Vous êtes ici :
Sport, Particulier

Suzanne Lenglen, la légende du tennis féminin

Mis à jour le 21 février 2023

Première joueuse de tennis professionnelle, championne inégalée, libre et rebelle, Suzanne Lenglen a défrayé la chronique dans les années 20. Retour sur un parcours incroyable, de ses premières balles à Nice au court de Roland Garros baptisé après elle.

Suzanne Lenglen, alias « la divine », est redoutable. Championne du monde en 1914 à l’âge de 15 ans, entre 1919 et 1926 elle remporte six fois le tournoi de Wimbledon, quatre fois les championnats de France et deux fois les Internationaux de France en simple. Elle est également victorieuse à quatre reprises des Championnats du monde sur terre battue (1914, 1921, 1922 et 1923). Au cours de sa carrière, elle remporte 241 tournois (81 en simple, 73 en double dames et 87 en double mixte) et trois médailles olympiques. Entre 1921 et 1926, elle connait une série de 171 victoires consécutives. Un palmarès qui explique qu’elle soit considérée par certains comme la plus grande joueuse de tous les temps. Sa notoriété tient bien sûr à ses incroyables performances, réalisées grâce à un entrainement très strict, fait de tennis, de danse classique et de gymnastique dès son plus jeune âge. Originaire de la région parisienne, pendant la guerre elle se réfugie dans la résidence secondaire de ses parents à Nice, et continue inlassablement de jouer, prenant régulièrement des hommes pour adversaires. Vitesse, agilité, technique, précision, style : chaque match qu’elle dispute devient un véritable événement.

A Cannes, le « match du siècle »

Le 16 février 1926, l’imbattable Suzanne Lenglen affronte sa rivale, la championne américaine Hélène Wills au Carlton à Cannes. Les places sont chères pour les 3000 spectateurs réunis autour du court ou juchés sur les toits alentours dans l’espoir d’apercevoir la meilleure joueuse d’Europe. Des journalistes venus du monde entier côtoient les têtes couronnées comme Georges prince de Grèce, l’ex-Manuel II, dernier roi du Portugal, les ducs de Westminster et du Connaught, le prétendant au trône de Russie Cyrille 1er, le roi de Suède Gustave V, des barons, un maharadjah... Suzanne remporte le match par un score de 6/3 et 8/6, mais s’illustre aussi par sa nervosité. Elle qui est sujette aux insomnies et dont la santé est fragile s’écroule à la fin du match. C’est sans doute à cause de cet évènement qu’elle refusera, quelques mois plus tard à Wimbledon, de jouer plusieurs matchs dans la même journée, et ce alors même que la reine Mary était venue spécialement pour la voir. Peu de temps après, elle acceptera une tournée rémunérée aux Etats-Unis. Devenir la première joueuse professionnelle de l’Histoire lui vaut d’être radiée à vie par la fédération française de tennis et bannie du All England Club.

Suzanne Lenglen, la pionnière

Suzanne Lenglen représente à elle seule un tournant de l’histoire du tennis féminin. Première femme professionnelle avec sa tournée triomphale aux Etats-Unis, elle a bouleversé et théorisé dans plusieurs ouvrages des techniques de jeu et a révolutionné la tenue des joueuses. Habillée par le grand couturier Jean Patou, elle impose son style de femme moderne : ses jupes sont courtes et généralement plissées, ses bras et ses mollets sont dénudés, ses cheveux retenus par un bandeau de tulle. Libre, elle enchaîne les victoires comme les conquêtes masculines, se présentant, si ça lui chante, en manteau de fourrure sur le court, et prenant si nécessaire quelques gorgées de Cognac entre deux sets pour se revigorer. Sa popularité lui permet de participer à de nombreux événements mondains, de jouer dans quelques films et même d’avoir une poupée à son effigie. Après avoir mis fin à sa carrière, elle ouvre son école de tennis en 1936. En juin 1938, la presse annonce qu’elle est atteinte d’une leucémie foudroyante, elle devient aveugle et meurt quelques jours plus tard, le 4 juillet. Réhabilitée, elle entre en 1978 au Tennis Hall of Fame et donne son nom au 2e court le plus important de Roland Garros en 1997.  

 

Mis à jour le 13 juin 2024