Vous êtes ici :
Particulier, Entreprise, Agriculture

Vendanges 2022 : les professionnels s’adaptent au changement climatique

Mis à jour le 09 décembre 2022

Les vendanges ont déjà commencé dans les vignobles de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Une récolte précoce liée à la sécheresse et l’été caniculaire. Pour les vins de Provence et de la vallée du Rhône, la récolte a débuté sous de bons auspices à la grande satisfaction des professionnels.

La récolte 2022 est marquée par une précocité toujours plus grande. C’est l’une des conséquences du changement climatique. Cependant, la qualité est au rendez-vous grâce à une chaleur favorable au mûrissement du raisin. L’absence de pluie éloigne le risque de maladies sur les grappes.

Vins de Provence : un millésime 2022 qualifié de prometteur

Les opérations de récolte ont démarré avec dix à quinze jours d’avance par rapport à 2021. L’état sanitaire est partout excellent et les volumes devraient être au rendez-vous. Les premiers coups de sécateurs ont été donnés dans la semaine du 8 août dans les secteurs les plus précoces du vignoble des Vins de Provence (AOC Côtes de Provence, AOC Coteaux d’Aix-en-Provence et AOC Coteaux Varois en Provence).

Les opérations de récolte s’intensifient depuis quelques jours. La sortie de grappes est belle sans problème de parasite. En dépit du manque d’eau et de la canicule, le millésime laisse donc entrevoir un beau potentiel selon les professionnels. D’autant que les vendanges se déroulent dans de bonnes conditions avec une météo calme. L’épisode orageux de la mi-août qui, s’il a permis d’apporter de l’eau à la vigne, a aussi occasionné des averses de grêle provoquant des dommages sur certaines propriétés du littoral varois. Compte tenu des effets cumulés de la canicule, les vignerons sont incités, encore plus que les autres années, à vendanger aux heures les plus fraîches de la journée, voire de la nuit, afin de cueillir le raisin le moins chaud possible. L’enjeu est de préserver la pureté des arômes qui signent les Vins de Provence rosés. Selon Eric Pastorino, le président du Comité interprofessionnel des vins de Provence (CIVP), les professionnels vont devoir s’adapter au changement climatique. « Ce millésime le montre : les phénomènes climatiques sont de plus en plus marqués. À terme, on sait qu’il va falloir s’adapter et on y travaille déjà avec des expérimentations tant sur l’encépagement que sur les modes de conduite du vignoble. »

Le retour des vendanges précoces en Vallée du Rhône

Cette année, la vigne a su se montrer résistante face aux vagues de chaleur successives et au manque de précipitations, comme l’atteste le parfait état sanitaire du vignoble. Les vignerons ont su faire preuve de patience et de vigilance. Les vignerons et négociants ont commencé à récolter le raisin à partir du 22 août, soit 8 jours plus tôt qu’en 2021. La sécheresse affectant les appellations de la vallée du Rhône et les températures élevées ont engendré une avance de maturité d’une vingtaine de jours par rapport à l’année dernière.

Après un mois d’octobre 2021 très pluvieux, les mois suivants ont tous enregistré des déficits de pluviométrie importants (de -53% à -97%). Les températures hivernales sont restées très douces et le printemps a connu une vague de froid tardive. Entre le 1er juillet et le 13 août, des périodes de très fortes chaleurs se sont succédé, sans précipitation, sur des sols déjà en manque d’eau. A la mi-août, des pluies plus ou moins intenses ont eu un effet bénéfique, permettant au vignoble de se ressourcer. Au sud comme au nord, l’état sanitaire du vignoble est jugé excellent avec l’absence de maladie dans les vignes. Même si les pluies ont fait légèrement grossir les baies, on constate toutefois un poids moyen inférieur à la normale. Un millésime qui promet d’être riche, avec de la concentration et de belles couleurs.

Mis à jour le 13 juin 2024