Vous êtes ici :
Jeune, Enseignement, Santé

En finir avec le harcèlement scolaire : des prix pour trois lycées de la Région Sud

Mis à jour le 09 décembre 2022

Trois lycées ont été distingués grâce au Prix régional " Pour en finir avec le harcèlement scolaire " initié durant cette année scolaire. A travers des vidéos, des affiches et des BD, les élèves se sont exprimés sur un sujet devenu grande cause régionale du mandat.

Des lycéens engagés contre le harcèlement scolaire et récompensés pour leur travail. La Région Sud a érigé la prévention et la lutte contre le harcèlement scolaire grande cause régionale du mandat. A ce titre, la Région a organisé la journée régionale de lutte contre le harcèlement scolaire le 18 novembre 2021. Un plan régional a été approuvé, en octobre 2021, doté d’un million d’euros. Plusieurs mesures ont été mises en place avec le renforcement des médiateurs de la Garde régionale des lycées, l’organisation d’ateliers de sensibilisation et la diffusion d’un fascicule d’information sur le harcèlement scolaire auprès des agents régionaux des lycées.

Un prix régional « Pour en finir avec le harcèlement scolaire » a également été initié. Chaque lycée pouvait participer à cette nouvelle opération. Un jury de sélection, composé d’élus régionaux, de représentants associatifs et des membres du Parlement régional de la jeunesse a déterminé les lauréats suivants :

  • Premier prix au lycée polyvalent de la Méditerranée à la Ciotat
  • Deuxième prix décerné au lycée polyvalent Thomas Edison à Lorgues
  • Troisième prix décerné au lycée général et technologique Pierre et Marie Curie à Menton

Ces trois établissements se sont vus attribuer 3 000 euros pour le premier prix, 2 000 euros pour le deuxième prix et 1 000 euros pour le troisième prix.

Lycée de la Méditerranée : des lycéens révoltés  

Le prix décerné au Lycée de la Méditerranée de La Ciotat concerne le travail effectué par 22 élèves de terminale générale sous la direction de leur professeur de sciences économiques et sociales Carole Ferraro. Plusieurs mois ont été nécessaires pour élaborer une affiche et une courte vidéo. « Ils étaient volontaires et motivés pour mener ce travail », se rappelle l’enseignante. Ces derniers ont rapidement décidé de traiter le sujet sous l’angle du droit. La vidéo, qui explique bien la logique du harcèlement et les contacts utiles pour alerter les autorités, avait déjà été primée par l'Acédémie d’Aix-Marseille. « Ils ont été très fiers et très surpris, indique Carole Ferraro. Monter cette vidéo et réaliser cette affiche ont permis à tous les élèves de s’exprimer, même en participant de façon silencieuse. Ils étaient tous révoltés par ce qu’ils ont découvert au cours de leurs recherches. »

Lycée Thomas Edison de Lorgues : la parole se libère

Neuf élèves de premières générales et techniques se sont saisis du sujet en réalisant une affiche et une vidéo sous la direction de Carine Haudan, l’infirmière de l’établissement. Le but de la vidéo est d’avoir le point de vue des victimes et des harceleurs. Les élèves ont eu l’idée de reprendre la chanson de Jean-Jacques Goldman «  Elle a fait un bébé toute seule ». L’artiste a accepté de céder ses droits gratuitement. « Quand ils ont su que la vidéo était primée, les lycéens étaient ravis d’obtenir cette reconnaissance de l’extérieur de l’établissement, remarque Carine Haudan. C’est très valorisant dans leurs parcours de citoyens. » Et l’infirmière de rappeler que cette action participe à la libération de la parole et permet d’éviter des situations catastrophiques.   

Lycée Pierre et Marie Curie de Menton : la force du dessin

Les élèves du Lycée Pierre et Marie Curie ont été nombreux à vouloir prendre position sur le harcèlement scolaire. Sous la direction de Sandrine Ambrosi, professeure d’économie et de gestion, plusieurs élèves de terminale et de seconde ont exprimé leur message à travers le dessin et une bande dessinée. Ils mettent en scène des adolescents évoquant le harcèlement scolaire avec leurs parents. « Les élèves ont voulu mettre en avant l’importance du dialogue au sein des familles, rappelle Sandrine Ambrosi. Nous étions toute l’année dans une vraie dynamique sur ce sujet du harcèlement scolaire. Nous n’avons pas eu de difficultés à trouver des élèves volontaires pour participer au concours. Quand les élèves ont su qu’ils avaient le troisième prix, ils ont éprouvé une grande fierté espérant que ce travail aura un impact non seulement au sein de l’établissement mais aussi dans la société. »

Mis à jour le 21 juin 2024