@Pernod-Ricard

Économie-Entreprise |

Ricard : 90 ans d'histoire avec le Sud !

Ricard fête ses 90 ans cette année ! La célèbre boisson anisée, inventée par Paul Ricard en 1932, s’est tissée au fil des années une renommée locale et internationale. Le « petit jaune » de cette entreprise 100 % marseillaise, co-leader mondial des vins et spiritueux, incarne tout à la fois le Sud, le soleil et la convivialité.

A l’heure de l’apéro, le Ricard est souvent posé sur la table à Marseille comme ailleurs. Ce pastis est devenu une véritable légende au point d’être un des apéritifs traditionnels préférés des sudistes et des français. Aujourd’hui, la marque marseillaise Ricard, allié à son concurrent Pernod, est le numéro deux mondial du secteur des spiritueux. Avec le pastis Ricard, le goût et le soleil du Sud s’exportent à l’international.

Une recette qui fait recette

Alors que l’absinthe est interdite durant la Première Guerre Mondiale, le pastis* prend du galon grâce à la recette originale de Paul Ricard, inventée en 1932. Dans son laboratoire de fortune qu’il aménage à son domicile, il installe un alambic pour tester divers mélanges jusqu’à trouver la bonne combinaison des ingrédients à base d’anis étoilé et d’anis vert teinté d’une pointe de réglisse. La marque éponyme et le slogan « Ricard, le vrai pastis de Marseille » fait un tabac. En huit mois seulement, il commercialise 250 000 bouteilles. Quelques années plus tard, le succès dépasse la frontière marseillaise et les bouteilles de Ricard se retrouvent aussi à Paris, en Espagne, en Italie et en Afrique du Nord.

*Le pastis signifie bouillie ou mélange, en provençal.

Du Ricard à la riziculture

Avec la période sombre liée à la Deuxième Guerre Mondiale, le pastis Ricard est mis au placard en 1940 contraignant son inventeur à miser sur d’autres marchés tel que l’agriculture. En achetant le domaine de Méjanes en Camargue, Paul Ricard exploite les 1200 hectares de la propriété laissés à l’abandon pour développer la riziculture, l’élevage, les cultures fruitière et légumière qui font de Méjanes un pôle majeur de ravitaillement pendant la guerre. Après d’importants travaux d’irrigation, il lance sa propre culture de riz camarguais à grande échelle dès la fin de la guerre. Méjanes devient alors une exploitation modèle de riziculture, un des plus grands producteurs de riz en France.

La culture selon Paul Ricard

Au-delà de l’agriculture, le domaine de Méjanes va accueillir bien d’autres activités culturelles qui passionnent Paul Ricard. Décor de cinéma, courses camarguaises et une manade estampillée « Ricard », site touristique avec le petit train de Méjanes qui parcourt les bords de l’étang de Vaccarès, la réserve naturelle, le château… Construit et dessiné dans les locaux à Marseille, le petit train est inauguré pour la première fois en 1968. C’est le premier train touristique et le seul sur rails en Camargue jusqu’à ce jour. Le domaine est également un spot incontournable des artistes et des hommes politiques des années 50 et 60 . Le domaine de Méjanes demeure un lieu de culture camarguaise, toujours en activité.

Pernod-Ricard : au-delà du pastis

De nouveau autorisé à la vente, le pastis Ricard repart à la conquête du monde dès 1951. Même après avoir été béni par Jean XXIII à Rome en 1961, la référence en matière de boisson anisée voit grand et loin. Pour faire face à son expansion, plusieurs usines s’ouvrent en France dans les années 60.

L’entreprise marseillaise Ricard amorce un virage qui marque son histoire lorsqu’elle s’allie en 1975 avec Pernod, une autre société française spécialisée dans la production de boissons apéritives. Ensemble, ces deux entreprises s’imposent aussi dans le secteur des vins et des spiritueux et étendent leur pouvoir en rachetant plusieurs marques : les whiskeys Bushmills et Jameson, la célèbre marque de vin Jacob’s Creek en 1989, Chivas et Martell en 2001, Ballantine’s, Malibu, Mumm, Perrier-Jouët en 2005 et Vodka Absolut du suédois Vin & Spirit en 2008. En se constituant un tel portefeuille de marques, le groupe Pernod-Ricard monte les marches du podium et atteint la deuxième place comme producteur mondial de vins et spiritueux.

Des nouveautés chez Pernod-Ricard

Depuis 2018, Pernod-Ricard a lancé une nouvelle recette « RICARD PLANTES FRAICHES » dans une bouteille de couleur verte pour illustrer le côté végétal. La nouveauté ? le fenouil local cultivé sur le plateau de Valensole par 12 producteurs locaux. Le fenouil remplace la badiane de la recette initiale et renforce le côté anisé du Ricard.

D’après les producteurs, Ricard s’engage vers une agriculture raisonnée, bientôt vous pourrez peut-être boire un Ricard bio… ?

En 2021, Pernod-Ricard a déménagé son siège historique de Sainte Marthe vers le Docks Village à la Joliette. Un siège qui occupe 7 700 m2 dans l’emblématique bâtiment des Docks où transitait autrefois l’anis étoilé, débarqué des cargos dans des sacs de jute.
Au cœur du siège, un lieu atypique, appelé le « Mx » invite les visiteurs à découvrir ou redécouvrir l’anis, l’épice emblématique du Pastis. Entre restaurant, bar, musée immersif, boutique… le Mx est devenu un lieu de vie, un cocktail joyeux à la rencontre de cette boisson anisée qui fait la fierté des marseillais.

Sur une superficie de 1600 m² dont 600 m² de terrasse, le Mx accueille des talents locaux en partenariat avec des producteurs, des artisans et des créateurs de la région ainsi que des événements réguliers pour animer ce lieu de vie : live, cooking shows, performances… Le Mx du groupe Pernod-Ricard atteste que Marseille reste bel et bien la capitale du Pastis !

Pour en savoir plus sur les engagements durables de Pernod-Ricard

https://www.pernod-ricard.com/fr/rse

ou directement aux Docks Village, Place Paul RICARD, 10 Place de la Joliette, 13002 Marseille

« Attention, l'abus d'alcool est dangereux pour la santé.  À consommer avec modération »