône. D'autres énergies renouvelables émergent progressivement sur notre territoire, comme l'hydrogène, en plein développement avec le projet à venir de pipeline entre Barcelone et Marseille, ou la méthanisation et l'hydraulique. 

 

Interventions de haut niveau et rendez-vous B to B sur mesure

 

Parmi les temps forts de la Journée Économique de Marseille, des tables rondes animées par des experts des énergies nouvelles (solaire, éolien, biomasse, hydraulique et hydrogène vert) ont enrichi les échanges. D’autres thématiques en lien avec la filière ont également été abordées, notamment l’innovation et le digital, le financement des projets ENR ou encore l’évolution des modèles énergétiques engendrés par le dérèglement climatique.

Les entreprises participantes ont eu en outre l’opportunité de rencontrer dans un espace dédié les nombreux partenaires institutionnels et privés : l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE), TotalEnergies, Bpifrance, Africalink, la CCI Aix Marseille Provence, le MEDEF International et Rising Sud.

Outre les rencontres networking, les participants ont pu bénéficier d’un programme de rendez-vous B to B sur mesure. Des visites de sites ont également été organisées : la centrale géothermique marine « Thassalia », la ferme solaire de TotalEnergies « La Feuillane » à Fos-sur-Mer et le Centre de formation aux métiers techniques des énergies de TotalEnergies. Enfin, les participants pourront ont pu découvrir le port de Marseille à bord du bateau hybride « Hélios ».

 

« La Méditerranée du Futur se construit autour de solutions concrètes dédiées à l’adaptation au changement climatique. Cette journée économique France-Maroc dédiée aux énergies nouvelles en est une belle illustration et rappelle que le monde économique est au cœur de cette dynamique. Nous développons une véritable passerelle entre nos entreprises et l’autre rive de la Méditerranée. L’Afrique est une destination prioritaire de notre feuille de route à l’international. Notre stratégie s’articule autour de l’organisation de nombreuses missions pour renforcer nos liens et nos échanges avec le continent africain, dont le Maroc.  En les réunissant pour des actions communes, en apportant sur chaque rive de la Méditerranée des projets concrets et immédiatement utiles pour les populations qui y vivent, elles pourront conquérir de nouveaux marchés, apporter des solutions et développer le lien privilégié entre l’Afrique et la Région Sud »
Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président délégué de Régions de France.

 

Mis à jour le 20 juin 2024