Bâtiments durables

La Région Sud agit pour accélérer les réhabilitations et les constructions de bâtiments considérés comme durables. Ils répondent aux enjeux de notre temps en réduisant notre consommation énergétique et en développant la production d’énergies renouvelables en Région.

En tant que moteur national des accords de Paris sur le climat, le développement des bâtiments durables dans le parc foncier régional est devenu une priorité pour la Région Sud. 

Tous les bâtiments (les bureaux, les logements, les écoles, etc ) peuvent être considérés comme durables s’ils regroupent un certain nombre de paramètres vertueux comme : 

  • Une approche bioclimatique utilisant à son avantage le climat et son environnement pour apporter un maximum de confort aux usagers et une réduction des consommations énergétiques.  L’orientation des surfaces vitrées permet, par exemple, de capter les apports solaires en hivers et les protections solaires de s’en protéger en été limitant ainsi le recours à la climatisation. 
  • Des besoins réduits en chauffage grâce à une enveloppe bien isolée (Mur, toiture), 
  • La présence d’énergies renouvelables pour alimenter les systèmes (chauffage, Eau chaude sanitaire) et les besoins en électricité spécifique (lampes, télévision, ordinateur, etc)
  • Une bonne qualité de l’air intérieur grâce à une ventilation adaptée et le recours à des matériaux sains
  • Des matériaux et des équipements peu consommateurs en énergie grise
  • etc

Le parc bâti en Provence-Alpes-Côte d’Azur compte 277 millions de m² qui représentait 30 % des consommations d’énergie finale régionales en 2014 et 10 % des émissions de GES liées à la consommation finale d’énergie (hors production d’électricité). 

Ce parc est caractérisé par une prédominance des consommations liées au chauffage (60% pour le parc résidentiel) ainsi que par une surreprésentation du chauffage électrique (44% des logements), par des pics de consommation électrique en hiver en constante augmentation, par un développement de la climatisation et un accroissement des pics de consommation en été et enfin par des bâtiments concentrés sur la bande littorale. 

Plus de la moitié du parc de logements a été construit avant 1975 et près de 31% du parc total de logements affiche des étiquettes de performance énergétique E, F ou G (20% du parc de logement public ou social). Cette part est certes plus faibles qu’au niveau national (près de 50% des logements en étiquette E, F, G) mais d’autres aspects spécifiques à notre région comme le confort d’été sont à prendre en compte.

Les logements représentent en Provence-Alpes-Côte d’Azur 78% des surfaces pour 70% des consommations énergétiques. Le tertiaire représente 22 % des surfaces pour 30% des consommations.

Face à ces constats, pour répondre aux ambitions fortes de la « Cop d’avance » à savoir la réduction de 50% les consommations énergétiques des bâtiments à 2050, la Région a définit des grandes orientations stratégiques sur le bâtiment priorisant les actions et dispositifs régionaux qui en découlent. 

Il s’agit d’un document fixant les axes prioritaires de la Région Sud pour atteindre les objectifs du Plan Climat sur les thématiques rénovation et construction de bâtiments.

Les 3 axes prioritaires identifiés dans le cadre sont : 

  1. Inciter à la généralisation de bâtiments tertiaires vertueux : soutien aux travaux des collectivités à travers les CRET, apport d’ingénierie auprès des collectivités, soutien aux démarches de management de l’énergie, diffusion de bonnes pratiques
  2. Accompagner les maitres d’ouvrages dans leurs opérations ou dispositifs de réhabilitation énergétique et de construction performantes de logements. 
  3. Préparer le secteur du bâtiment aux défis technologiques et réglementaires à venir : soutien aux travaux de bâtiments innovants et exemplaires, soutien aux filières locales d’éco-matériaux, soutien à la diffusion de bonnes pratiques par les acteurs du bâtiments, soutien aux études et observatoires.

Envirobat BDM, à la fois centre de ressources régional et réseau interprofessionnel, propose ses services aux collectivités, bailleurs, promoteurs et particuliers pour optimiser leurs projets durables dans un contexte méditerranéen. Chaque interlocuteur bénéficie d’une expertise technique et humaine pour réaliser des bâtiments d’une grande qualité durable. Porteur d’une démarche d’évaluation participative Bâtiments Durables Méditerranéens, Envirobat BDM vous accompagne dans vos projets de travaux sur les aspects environnementaux, sociaux et économiques du bâtiment.

Retrouvez toutes les infos sur la démarche BDM sur le site dédié : www.polebdm.eu

Des Plateformes Territoriales de la Rénovation Energétique (PTRE) : 

Les PTRE sont issues de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (loi TE-CV). Elles ont vocation à conseiller gratuitement les particuliers sur leur projet de rénovation énergétique et à animer un réseau de professionnels du bâtiment en capacité de réaliser des travaux de qualité. 

Les PTRE apportent :

  • Un parcours simplifié pour les porteurs de projets de rénovation, d’agrandissement, d’embellissement ou d’adaptation de leur logement (avec travaux énergétiques).
  • Un cadre structurant : des conseillers qui maîtrisent parfaitement le sujet, qui sont indépendants (hors de toute contingence commerciale), avec une parfaite connaissance des acteurs du territoire (institutions et professionnels).
  • Un accompagnement de proximité : les conseillers travaillent sur le territoire et proposent des solutions adaptées au contexte local, avec des professionnels proches des chantiers à réaliser.
  • De la confiance : entreprendre des travaux dans son logement est un exercice pénible pour les particuliers. C’est complexe, technique et coûteux… Le suivi gratuit des conseillers aux étapes clé du projet, est rassurant. Les porteurs de projet sont moins enclins à abandonner en cours de route.

Pour trouver la PTRE proche de chez vous, rendez-vous sur www.renovercestgagner.fr ou composez le 0808 800 700.

Faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur une région neutre en carbone à l’horizon 2050, c’est l’un des objectifs du Plan Climat. Pour cela, la Région met le cap sur le déve¬loppement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

Action 21 
D’ici 3 ans, réduire la consommation d’énergie dans les lycées de 20 % et équiper 30 % des établissements de toitures photovoltaïques

Actions 22 à 29
Des initiatives pour développer les énergies renouvelables 

Actions 30 à 35 
Rénover plus et mieux 

Action 36
Agir dans le secteur industriel et agricole

En savoir plus sur le Plan Climat de la Région

• Réduire de 50 % la consommation d’énergie fossile de la région d’ici 2050 et permettre ainsi d’atteindre une équivalence entre la consommation et la production d’énergie

• Mobiliser 100 % des énergies renouvelables disponibles à l’horizon 2050 (solaire, éolien, hydraulique)

• S’inscrire dans une démarche de maîtrise des consommations et couvrir l’intégralité des besoins énergétiques du territoire par les énergies renouvelables nécessité de rassembler les acteurs, organi-ser la connaissance et mobiliser les citoyens. 

La Région a voté en juin 2018 ses objectifs énergétiques aux horizons 2030/2050. Basés sur l’année de référence 2012, ceux-ci visent une ambitieuse neutralité carbone sur le territoire régional en 2050. 

La Région souhaite suivre le niveau de réalisation des objectifs année après année, la situation régionale pour chaque énergie et chaque secteur de consommation, l’évolution de l’impact sur le changement climatique et la qualité de l’air ; mais également pour actualiser si besoin les projections et les objectifs lors de la révision de certains documents (Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires,…). Ce rôle est dévolu, depuis 1988, à l’Observatoire régional de l’énergie, du climat et de l’air. Porté et animé depuis 2002 par la Région, aux côtés de l’Etat, de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, d’AtmoSUD et de nombreux acteurs de l’énergie et du climat en région, cet Observatoire établit un bilan annuel de la production et de la consommation d’énergie, ainsi qu’une analyse de ces résultats. Il fournit également, au moyen d’études spécifiques, des indications utiles à une meilleure connaissance de l’utilisation de l’énergie et de ses impacts en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ces résultats sont disponibles librement sur son site internet : oreca.maregionsud.fr